Concevoir flexible et adaptable

Anticiper les transformations futures du bâtiment permet de limiter fortement l'impact environnemental du bâtiment durant sa phase d'exploitation. Il s'agit de permettre des adaptations et des modifications sans devoir recourir à des démolitions importantes.

Respecter la hiérarchie constructive

  • La hiérarchie constructive du bâtiment (voir dossier Problématique et enjeux d'une utilisation durable de la matière) permet des adaptations et des modifications sans devoir recourir à des démolitions importantes. Dans cet ordre d'idée, l'adaptation ou le renouvellement d'un élément à courte durée de vie ne peut pas entraîner la dégradation ou la démolition d'un autre élément dont la durée de vie est plus longue. Lors du choix d'un revêtement de façades, il est important de réfléchir à la manière dont il sera possible de changer cette enveloppe sans devoir, par exemple, intervenir sur la structure portante ou sur les autres éléments constitutifs des parois extérieures.

Intégrer le principe de réversibilité

  • Le caractère réversible de l'acte de construire signifie que les éléments constitutifs d'un bâtiment puissent être démontés aisément, sans impact sur la qualité des produits qui restent en place. Ceci permet non seulement de récupérer les matériaux afin de permettre leur réemploi (in situ ou ailleurs), mais également d'en assurer l'entretien ou le remplacement aisé.
  • A cette fin, il est conseillé de :

privilégier les assemblages mécaniques, de préférence au moyen de systèmes de fixation standardisés et dont la technique de mise en œuvre sur chantier est peu complexe.

veiller à l'accessibilité des systèmes de fixation

éviter les fixations par collage

limiter au maximum le recours aux ancrages chimiques.