Améliorations des performances

Performances techniques

De manière générale, on peut dire qu'il est aisé de remplacer la totalité du châssis. En effet, du fait que la pose d'un nouveau châssis est l'amélioration la plus répandue sur le marché, cette démarche est considérée comme aisée.

Cependant, le remplacement d'un châssis existant par un châssis neuf induit des travaux plus lourds que dans le cas d'un remplacement du vitrage uniquement : démolition du plafonnage ou moulures de l'ébrasement, de la tablette et ragréage de la baie. A part ces travaux supplémentaires à ne pas négliger (au niveau des surcoûts et des désagréments qu'ils engendrent), le châssis neuf, qu'il soit standard ou réalisé par un artisan, viendra simplement se placer dans la baie contre les batées.

Il est important de se renseigner pour savoir ce que comprend le prix fournis par l'entreprise : matériau, pose, main d'œuvre, démolition, ragréage, remise en état,… Il faut que celle-ci réalise un relevé correct préalablement à la pose du châssis pour que les dimensions de ce dernier soient adaptées à la situation existante (insertion dans la baie) et aussi, que le châssis neuf soit le plus proche possible de l'existant en termes dimensionnels et esthétique. Bien trop souvent les offres de prix et devis remis par les entreprises ne fournissent pas assez de renseignements sur le châssis neuf qui sera placé : dessins succincts et schématiques, aspect non renseigné,… ce qui fait que certains propriétaires ou occupants peuvent être surpris par le résultat final.

Le placement de châssis neuf présentant une meilleure étanchéité que les châssis anciens et des valeurs de U supérieures doit s'accompagner d'une ventilation adéquate du local pour éviter les problèmes de condensation intérieure.

Il est à noter que la réalisation du châssis neuf sera plus complexe si le châssis présente une composition particulière (imposte cintrée,…).

image45_Double ouvrant

image46.jpeg

image47_Guillotine

image48.jpeg

image49_Métallique

image50.jpeg

1. Double ouvrant2. Simple ouvrant3. Guillotine4. Petits bois5. Métallique6. Bretèche en bois
Niveau de complexité22/2/2
1Très aisé2Aisé3Complexe4Très complexe

(Comparaison et synthèse avec les autres améliorations : voir tableau de synthèse des performances techniques)

Performances thermiques

Diminution des besoins annuels en chauffage des améliorations par rapport à un châssis existant

Besoins annuels en chauffage

image45_Double ouvrant

image46.jpeg

image47_Guillotine

image48.jpeg

image49_Métallique

image50.jpeg

Double ouvrantSimple ouvrantGuillotinePetits boisMétalliqueBretèche en bois
SE1-LOC1-Nord-19%--22%/-7%/-60%
SE1-LOC2-Nord-30%-31%/-22%/-40%
SE1-LOC3-Nord-55%-60%/-46%/-54%
SE1-LOC4-Nord-25%-73%/-12%/-28%
SE2-LOC1-Sud-16%-19%/-4%/-25%
SE2-LOC2-Sud-30%-29%/-19%/-46%
SE2-LOC3-Sud-64%-68%/-50%/-67%
SE2-LOC4-Sud-26%-31%/-11%/-34%

(Source: Ceraa asbl, ULG EnergySud, CEDIA, Xylonis, Etude sur l'impact des améliorations thermiques des fenêtres existantes à valeur patrimoniale dans les constructions traditionnelles de la Région de Bruxelles Capitale, 2011)

Globalement, les résultats reflètent le bon sens  : les besoins en chauffage diminuent lorsque le coefficient de déperdition thermique de la fenêtre s'améliore (diminution de Uw ou Uw,équiv).

  • SE2 – LOC3 – sud : se détache.
    • Les gains solaires sont beaucoup plus élevés au Sud qu'au Nord.
    • L'air hygiénique étant préchauffé, les besoins des améliorations sont beaucoup moins importants.

(Comparaison et synthèse avec les autres améliorations : voir tableau de synthèse des performances thermiques)

Gains intéressants, du fait de la performance du nouveau châssis placé !

Performances de limitation de la surchauffe

L'amélioration a peu d'impact sur la surchauffe au sein du local. En effet, les heures de surchauffe observées initialement sont équivalentes aux heures de surchauffe après amélioration.

