Objectifs

Base réglementaire et bonne pratique ★

La réglementation PEB :

  • Pour une habitation en construction neuve (ou assimilé), la PEB impose une probabilité que du refroidissement actif soit installé inférieure à 100% sous peine d'amendes :

Cette probabilité est calculée par le logiciel PEB, sur base de l'indicateur de surchauffe. Actuellement, la probabilité que du refroidissement actif soit installé est >100% si l'indicateur de surchauffe est > 17.500 Kh. Cette valeur passera à > 6.500 Kh en 2014.

  • Pour les bureaux, aucune valeur limite de surchauffe n'est imposée par la PEB :

Néanmoins, une consommation de refroidissement fictive (même si aucune installation de climatisation n'est prévue) est imputée aux consommations du bâtiment et influence donc le niveau E de façon indirecte.

Caractéristiques : Bureau

Minimum conseillé ★★

  • Dans le logement :

- Pour une habitation en construction neuve (ou assimilé), limiter la probabilité que du refroidissement actif soit installé à 50%. Cette probabilité est calculée à l'aide du logiciel PEB.

- Pour un bâtiment de logements passifs, le nombre d'heure de surchauffe (t°>25°C) évalué de façon statique suivant le logiciel PHPP sera inférieur ou égal à 5% du temps de l'année.

Attention ! Ce critère sera applicable à l'ensemble des bâtiments neufs dans le cadre de la réglementation sur la performance énergétique des bâtiments (PEB) à partir de 2015.

- Atteindre le niveau d'inertie PEB « Construction peu lourde ».

- En cas de charges internes importantes, vérifier le confort atteint au moyen de simulations thermiques dynamiques prenant en compte l'inertie des matériaux mis en œuvre.

  • Dans les bureaux :

- Mettre en place les éléments permettant d'effectuer une ventilation naturelle intensive, entre autres une masse thermique suffisamment importante (masse des éléments de construction supérieure à 100 kg/m²) et accessible

- S'assurer que ces éléments permettent de maintenir le confort à l'intérieur des limites fixées en catégorie II par la norme NBN EN 15251 (pour plus de détails : voir Assurer le confort thermique)

  • Pour un bâtiment tertiaire ou d'enseignement passif, le nombre d'heure de surchauffe (T°>25°C) évalué de façon dynamique sera inférieur ou égal à 5% du temps d'occupation des locaux :

- Ce critère devra obligatoirement être respecté à partir de 2015 lorsque le passif sera imposé, en Région de Bruxelles Capitale, pour les constructions neuves dans le secteur tertiaire ou de l'enseignement.

- En cas de charges internes importantes, vérifier le confort atteint au moyen de simulations thermiques dynamiques prenant en compte l'inertie des matériaux mis en œuvre.

Optimum ★★★

  • Dans le logement :

- Pour une habitation en construction neuve (ou assimilé), limiter la probabilité que du refroidissement actif soit installé à 0%. Cette probabilité est calculée à l'aide du logiciel PEB. Cette condition est actuellement respectée si l'indicateur de surchauffe est < 8.000 Kh. Cette valeur passera à < 1.000 Kh en 2014.

ou

- Limiter le nombre d'heures de surchauffe à 3% du temps d'occupation (calcul suivant EN ISO 13792 et EN 15251)

- Atteindre le niveau d'inertie PEB « Construction mi-lourde » ou « lourde »

- Vérifier le confort atteint au moyen de simulations thermiques dynamiques prenant en compte l'inertie des matériaux mis en œuvre

  • Dans les bâtiments de bureaux :

- Mettre en place les éléments permettant d'effectuer une ventilation naturelle intensive entre autres une masse thermique suffisamment importante (masse des éléments de construction supérieure à 100 kg/m²) et accessible.

- S'assurer que ces éléments permettent de maintenir le confort à l'intérieur des limites fixées en catégorie I par la norme NBN EN 15251.

- Vérifier le confort atteint au moyen de simulations thermiques dynamiques prenant en compte l'inertie des matériaux mis en œuvre.

Mis à jour le 01/01/2013