Identifier les contraintes liées au projet

Fonction de l'espace et intensité d'usage

Le lieu où sera posé le revêtement joue un rôle déterminant dans le choix des matériaux car le niveau de sollicitation du sol varie selon la fonction de la pièce. En effet, on n'utilise pas une chambre à coucher comme une cuisine ou un bureau… Lors du choix du revêtement de sol, il faudra donc évaluer les exigences liées aux lieux et aux usages (passages, humidité, conditions d'ensoleillement, support, présence d'enfants, etc).

Pour les revêtements de sol, le placement du bon matériau au bon endroit est le premier critère écologique à cibler. Un matériau approprié à l'usage et au lieu vieillira bien, nécessitera peu d'entretien et profitera d'une pleine durée de vie.

Classement UPEC

Le classement UPEC est une norme française permettant de qualifier les différents matériaux de revêtement de sol en fonction des exigences auxquelles ils seront soumis. Ce classement guide le choix en fonction de la résistance par rapport à la destination. Selon la classification :

  • U = Usure (marche, frottements) U2, U2s, U3, U3s, U4
  • P = Poinçonnement (charges, chocs, mobiliers lourds, etc.) P2, P3, P4, P4s
  • E = Eau (comportement à l'eau et l'humidité) E1, E2, E3
  • C = Résistance aux agents Chimiques C0, C1, C2, C3

Les chiffres servent à communiquer le niveau de résistance (U4 étant meilleur que U3 )

  • 1 : Usage très modéré, réservé à des pièces de fréquentation très limitée comme la salle de bains et la chambre à coucher.
  • 2 : Usage modéré. Pour les espaces de vie sauf dans les entrées, les cuisines, les escaliers et pièces très sollicitées mécaniquement et chimiquement.
  • 3 : Usage courant pour pièces à trafic résidentiel
  • 4 : Usage fréquent. Pour les entrées, les cuisines et sols très sollicités.
  • 5 : Usage intensif

L'indice UPEC est toujours mis en relation avec l'usage pour lequel le matériau est destiné. Ainsi, le revêtement de sol devra avoir un indice au moins égal à celui du local.

Par exemple, les parquets massifs ont des classements qui varient entre U2 P2 E1 C0 à U3S P3 E1 C0. Il n'atteint donc pas les valeurs UPEC pour une cuisine (U3 P2 E2 C2 )

Classement UPEC des locaux selon leurs critères d'usage

Locaux et usages

Classement UPEC

Maisons individuelles

Entrée, séjour

U2S

P2

E1

C0

Escalier

U2

P2

E1

C0

Cuisine

U3

P2

E2

C2

Salle de bains

U2

P2

E3

C1

Chambre

U2

P2

E1

C0

Balcon, loggia, terrasse

U3

P3

E3

C2

Immeubles collectifs d'habitation

Hall d'entrée

U4

P2

E2

C0

Couloirs, paliers, escaliers

U3

P2

E1

C0

Espaces extérieurs : coursives, escaliers, seuils d'entrée 

U4

P3

E3

C2

Immeubles commerciaux

Commerces à faible fréquentation

U3S

P2

E2

C1

Commerces à fréquentation moyenne

U4

P3

E3

C2

Commerces à fréquentation élevée : alimentation, cafés, bars

U4

P3

E2

C2

Source : cahier 2999 du CSTB

Dans la cuisine :

Le sol de la cuisine doit être solide et facile à entretenir.

  • Carrelages en céramique.
  • Vinyle / linoleum / revêtement en époxy /…

Dans la salle de bain et autres pièces humides :

Dans la salle de bains ou autre pièce humide, il faudra assurer l'étanchéité du pourtour du revêtement/de la pièce, afin d'empêcher l'eau de s'infiltrer sous celui-ci/entre celui-ci et le mur/…

De plus, le sol de la salle de bains doit pouvoir résister aux variations hygrométriques de l'espace (matériaux inertes).

