Eléments de choix durable

Synthèse des éléments de choix durable

Les éléments du choix durable développent des arguments permettant à l'utilisateur du guide de choisir et de développer la meilleure solution pour chaque cas spécifique. Cette partie du dossier détaille les avantages, les inconvénients, les éventuels freins et moteurs relatifs aux dispositifs.

Le tableau ci-dessous synthétise les différents éléments du choix durable au regard des dispositifs. Pour chacun de ceux-ci, un symbole indique la pertinence relative de chacun des arguments. Dans la mesure où les éléments du choix durable alimentent la réflexion quant à la durabilité du projet, il s'agit bien d'une simple indication, qui de plus doit être interprétée dans chaque situation particulière.

MaçonnésFixés mécaniquementCollésEnduits
Aspect technique
Caractéristique techniques et performance du revêtement++++--+
Caractéristique de l'élément porteurx++++
Durée de vie+++---
Aspects environnementaux
Impact sur la qualité de l'eau de ruissellementx-xx
Protections des surfacesx++-
Lutte contre les îlots de chaleur+++-
Aspects économiques
Coût d'investisement++--++
Coût de l'entretienx+--
Primesxxxx
Aspects socio-culturels
Estétique et prescriptions urbanistiques++--++
Patrimoine+----+
Impact sur la santéx--x
++: Impact positif important+: Impact positif moyenx: Aucun impact-: Impact négatif moyen--: Impact négatif important

Aspects techniques

Les revêtements enduits vont souvent de pair avec l'isolation, et ceux-ci présentent des propriétés en accord avec celui-ci. Lorsque l'isolation doit être protégée par un textile d'étanchéité, le revêtement de façade et sa technique de pose garantiront la pérennité de cette membrane qualifiée comme relativement fragile.

Caractéristiques techniques et/ou performances du revêtement

Les propriétés sont diverses et seront mis plus ou moins en avant par leur fabricant selon le contexte dans lequel le revêtement est amené à être posé.

Ces propriétés tiennent entre autre compte de la technique de pose et de la qualité de fixation du revêtement à la façade. Du fait des turbulences auxquelles nos bâtiments sont soumis, il est important de veiller à ce que les revêtements de façade restent en place et puissent pleinement jouer leurs rôles de protection des couches intérieures du mur.

La résistance du revêtement aux agressions extérieures est également essentiel pour assurer la pérennité de la construction et la durabilité au sens écologique et économique du terme, d'autant plus si on parle de façades difficilement accessibles, d'une entrée de bâtiment, … et seront d'autant plus à apprécier en cas de travaux futurs d'entretien ou d'éventuelles remises en état ou remplacement en cas de détérioration.

Caractéristiques de l'élément porteur

Certains murs, de par leur composition, doivent être plus ou moins perméables à la vapeur d'eau (voir dossier Le bien-être, le confort et la santé dans les bâtiments durables). Le revêtement devra par conséquent contribuer à cette question de perméabilité ou de porosité, et ainsi conserver la qualité des matériaux qui le compose.

D'autres matériaux composant le mur seront par contre plus sensibles à cette question d'humidité relative, et devront davantage être protégé des influences extérieures.

Durée de vie du revêtement

Le revêtement de façade est prévu pour résister longtemps aux événements extérieurs. Attention tout de même que cette durée de vie théorique est fonction de l'environnement de la façade se trouve mais également de la répétition et de la fréquence des entretiens à prévoir.

Aspects environnementaux

Impact sur la qualité de l'eau de ruissellement

L'eau de ruissellement des façades est directement infiltrée dans le sol ou évacuée via nos réseaux d'égout publics. Elle ne fait à priori pas partie des quantités d'eau récupérées, mais peuvent, selon l'architecture, se retrouver dans une certaine proportion dans la citerne d'eau de pluie. De ce fait, tout comme pour les revêtements de toiture, une façade métallique peut devenir néfaste pour l'environnement lors du retour de ces eaux dans le cycle hydrologique naturel. Cette question se posant moins avec des autres revêtements de façade.

Protections des surfaces

La fréquence et le type de produit utilisé peuvent peser (très) lourdement dans la balance de l'impact environnemental global du complexe. De plus ces produits peuvent avoir un impact sur la recyclabilité des matériaux lors de la fin de vie du revêtement (recours au downcycling, qualité des produits après recyclage, …)

Lutte contre les îlots de chaleur

Les matériaux de parement peuvent jouer un rôle dans la lutte, en milieu urbain, contre l'effet des îlots de chaleur, grâce à un choix et une utilisation réfléchis des matériaux

L'objectif est de limiter l'échauffement de l'air par les surfaces exposées aux rayons solaires (effet îlots de chaleur).

