Objectifs

Base réglementaire et bonne pratique ★

Il n'y a pas de loi ni de règlement qui concerne le choix d'un revêtement de sol.

Choisir des revêtements de sol adaptés à l'usage et au lieu

S'assurer de la qualité et de la planéité du support de réception

Choisir un revêtement dont la résistance et le niveau d'entretien demandé correspondent à l'usage et au mode de vie des occupants.

S'assurer de la compatibilité entre les conditions d'ensoleillement et d'humidité du lieu et le comportement du revêtement choisi à ces conditions.

  • Faire une utilisation rationnelle de la matière :
    • Dans certains cas, éviter la mise en œuvre de matériaux de finition.
    • Envisager la récupération de matériaux (ex. planchers en bois, carrelages en terre cuite,…) Voir site internet Opalis.
    • Choisir un matériau en fonction des possibilités de réparation / remplacement qu'il offre. Augmenter les possibilités de ragréage par ponçage en optant pour des bois massifs et bétons de finition dont la couche d'usure a une épaisseur supérieure.
    • Choisir des techniques et des matériaux issus de filières de recyclage ou développés sur base de matériaux naturels non ou peu transformés et offrant un potentiel de recyclage.

Minimum conseillé ★★

On cherchera, en plus de ce qui est repris sous « Base réglementaire et bonne pratique » à rencontrer les objectifs suivants :

  • Opter pour des matériaux dont l'impact sur l'environnement est moindre et dotés d'un écolabel ou autre outil de classification cités dans le dossier Dossier | Le cycle de vie de la matière: analyse, sources d'information et outils d'aide au choix .
  • Privilégier les matériaux pour lesquels des filières de recyclage existent.
  • Eviter les matériaux composites ou les techniques de pose/fixation (collés) des revêtements de sol non réversibles, afin de ne pas compromettre le potentiel de recyclage de ceux-ci.
  • Eviter les revêtements synthétiques qui sont des sources importantes de pollution de l'air intérieur par les composés organiques volatiles.
  • Eviter les matériaux qui retiennent les poussières, comme les tapis plains, dans les chambres et les lieux où des enfants vivent.
  • Eviter l'utilisation des revêtements collés qui utilisent des colles, diluants et adjuvants nocifs pour la santé (COV, formaldéhyde,…). On privilégiera les fixations mécaniques (clous, vis, etc…) ou à emboîtements. Sinon, on choisira des colles diluants et adjuvants à faible impact environnemental et sanitaire (voir Dossier | Eviter les polluant intérieurs).
  • Dans le cas de l'utilisation de produits d'entretien ou de traitement, veiller à faire un choix de produits qui ne compromettent pas l'écobilans favorable du matériau mis en œuvre et son réemploi/recyclage/valorisation lors de sa fin de vie (peintures, vernis,…).

Optimum ★★★

On cherchera, en plus de ce qui est repris sous « Base réglementaire et bonne pratique » et « Minimum conseillé », à rencontrer les objectifs suivants :

  • Utiliser des matériaux qui répondent aux normes « zéro émission » (voir Dossier | Eviter les polluant intérieurs).
  • Réaliser une étude ACV (analyse du cycle de vie) au niveau du composant et/ou du bâtiment. (Voir Dossier | Le cycle de vie de la matière: analyse, sources d'information et outils d'aide au choix.)
  • Intégrer une réflexion sur l'évolutivité et la flexibilité des espaces intérieures.
    • Le choix du matériau devra être fait en adéquation avec les scénarios d'évolution des espaces intérieurs selon les fonctions et usages : démontable, remontable, adaptable,… : importance de la technique de pose / fixation choisie, ici aussi il y a lieu d'éviter l'usage des colles et favoriser les fixations mécaniques.
      • Voir les fiches Dossier | Concevoir un bâtiment qui limite la production de déchets tout au long de son cycle de vie, Dossier | Organiser la déconstruction d'un bâtiment, Dossier | Favoriser les opportunités d'échange entre les occupants du bâtiment et leur voisinage/au sein du bâtiment.
      • Possibilités de démontage 
      • Dans le cas d'un bâtiment/espace de faible inertie (isolé par l'intérieur ou en construction bois, par exemple), on choisira des revêtements massifs et conducteurs (matériaux pierreux, céramiques,…) qui maintiennent et augmentent l'accessibilité à la masse thermique du bâtiment.