Objectifs

Base réglementaire et bonne pratique ★

Constructions neuves

Constructions neuves : il existe plusieurs valeurs cibles émises par les réglementations, par les certifications et l'expérience sur le terrain.

Pour un bâtiment inférieur à 4 000m³ :

3 m³/h.m³ (ou h-1) lorsque la ventilation du bâtiment est assurée par un système mécanique double flux ;

1 m³/h.m³ lorsque la ventilation du bâtiment est assurée par un système mécanique double flux équipé d'un récupérateur de chaleur.

Pour un bâtiment supérieur à 4 000m³,

v50 =3 à 5m³/h.m² lorsque la ventilation du bâtiment est assurée par un système mécanique double flux équipé d'un récupérateur de chaleur.

La valeur par défaut dans la méthode de calcul PEB est de v50=12m³/h/m² et correspond à V50/At.

Aucune norme ne recommande un niveau d'étanchéité précis à atteindre lorsque la ventilation du bâtiment est assurée par un système simple flux. Il semble raisonnable de conserver, dans ce cas, l'objectif d'un débit de fuite maximal de 3 vol/h; en effet au-delà de cette valeur, les gains énergétiques que l'on obtient avec une meilleure étanchéité sont de plus en plus faibles.

Flux de chaleur en fonction de l'étanchéité à l'air pour un appartement

figure3.jpg

Source : Méthodologie RELOSO, « Limiter les besoins de chaleur », MATRIciel pour la Société Wallonne du Logement, 2009.

Rénovations

Des valeurs types sont plus difficiles à établir tant il existe des situations et des configurations constructives différentes. Cela dépend aussi du niveau de rénovation effectué dans le bâtiment.

En rénovation lourde : plusieurs cas montrent qu'il est possible si on ne garde par exemple que la structure d'atteindre des niveaux de performance proches des bâtiments neufs.

En rénovation légère : il faut être prudent avec les objectifs que l'on se fixe. Une série de raccords existants (par exemple : l'encastrement des gîtes dans la maçonnerie) peuvent être source de fuites d'air relativement importantes.

Au final, la définition de l'objectif résultera d'un compromis répondant à plusieurs critères :

Impact financier de la maîtrise de l'étanchéité ;

Impact en termes d'énergie économisée grâce à une étanchéité à l'air élevée;

Impact positif d'une bonne étanchéité sur une série de paramètres qualitatifs (confort, maîtrise de la qualité de l'air, acoustique…).

La bonne pratique veut que lors de travaux réalisés en différentes phases, l'étanchéité soit prévue phase par phase de manière à obtenir au final un résultat au minimum conforme aux normes (les niveaux d'étanchéité sont liés au type de système de ventilation installé). L'exemple typique est le remplacement des châssis. Il est très facile de prévoir les étanchéités nécessaires au moment de la pose des nouveaux châssis.

En rénovation également, la valeur par défaut dans la méthode de calcul PEB est de v50=12m³/h/m² et correspond à V50/At.

Pour comparaison, la moyenne des habitations est de n50 ≈ 7,8 vol/h

Minimum conseillé ★★

Il est conseillé d'atteindre au minium un taux de renouvellement d'air n50 compris entre 0,6h-1 et 1h-1 pour les nouvelles constructions.

Une classe d'étanchéité 4 pour les fenêtres ouvrantes est nécessaire et 3 pour les portes extérieures.

Optimum ★★★

De meilleures performances peuvent être atteintes en étanchéifiant plus. Par exemple, le standard « maison passive » exige un niveau d'étanchéité n50 inférieur à 0,6 m³/hm³.

Mis à jour le 01/01/2013