Les îlots de chaleur urbains (ICU en abrégé) désignent des élévations localisées des températures, particulièrement des températures maximales diurnes et nocturnes, enregistrées en milieu urbain par rapport aux zones rurales ou forestières voisines ou par rapport aux températures moyennes régionales. Au sein d'une même ville, des différences importantes de température peuvent être relevées selon la nature de l'occupation du sol (forêt, étendues d'eau, banlieue, ville dense...), l'albédo, le relief et l'exposition (versant sud ou nord), et bien entendu selon la saison et le type de temps2. Les îlots de chaleur sont des microclimats artificiels

Ces « bulles de chaleur » sont induites par le croisement de deux facteurs :

  • des activités humaines plus intenses et surtout concentrées dans les villes. Certaines de ces activités sont des sources importantes et chroniques de chaleur comme les usines, moteurs à explosion, moteurs à réaction des avions (tout particulièrement au décollage), chaudières (individuelles ou collectives), systèmes de climatisation, eaux chaudes circulant dans les égouts, réseaux de chaleur anciens parfois mal isolés, etc.
  • une modification de la nature de la surface de la planète, l'urbanisation fait de la ville un milieu qui absorbe plus de calories solaires que ne le ferait le milieu s'il était resté naturel ou cultivé. Les surfaces noires (goudron, terrasses goudronnées, matériaux foncés, et nombre de bâtiments vitrés se comportent comme des capteurs solaires ou des serres, qui renvoient ensuite le rayonnement solaire absorbé sous forme de rayonnement infrarouge qui réchauffe l'air urbain, et — en l'absence de vent — tout l'environnement urbain)

Aspects économiques

Coûts d'investissement

Un revêtement de façade est fait pour durer. Le coût d'investissement sera donc tout à fait relatif par rapport à cette longévité.

Coûts d'entretien

De manière générale, l'état du revêtement de façade ne doit pas être régulièrement contrôlé, à l'exception de certains revêtements fixés mécaniquement ou collé. Les revêtements en bois quant à eux nécessitent pour certaines essences un entretien tous les 3 à 5 ans.

Des revêtements comme les tuiles et ardoises sont moins résistants aux grands vents comme peuvent l'être les revêtements métalliques, les maçonneries ou les enduits. Il arrive d'ailleurs qu'une partie du revêtement en tuile ou en ardoise se détache après de grands vents et qu'une légère remise en état s'impose. Néanmoins, ces réparations peuvent être très ponctuelles et parfois facilement réalisables. Un revêtement métallique aura quant à lui tendance à se corroder, ce qui a pour effet d'accélérer son vieillissement et les réparations ponctuelles sont dans ce cas-ci plus difficiles.

Primes

A ce jour, il n'existe pas en Région Bruxelles-Capitale de primes à l'investissement pour des matériaux « à faible impact environnemental » autres que les isolants.

Aspects socio-culturels

Esthétique et prescriptions urbanistiques

Le choix des matériaux peut être contraint par un règlement communal ou régional d'urbanisme, voir un éventuel permis de lotir. Si le projet ne cadre pas avec ces prescriptions, il peut être utile pour faciliter l'acceptation d'un projet, par une démarche cohérente ou justifiée, de prendre assez tôt contact avec les autorités communales, voir régionales.

Cette question porte aussi sur l'image, la stature que doit avoir le bâtiment vis-à-vis de son environnement. Certains matériaux pâtissent d'une mauvaise publicité, parfois infondée ou datant d'un autre âge, comme par exemple parler d'un chalet « suisse » en voyant un revêtement bois sur une façade.

Patrimoine

La restauration d'un bâtiment visera à conserver ou remettre en état le revêtement existant, quitte à faire le choix d'un revêtement dont la composition est un compromis entre le matériau d'origine et une solution actualisée, visant à augmenter la durabilité du revêtement. (Exemple : enduit réalisé à partir d'un mélange de chaux et de ciment hydrofuge, …)

Arbitrage

Orientation >< Accessibilité de la façade

En dehors de toutes prises en considération des dégradations dues à l'activité humaine, ou à une mauvaise réalisation d'un détail de recouvrement de mur d'acrotère ou de seuil de fenêtre, une façade est soumise, selon son orientation ou son environnement proche, à plus ou moins de contraintes comme le vent, le soleil, la pluie, la pollution de l'air. Certains matériaux nécessitent, afin de prolonger leur durée de vie et leur tenue dans le temps, un entretien régulier (2 à 3 ans). L'accessibilité de la façade peut donc être prédominante dans le choix du revêtement.

Soubassement >< Reste de la façade

Il est usuel que les pieds de mur de façade ne présentent pas le même revêtement que le reste de la façade. Soumis d'avantage à la contrainte de l'eau de pluie, on va orienter le choix vers un matériau résistant à l'humidité et qui puisse être facilement entretenu.