Choisir les matériaux de finition

Pour limiter la pollution de l'air intérieur

Pour limiter le dégagement de polluants en provenance des matériaux de finition :

  • les éviter, en favorisant les finitions brutes telles que la brique, le béton ;
  • éviter les produits de traitement du bois peuvent être limités voire évités par un choix d'essence adéquat ou par le choix d'un procédé de traitement non chimique (voir Choix durable des châssis, Choix durable des revêtements de murs intérieurs et plafonds, Choix durable des revêtements de sols intérieurs) ;
  • remplacer les matériaux traditionnels par des matériaux plus sains ne dégageant pas de polluants. Par exemple :

    • Peinture en phase aqueuse ou peintures naturelles ;
    • Colles naturelles voire fixations mécanique ;
    • Enduits naturels (à la chaux par exemple) ;
    • Panneaux de bois plutôt que panneaux de particules (OSB, MDF) ;
  • Enfin, lorsque ces solutions ne sont pas possible, de choisir des matériaux présentant des dégagements de polluants limités, ces qualités étant attestées par des labels ou certificats.

Voir le dossier Eviter les polluants intérieurs.

Pour assurer une certaine inertie hydrique

Le choix de certains matériaux dits hygroscopiques, comme le bois et les matériaux dérivés du bois, mais aussi la terre crue, permettent de réguler naturellement l'humidité ambiante intérieure dans le bâtiment en captant l'humidité en excès pour la restituer plus tard, atténuant ainsi les effets désagréables d'ambiances trop sèches.

Mis à jour le 01/01/2013