Eléments de choix durable

Tableau récapitulatif

Le tableau ci-dessous donne un aperçu de l'impact durable des dispositifs. Pour chacun d'entre eux, un symbole indique dans quelle mesure les différents arguments s'appliquent. Les éléments de choix durable influencent la réflexion sur la durabilité du projet. A cet égard, cet aperçu n'est rien de plus qu'une indication, qui doit être interprétée différemment en fonction de chaque situation spécifique.

Cheminements et accès pour les piétonsEspace pour les moyens de transport actifs et les poussettes

Aspects environnementaux

Limiter la dépendance vis-à-vis des combustibles fossiles

++

++

Gain de place

+

Aspects économiques

Frais d'investissement

Limiter les frais d'infrastructure

++

NA

Réduction des frais d'entretien

NA

Aspects sociaux et culturels

Santé et bien-être

++

++

Amélioration de la qualité de l'air

++

+

Limitation des nuisances sonores

++

Cohésion sociale

++

Planification du temps de déplacement

++

++

Ouverture à un plus grand groupe de population

++

++

Limitation des embouteillages en ville

++

++

Neutre

Positif

Négatif

Type d'impact
(durabilité, coûts, etc.)

⚫ (faible) à
⚫⚫⚫ (important) ou
NA (non applicable)

+ (faible) à
++ (important)

⚊ (faible) à
⚊⚊ (important)

Aspects environnementaux

Limiter la dépendance vis-à-vis des combustibles fossiles

La limitation du recours à la voiture privée et l'augmentation des formes de mobilité active entraînent une baisse de la consommation d'énergie. La mobilité active contribue par conséquent à une diminution des émissions de CO2 et à une baisse de la dépendance vis-à-vis des sources d'énergies non renouvelables.

Gain de place

Lorsque la part de la voiture est limitée et que les modes de transport actifs sont encouragés, les abords du bâtiment peuvent être aménagés de manière plus durable. On peut faire des économies au niveau de l'espace, des matériaux, des travaux d'excavation (aménagement de garages), des surfaces artificialisées, etc. Cela permet d'aménager plus d'espaces communs multifonctionnels, tels que des espaces verts qui sont propices à la biodiversité et des dispositifs pour une gestion alternative de l'eau de pluie.

Aspects économiques

Limiter les frais d'investissement

L'absence de garage et la limitation du nombre de places de parking imposé par le RCU pour les immeubles à appartements et les bâtiments affectés à des activités économiques, engendrent de sérieuses économies (coût de l'espace, matériaux, déplacement des terres pour la construction de garages souterrains, etc.). Cela permet en outre d'encourager le recours collectif à la voiture, l'utilisation des transports en commun et les modes de transport actifs.

Limiter les frais d'infrastructure

De faibles coûts d'investissement et d'entretien pour l'infrastructure dédiée aux voitures.

Réduction des frais d'entretien

En fonction de la voiture, cela peut représenter un poste de dépenses important pour un ménage. Cela a un impact considérable sur le budget de la population, surtout dans les groupes de population plus précarisés. Une réduction de l'usage de la voiture peut donc limiter ces dépenses en carburant, taxes, assurances, entretien et réparation, par exemple.

Aspects socioculturels

Santé et bien-être

La mobilité active a un impact favorable sur la santé. Elle permet de diminuer les risques de maladies cardio-vasculaires, par exemple. (Voir Good Move).

Amélioration de la qualité de l'air

Le transport à base d'énergie fossile contribue en partie à la pollution atmosphérique par l'émission de polluants qui génèrent notamment des maladies respiratoires. Les pics de pollution qui sont régulièrement observés en hiver et les pics d'ozone en été, contraignent les personnes vulnérables à limiter leurs déplacements et leurs efforts.

Limitation du bruit

Enfin, près d'un bâtiment résidentiel sur quatre est exposé à un niveau de bruit très désagréable en raison du trafic automobile. Cela n'est pas sans conséquence pour la santé des habitants: stress, insomnie, problèmes auditifs, troubles de la concentration, etc.

Cohésion sociale

Si l'espace public y est bien adapté, la coexistence de plusieurs formes de mobilité active peut augmenter le plaisir de passer du temps dehors, de découvrir le quartier, de reconquérir la ville. La mobilité active peut être une source de rencontres entre des individus et des communautés à Bruxelles, et contribuer ainsi à un réseau social plus solide en ville.

S'il y a une bande non constructible et/ou un espace extérieur non bâti entre le bâtiment et la rue, qui n'est pas dédié à la voiture, cet espace autour du bâtiment peut être utilisé pour toutes sortes de formes d'interaction sociale et contribuer ainsi à la vie sociale dans le quartier.

Planification du temps de déplacement

La marche et le vélo sont des modes de transport rapides et fiables en ville. A pied ou à vélo, on ne perd pas de temps dans les embouteillages ni à chercher une place de parking. Cela permet de mieux estimer la durée du trajet.

Ouverture des services à un plus grand groupe de population

Les dispositifs de mobilité active contribuent à ouvrir les services aux personnes qui n'ont pas de voiture.

Limitation des embouteillages en ville

L'augmentation des modes de transport actifs contribue à limiter le transport individuel motorisé. Ce qui a un impact sur la densité du trafic et les embouteillages dans les villes. La viabilité de la ville s'en trouve augmentée.

Mis à jour le 04/12/2020