Objectifs

Base réglementaire et bonne pratique ★

  • Respecter les recommandations en matière de sécurité incendie et de confort acoustique.
  • Choisir des cloisons et des murs intérieurs non porteurs adaptés à l'usage et au lieu
    • S'assurer de la qualité du support structurel
    • Choisir des matériaux dont la résistance correspond à l'usage et à la fonction du lieu.
    • S'assurer de la compatibilité entre les éléments structurels porteurs et les éléments non-porteurs
    • S'assurer de la compatibilité entre les matériaux de finitions et le type de cloisons mises en œuvre au niveau du confort thermique et acoustique, de l'hygrométrie, de l'accès à la masse thermique, de la migration de la vapeur d'eau, etc.)
  • Faire une utilisation rationnelle de la matière :
    • Dans certains cas, éviter la mise en œuvre de matériaux (par exemple par l'aménagement intérieur placard qui joue le rôle de cloisons)
    • Envisager la récupération de matériaux (ex : briques ; plaques de plâtre fixées mécaniquement, isolant acoustique dans cloisons,…) Voir site internet Opalis.
    • Choisir un matériau en fonction des possibilités de réparation / remplacement qu'il offre.
    • Choisir des techniques et des matériaux issus de filières de recyclage ou développés sur base de matériaux naturels non ou peu transformés, et offrant un potentiel de recyclage.

Minimum conseillé ★★

  • Répondre aux objectifs de base et utiliser des matériaux et techniques ayant un faible impact environnemental. (Cloisons amovibles, assemblages réversibles, matériaux présentant un écolabel, …)
  • Favoriser l'utilisation de matériaux participant au confort thermique, hygrométrique et acoustique des espaces habités.

Choisir des matériaux avec écobilans favorables

  • On optera pour des matériaux dont l'impact sur l'environnement est moindre. Prioritairement : Choisir un matériau qui possède un écolabel ou autre outil de classification cités dans le dossier Le cycle de vie la matière : analyse, sources d'information et outils d'aide aux choix.
  • Veiller à éviter des systèmes de cloison qui demandent des revêtements de finition qui sont des sources importantes de pollution de l'air intérieur par les composés organiques volatiles.
  • Chercher à éviter des parois qui demandent l'utilisation de colles, diluants et adjuvants nocifs pour la santé (COV, formaldéhyde,…). On privilégiera les fixations mécaniques (clous, vis, etc…) ou à emboîtements. Sinon, on choisira des colles diluants et adjuvants à faible impact environnemental et sanitaire (voir Dossier | Eviter les polluant intérieurs).
  • Dans le cas de l'utilisation de produits d'entretien ou de traitement, veiller à faire un choix de produits qui ne compromettent pas l'écobilans favorables du matériau mis en œuvre et son Réemploi/recyclage/valorisation lors de sa fin de vie (peintures, vernis,…).

Optimum ★★★

  • Utiliser des matériaux qui répondent aux normes « Zéro émission » (voir Dossier | Eviter les polluant intérieurs).
  • Réaliser une étude ACV au niveau du composant et/ou du bâtiment. (Voir Dossier | Le cycle de vie de la matière : analyse, sources d'information et outils d'aide au choix.)
  • Intégrer une réflexion sur l'évolutivité et la flexibilité des espaces intérieures.
    • Le choix du matériau devra être fait en adéquation avec les scénarios d'évolution des espaces intérieurs selon les fonctions et usages : démontable, remontable, adaptable,… : importance de la technique de pose / fixation choisie, ici aussi il y a lieu d'éviter l'usage des colles et favoriser les fixations mécaniques.
  • Une réflexion sur le moyen d'accéder aux techniques et aux conduites sans démolir indûment doit aussi être menée.
Mis à jour le 01/01/2013