Identifier les polluants éventuels à éliminer dans le cadre d'une rénovation

Les sources d'exposition

L'air de la maison est riche en vapeur d'eau : la toilette, le séchage du linge, le lave-vaisselle et cuisiner génèrent de l'humidité. Il peut aussi exister des infiltrations de pluies, des remontées d'humidité du sol ou d'anciens dégâts des eaux. Résultats : les surfaces imprégnées s'abîment, des moisissures apparaissent et la santé en pâtit. Les activités humaines (respiration et transpiration) émettent de la vapeur d'eau, y compris en dormant (un adulte produit un litre à un litre et demi par jour de vapeur d'eau).

Tous les appareils à combustion (pour le chauffage et l'eau, les poêles à mazout, les cheminées) ont besoin d'oxygène pour fonctionner sans danger. Sinon, gare au monoxyde de carbone, indécelable mais qui peut être mortel en l'absence d'aération. La gamme de composés organiques volatils (COV) dans l'air intérieur est aussi nombreuse que les matériaux de l'habitation. Vêtements, cosmétiques, produits d'entretien, isolants, revêtements de murs, de sols, enduits, colles, peintures, fumées émettent des poussières, des fibres, des COV. Autant de polluants dans l'environnement intérieur qu'il faut évacuer pour la santé du bâti et de ses occupants.

La présence de pesticides dans l'habitat peut avoir plusieurs sources : les plantes d'intérieur (si de tels produits sont utilisés), les colliers anti-puce pour chien ou chat ou les éventuels traitements tels que les sprays ou les auto-collants sur les fenêtres (contre les insectes volants, rampants, moustiques, fourmis, cafards).

Points d'attention en rénovation

Dans le cadre d'une rénovation, on sera particulièrement attentif aux éléments suivants susceptibles d'avoir un impact négatif sur la qualité de l'air des espaces :

  • La présence d'amiante
  • Les peintures existantes qui contiennent éventuellement du plomb (surtout avant 1940 - le plomb se retrouvait essentiellement dans certaines peintures contenant des pigments de couleurs vives mais aussi dans certains pigments blancs. Ces derniers sont aujourd'hui interdits (Directive Européenne 76/769/CEE)) : murs, anciennes portes ou châssis de fenêtre, rampes d'escalier.
  • On veillera au minimum à porter un masque de protection pendant le décapage. Idéalement, on fera enlever les peintures contenant du plomb par des professionnels.
  • Les anciens panneaux en bois aggloméré : à remplacer ou vernir (avec une attention particulière au choix du vernis !).
  • Les sources éventuelles d'humidité dans les parois (descentes d'eau défectueuses, humidité ascensionnelle, etc.) susceptibles de favoriser le développement de moisissure : programmer leur résolution.

Exemples de rénovation

Exemple d'une éco-rénovation : salles de séminaires et bureaux sur 3.800 m² à Ixelles, bâtiment exemplaire [067] pour Brussels Sustainable House

L'équipe a fait un effort tout particulier dans l'utilisation de matériaux d'origine renouvelable tel que de la laine de chanvre, fibre de bois, flocage de cellulose pour l'isolation et du linoléum comme revêtement de sols, peinture avec pigments naturels, bois labélisé FSC, traitement thermique du bois,… La réutilisation des matériaux existants a également une place centrale dans ce projet.

Décapage d'une porte extérieure

Illustration 18 : décapage d’une porte extérieure – Source www .thomchotte.com

Mundo-B

?Illustratie19: Mundo-B – Bron: A+A+A+A? (Source arch : A+A+A+A)

Mundo-B – salle de séminaire

?image20.jpeg? (Source : mundo-b)
Mis à jour le 01/01/2013