Outre la performance du châssis, la surchauffe dépend de la proportion surface fenêtre / surface local et de l'orientation de la pièce, de l'inertie du local (nature du plancher, présence/absence d'isolation sur le nu du mur intérieur,…).

Il est possible, en cas de surchauffe au sein du local, d'agir sur d'autres éléments que le châssis : augmenter le taux de ventilation du local, placer des protections solaires intérieures (tentures, stores…), placer des protections solaires extérieures (volets), augmenter l'inertie thermique du local, placer un puits canadien sur la ventilation mécanique double-flux (avec by-pass),…

Performances lumineuses

Le châssis et le vitrage existants sont remplacés par un châssis de type double vitrage 6-16-4 de 26 mm pour lequel la transmission lumineuse est de 77 %.

A titre indicatif, pour une activité de lecture, l'éclairement minimal est de 300 lux. Cette valeur est assurée pendant 80% du temps d'occupation dans tous les cas de figure observés.

L'amélioration rend les performances lumineuses un peu moins bonnes que dans la situation existante, l'éclairement minimum est cependant respecté.

Les valeurs indiquées dans le tableau ci-dessus sont les valeurs d'éclairement dans le cas de la situation 1 (rue étroite, façade orientée Nord) par ciel nuageux. Il s'agit donc du cas le plus défavorable que l'on puisse rencontrer, mais fréquent dans le centre de la ville et les communes de la première couronne de Bruxelles.

De manière générale, les valeurs d'éclairement à l'intérieur de la pièce dépendent plus de la configuration géométrique du châssis (surface nette vitrée, forme et hauteur du vitrage) par rapport à la surface du local que du facteur de transmission lumineuse du vitrage et, de ce fait, du type d'amélioration envisagée.

Dans le tableau suivant sont reprises les valeurs d'éclairement intérieur en un point:

  • à 1 m de la fenêtre
  • 85 cm du sol
  • par ciel couvert, garanti
  • pendant 80 % du temps.
Valeur d'éclairement (lux)

image45_Double ouvrant

image46.jpeg

image47_Guillotine

image48.jpeg

image49_Métallique

image50.jpeg

1. Double ouvrant2. Simple ouvrant3. Guillotine4. Petits bois5. Métallique6. Bretèche en bois
Situation existante 461498441315798617
Situation améliorée444436/273/540

(Source: Ceraa asbl, ULG EnergySud, CEDIA, Xylonis: 2011

700-900 luxExcellent500-700 luxTrès bon300-500 luxBon<300 luxInférieur à l'éclairement minimal conseillé

Performances acoustiques

Profilés de châssis épais et comportant 1 à 2 frappes avec joints.

Le remplacement du châssis existant par un nouveau châssis en bois induit un meilleur niveau d'isolement de la pièce.

Isolement acoustique

image45_Double ouvrant

image46.jpeg

image47_Guillotine

image48.jpeg

image49_Métallique

image50.jpeg

1. Double ouvrant2. Simple ouvrant3. Guillotine4. Petits bois5. Métallique6. Bretèche en bois
Situation existante 28.124.721.826.623.226.5
Situation améliorée 34.233.3/35.7/32.9

(Source: Ceraa asbl, ULG EnergySud, CEDIA, Xylonis: 2011

(Comparaison et synthèse avec les autres améliorations : voir tableau de synthèse des performances techniques)

40-… dBTrès bon35-40dBBon30-35 dBMoyen<30 dBInférieur à la valeur limite de confort en rue calme = 30 dB

Performances esthétiques et patrimoniales

Chaque châssis possède des caractéristiques esthétiques et des valeurs architecturales lui étant propres. Le remplacement des châssis signifie la perte totale de ces caractéristiques et éléments de valeur.

  • Cette amélioration, d'un point de vue patrimonial et esthétique, est la plus radicale puisqu'il ne subsiste rien du châssis initial.
  • Les sections du châssis neuf risquent d'être différentes, l'aspect intérieur et extérieur du châssis risquent d'être modifiés,…
  • Ce type de châssis neuf présente en général une durée de vie nettement plus courte (approximativement 20 ans) que des châssis bois anciens pouvant tenir une centaine d'années (à condition d'être correctement entretenus).
  • Ce type d'intervention provoque des dégâts intérieurs non négligeables : démolition du plafonnage et/ou des retours en bois mouluré de l'ébrasement.