  • Notons l'existence sur le marché de parquets en bambou, qui offrent grande stabilité dimensionnelle lors de variations d'hygrométrie, ce qui en fait a priori une essence intéressante dans les pièces humides.
  • La plupart des pierres naturelles doivent être étanchéifiées avec un traitement de surface qu'il faut rafraîchir périodiquement.
  • Les céramiques sont tout à fait adaptées à l'humidité.
  • Le jonc de mer possède une formidable résistance. Sa nature aquatique fait qu'il ne craint ni l'eau ni l'humidité. Au contraire, le jonc de montagne absorbe l'eau et est donc à installer dans les pièces sèches.
  • Les linoléums naturels et lièges ne sont pas adaptés aux lieux humides
  • Les revêtements continus (inertes, continus, dotés d'une grande résistance,…) conviennent aux pièces humides. Exemple : le vinyle est tout à fait adapté à l'humidité.

L'usage des revêtements de sol en bois et dérivés (sensibles aux variations hygrométriques) dans les espaces humides est peu conseillé. Il demande certaines précautions :

  • Eviter à tout prix la pénétration d'eau par les pourtours (pose d'un joint périphérique) et sous les lattes de bois (pose par collage sur toute la surface en couche épaisse)
  • Protéger la surface du parquet au moyen d'un vernis. L'huile et la cire ne conviennent pas pour cet usage.
  • Il faudra cependant veiller à ne pas laisser stagner l'eau plus d'une heure sur le revêtement et essuyer le sol après la douche ou le bain.
  • Choisir des espèces à faible dilatation, telles que merbau, afzélia, padouk, teck ou bambou.
  • Eviter de poser du parquet en bois dans les salles d'eau mal isolées, mal ventilées et où l'humidité (moisissure) est permanente.

Dans les pièces à usage intensif, passages fréquents (U4 / U5) :

On augmentera les possibilités de ragréage par ponçage en optant pour des bois massifs et bétons de finition dont la couche d'usure a une épaisseur supérieure.

On mettra en œuvre un matériau très résistant aux sollicitations, à l'usure.

Résistance du matériau

Les matériaux se caractérisent par leur :

  • Résistance aux impacts
  • Résistante à l'usure
  • Sensibilité aux taches
  • Sensibilité à l'humidité
  • Sensibilité aux UV

Revêtements de sol en bois et dérivés

Certains bois sont plus sensibles aux variations climatiques et le choix dépend de leur compatibilité à l'usage et au lieu. Bien employés, ils peuvent présenter de très grandes durées de vie.

  • D'épaisseur variable, les propriétés (dureté, couleur, dilatation) des planchers bois varient en fonction de l'essence de bois sélectionnée. De par sa nature, le bois varie à l'humidité et occasionnera des retraits. Aussi, il demeure sensible aux UV qui peuvent changer sa coloration.
  • Contrairement au bois massif, les parquets stratifiés sont résistants aux UV et à la dilatation thermique. Leurs durée de vie est cependant plus limitée que celle du bois massif et dépend de l'épaisseur de la couche d'usure.

Revêtements de sol pierreux et céramiques (éléments et modules)

Puisque chaque type de pierre ou de céramique a des propriétés différentes, le choix dépendra fortement de l'utilisation prévue dans le bâtiment.

  • Les calcaires, pierres blanches, marbres, granits, pierre bleue et schistes sont des revêtements lourds comportant des sensibilités différentes aux taches et à l'humidité. Chacune a des propriétés différentes qu'il convient de faire correspondre à l'usage prévu.
  • La céramique et la pierre reconstituée  possèdent, en fonction de leur épaisseur et leur émail, de nombreux avantages : solides, résistantes aux acides, etc. Les céramiques naturelles sont cependant sensibles aux taches et demandent un traitement de surface.

Revêtements de sol pierreux et céramiques (béton coulé)

  • Grande dureté.
  • Les bétons lissés et polis nécessitent l'application d'une cire en surface afin de le protéger contre les taches.

Revêtements de sol souples

  • Souvent fabriqués à partir de matières recyclées, les revêtements synthétiques (inerte, doté d'une grande résistance,…) conviennent à tous les types de pièces. Ils sont particulièrement adaptés aux lieux publics fortement sollicités.
  • Très résistante et quelque peu rude, la fibre de coco absorbe peu la poussière.
  • Dotée d'une grande résistance à l'usure, la fibre de Sisal est simple d'entretien mais résiste mal à l'humidité, au soleil direct et aux taches. C'est la fibre végétale supportant le mieux les teintures.
  • Le jonc de mer possède une formidable résistance. Sa nature aquatique fait qu'il ne craint ni l'eau ni l'humidité.
  • On évitera les matériaux qui retiennent les poussières, comme les tapis plains, dans les chambres et les lieux où des enfants vivent.
  • Les linoléums naturels sont très résistant à l'usure, leur utilisation est principalement recommandée pour les surfaces soumises au passage fréquent (hall d'entrée ; couloirs de circulation…).

Revêtements de sol continus

Les revêtements continus (inertes, continus, dotés d'une grande résistance,…) conviennent à tous les types de pièces.

  • Moins résistante que le polyuréthane, la résine époxy est sensible aux rayures, aux coups et à l'usure.
  • Epoxy : Sa couleur ternit avec le temps (sensible aux UV).
  • Polyuréthane : Sa couleur ternit avec le temps (sensible aux UV).

Influence du parti architectural

Certaines typologies de bâtiment peuvent justifier le choix d'un type de revêtement de sol.

  • Les revêtements de sol continus (béton lisse, époxy,…) et certains revêtements de sol souples (caoutchouc,…) par l'absence de joints confèrent au bâtiment, à l'espace une esthétique, un dépouillement.
  • La texture (brillant/mat/…) de certains revêtements de sol confère à l'espace une esthétique particulière.

La brillance, l'absence de joints, les couleurs de ce revêtement de sol confèrent une esthétique particulière au lieu

Figure 10 : [071] Saint François, La brillance, l’absence de joints, les couleurs de ce revêtement de sol confèrent une esthétique particulière au lieu, O2 Société d'Architectes, 1030 Bruxelles [071] Saint François, O2 Société d'Architectes, 1030 Bruxelles

Apparence et soin

La propreté et la qualité des revêtements de sol sont très importantes pour des questions d'image. Le public en général en remarquera rapidement les qualités et défauts. Cela se vérifie entre autres dans la restauration et le commerce de détail, mais aussi dans le marché du locatif.

L'intégration de considérations environnementales dans le choix d'un revêtement de sol est non seulement une façon d'en prolonger la durée de vie, c'est aussi une occasion de soigner son image par un geste à forte visibilité.

La pose d'un revêtement de sol de couleur rouge joue sur l'image et le perception du lieu

Figure 11 : [018] Dubrucq, La pose d’un revêtement de sol de couleur rouge joue sur l’image et le perception du lieu, B-architecten, photo : Y. Glavie. [018] Dubrucq, B-architecten, photo : Y. Glavie.

Caractéristiques et capacité portante du support

La structure et la condition du bâtiment doivent pouvoir se prêter à la masse des revêtements de sol.

  • La masse est le caractère principal des revêtements de sols d'origine minérale.
  • À leur avantage, les revêtements de sol souples sont légers.

Inertie thermique du revêtement de sol

Pour qu'une masse thermique joue pleinement son rôle, il faut qu'elle soit accessible. Une dalle de béton n'échangera pas efficacement son énergie avec l'espace habité s'il est recouvert d'une moquette qui l'isole. À l'inverse, un revêtement d'origine minérale assurera la conduction de l'énergie. L'accessibilité à la masse thermique sera ainsi maintenue et l'inertie en sera augmentée.

Le choix d'un matériau de revêtement de sol peut être fait en fonction de son inertie thermique. Un choix cohérent devra être fait en fonction de la stratégie énergétique globale du projet. En règle générale, on choisira des revêtements massifs et conducteurs qui maintiennent et augmentent l'accessibilité à la masse thermique du bâtiment.

  • Les matériaux pierreux, céramiques, bétons contribuent à l'inertie thermique et à la régulation de la température intérieure : la chaleur est stockée, puis progressivement libérée et inversement. En été, le sol sera donc plus froid, et en hiver, plus chaud.
  • À l'inverse les matériaux organiques, comme le bois, fluctuent grandement selon la chaleur et l'humidité. Le bois multicouche est spécialement conçu pour bien réagir à ces fluctuations et peut être utilisé sur un plancher avec chauffage radiant.

Dans le cas d'un bâtiment isolé par l'intérieur, l'inertie thermique de celui-ci étant affaiblie par ce système, on choisira des revêtements massifs et conducteurs (matériaux pierreux, céramique,…) qui maintiennent et augmentent l'accessibilité à la masse thermique du bâtiment.