Au niveau patrimonial, il ne s'agit donc pas d'une solution intéressante ( il est fait référence ici à des châssis neufs standard ).

Dans certains cas, quand l'état du châssis ne permet pas sa conservation parce qu'il est trop abîmé ou d'un point de vue du confort intérieur des occupants, le remplacement semble inévitable et apporte une réponse concluante. Dans le cas où le caractère patrimonial et esthétique du châssis à remplacer doit être conservé (par volonté du propriétaire ou pour des questions de valeur historique et patrimoniale), l'intervention d'un menuisier artisan sera nécessaire. Ce dernier apportera une réponse plus satisfaisante en termes de qualité, d'esthétique et de respect de l'existant qu'une solution de châssis standard. Cette approche, certes plus coûteuse, permettrait l'encouragement d'une économie locale et d'un développement de ces métiers se faisant de plus en plus rares.

En résumé, deux critères peuvent être pris en compte pour réaliser une évaluation générale des performances esthétiques et patrimoniales de l'intervention sur les différents châssis types étudiés : la conservation de l'aspect visuel et la conservation de la matière.

a. Conservation de l'aspect visuel
Conservation de la lecture extérieure d'origine :
Vitrage (planéité, texture, couleur, reflets)NON
Fixation du vitrage (mastic, parclose,…)NON
Epaisseur du cadre en vue frontaleOUI
Profil du cadre en plan et en coupeNON
Conservation de la lecture intérieure d'origine :
Fixation du vitrageNON
Epaisseur du cadre en vue frontaleNON
Perception visuelle d'origine (sans encombrement visuel, masque, recouvrement)NON
Raccord aux finitions et décorsNON
SOMME :1/8
b. Conservation de la matière
Conservation du vitrage d'origineNON
Conservation et/ou réparation du châssis d'origineNON
Conservation des quincailleriesNON
Conservation du périmètre extérieur de la baieOUI
Conservation du périmètre intérieur de la baie (tablette et chambranles si existants)NON
Conservation de la maniabilité d'origineNON
Réversibilité de l'interventionNON
SOMME :1/7

Remarque : cette grille d'analyse a été établie conjointement avec la CRMS, la DMS et Bruxelles environnement.

Les performances esthétiques et patrimoniales de ce dispositif très mauvaises (sauf en cas de remplacement à l'identique)!

Comparaison et synthèse avec les autres améliorations : voir tableau de synthèse des performances esthétiques et patrimoniales.

Performances économiques

Les valeurs sont basées sur estimatifs d' entreprises , de fournisseurs ou sur le bordereau de prix de l'UPA-BUA (2009). Elles comprennent la fourniture, la main d'œuvre et les ragréages.

Ces différents prix sont à considérer avec précaution car ils peuvent varier fortement selon la situation, la dimension ou la composition du châssis commandé. Il s'agit donc d'un ordre de grandeur global. (Dans le cas d'imposte cintrée par exemple, cette particularité peut faire monter le prix de l'amélioration de 20 %)

Il s'agit d'un ordre de grandeur global !

Toute offre de prix doit spécifier ce que comprend le prix renseigné : matériau, fourniture, pose, main d'œuvre, démolition, ragréage, remise en état,… Le particulier doit être vigilent sur cet aspect lorsqu'il reçoit une offre de prix.

Estimation de prix pour un châssis double vitrage en chêne local ou français : 750 à 800 € /m² (main d'œuvre, enlèvement et ragréage compris)

Il est à noter que ce prix est élevé car il y a actuellement peu de demande pour un tel bois. Ce montant devrait diminuer (entre 650 et 750 €/m²) si la demande augmente et si un marché se développe.

image45_Double ouvrant

image46.jpeg

image47_Guillotine

image48.jpeg

image49_Métallique

image50.jpeg

1. Double ouvrant2. Simple ouvrant3. Guillotine4. Petits bois5. Métallique6. Bretèche en bois
Prix en €/m²CC/C//
A0 – 400 €/m²B400 – 800 €/m²C800 – 1200 €/m²D1200 – 1600 €/m²
Mis à jour le 01/01/2013