Les matériaux pierreux contribuent à l'inertie thermique et à la régulation de la température intérieure de cette annexe

Figure 12 : [046] Ch_Forest, Les matériaux pierreux contribuent à l'inertie thermique et à la régulation de la température intérieure de cette annexe, architecte : Gwenola Vilet, photo : Yvan Glavie. [046] Ch_Forest, architecte : Gwenola Vilet, photo : Yvan Glavie.

Les matériaux légers, caractérisés par une faible inertie thermique, sont peu conducteurs et jouent donc un rôle (parfois minime) d'isolant thermique.

  • Exemples :
  • Les revêtements en bois et dérivés, le vinyle, les revêtements souples disposent de qualités d'isolation thermique intéressantes.

Voir dossier - Assurer une grande inertie thermique

Pose sur chauffage-sol

La compatibilité d'un matériau de revêtement de sol avec un chauffage-sol dépend de la réaction de celui-ci à la chaleur /de sa capacité à se dilater / de sa capacité à restituer la chaleur.

  • Les carrelages en céramique sont parfaitement compatibles avec un chauffage-sol car ce type de revêtement se dilate ou rétrécit très peu. Par ailleurs, cette combinaison est très efficace car les carreaux ont la faculté de conserver la chaleur et de la restituer lentement.
  • Le béton convient pour un système de chauffage au sol.
  • L'époxy, qui ne reste pas élastique après séchage, ne convient par contre pas pour le chauffage par le sol (fissures, risques de déchirures).
  • Le linoleum accumule rapidement la chaleur ambiante, il est donc idéal pour le chauffage par le sol.
  • Contrairement au bois massif, les parquets stratifiés sont résistants à la dilatation thermique. Leur grande stabilité thermique leur permet d'être placés sur dalle chauffante.

Confort acoustique

Le choix d'un matériau de revêtement de sol peut être fait en fonction de son rôle d'isolant sonore (amortir les chocs, réduire les bruit aériens,…).

Les revêtements de sol dur comme le bois, la pierre et les carrelages peuvent affecter le confort acoustique, particulièrement dans le cas des planchers des étages supérieurs. Dans tous les cas, c'est la technique de pose et la composition acoustique de l'ensemble du plancher qui lui confère de véritables qualités acoustiques et non le seul choix du revêtement. Dans le cas des parquets, on favorisera la technique de pose " flottante " où le revêtement est séparé du support par un matériau résilient. Dans tous les autres cas, le principe de la chape flottante produira d'excellents résultats acoustiques lorsque bien mise en œuvre. Il faut éviter le réflexe simpliste du tapis plain qui n'est pas une solution acoustique complète, quoique utile pour atténuer la réverbération du son et les chocs. Des revêtements souples comme le liège et le caoutchouc peuvent également atténuer les bruits d'impacts.

  • Le liège dispose de qualités acoustiques intéressantes
  • Les caoutchoucs synthétiques, le vinyle et le linoleum sont de bons isolants sonores.

Pose d'un revêtement de sol souple dans les espaces de circulation de cet immeuble de bureaux pour son rôle acoustique

Figure 13 : [040] Aeropolis, Pose d’un revêtement de sol souple dans les espaces de circulation de cet immeuble de bureaux pour son rôle acoustique, Architectes associés, 1030 Bruxelles. [040] Aeropolis, Architectes associés, 1030 Bruxelles.

Consulter également le dossier | Assurer le confort acoustique.

Fréquence et type d'entretien nécessaire

Un choix adéquat du revêtement de sol, de sa protection et de sa finition en fonction de la destination de l'espace ainsi qu'un entretien régulier et approprié assureront la conservation et la durée de vie d'un revêtement de sol.

Le type, la fréquence et le coût de l'entretien des revêtements de sol varient en fonction du matériau choisi. Si le bâtiment est destiné à la location (logement / bureaux /...), il faudra éviter les revêtements de sol nécessitant un entretien régulier.

Voir ‘Mise en œuvre ­ aspects relatifs à chaque dispositif'

Les coûts

Coût de l'investissement
  • Pour les coûts d'investissement, nous vous renvoyons vers ‘Mise en œuvre ­ aspects relatifs à chaque dispositif'.
Coût de l'entretien
  • Pour les coûts d'investissement, nous vous renvoyons vers ‘Mise en œuvre ­ aspects relatifs a chaque dispositif'