Eléments de choix durable

Synthèse des éléments de choix durable

Dispositifs
DensitéMixité fonction- nelleMixité socialeEspaces collectifsLocaux communs de servicesEspaces inter- médiairesEspaces de distribution AccessibilitéTypes d'habitats particuliersDémarche participative
Aspects environnementaux
Mobilité durable

⚫⚫

⚫⚫

⚫⚫

Réduction des besoins en énergie

⚫⚫

⚫⚫

⚫⚫

⚫⚫

⚫⚫

Aspects économiques
Réduction de coût d'investissement

⚫⚫

⚫⚫

⚫⚫

⚫⚫

⚫⚫

⚫⚫

Mutualisation des coûts

⚫⚫

⚫⚫

⚫⚫

⚫⚫

⚫⚫

⚫⚫

⚫⚫

Economie des frais de gestion

⚫⚫

⚫⚫

⚫⚫

⚫⚫

⚫⚫

Aspects socioculturels
Santé et cadre de vie

⚫⚫

⚫⚫

⚫⚫

⚫⚫

⚫⚫

⚫⚫

⚫⚫

Sociabilité et solidarité

⚫⚫

⚫⚫

⚫⚫

⚫⚫

⚫⚫

⚫⚫

⚫⚫

⚫⚫

⚫⚫

⚫⚫

Gestion collective

⚫⚫

⚫⚫

⚫⚫

⚫⚫

⚫⚫

⚫⚫ Impact important

⚫ Impact moyen

⚊ Aucun impact

Aspects environnementaux

Mobilité durable

Promotion des déplacements actifs

La mixité fonctionnelle, ainsi que la densité au sein du bâtiment et de l'environnement urbain dans lequel il se trouve, permet aux usagers de jouir d'une proximité avec des services, des commerces, des lieux de travail, etc. Ces dispositifs participent à la constitution de milieux urbains mixtes qui génèrent davantage de déplacements quotidiens à pied et à vélo qu'au sein de quartiers monofonctionnels ou moins denses. L'installation, dans le bâtiment ou sur la parcelle, de locaux communs pour, par exemple, les vélos et les poussettes, encourage aussi le développement de ces modes de déplacement doux.

Plus d'information voir Favoriser la mobilité active

Viabilisation des transports en commun

La densité du projet contribue à la viabilisation des transports en commun en augmentant le nombre de voyageurs potentiels. La mixité fonctionnelle du projet y participe également en équilibrant les directions de déplacements et en permettant ainsi une meilleure répartition de l'offre. Elle rend aussi possible la mise à disposition, pour chacun d'équipements collectifs et de services de qualité proches de son logement.

Réduction des besoins en énergie

Les espaces intermédiaires entre les espaces privés, publics et de circulation peuvent contribuer à la réduction des besoins en énergie de chauffage, dans la mesure où ils servent d'espaces distributifs à l'air libre (la coursive, par exemple). Certains dispositifs peuvent jouer le rôle de pare-soleil, sous réserve d'éviter les ponts thermiques et de préserver la compacité volumétrique du bâtiment.

La mise en œuvre de locaux techniques communs représente aussi des économies d'échelle et d'énergie via le partage des ressources, la gestion collective des énergies, des eaux de pluie, des déchets, du rangement des vélos, etc. Dans une buanderie collective, la mutualisation des machines à laver permet une économie d'énergie intéressante.

Une juste densité

Plus un projet est dense, plus élevée sera sa valeur marchande. A l'excès, ceci peut signifier une perte de qualité des espaces et limiter les échanges entre les occupants du bâtiment. La notion de densité du projet se justifie donc lorsque celui-ci contribue à la constitution d'un milieu urbain durable offrant des services, des commerces et des équipements à un ensemble d'habitants et d'usagers. Ce principe de ville compacte et écologique, essentiel à l'urbanisme durable, est à lier à une qualité de conception des espaces. La qualité des accès aux bâtiments, la qualité technique et d'usage des circulations dans le bâtiment, le confort visuel et acoustique, la diversité des ambiances, les espaces publics et aires de détentes de qualité. doivent être pensés afin de garantir le bien-être au sein du bâtiment et de l'environnement urbain.

Il s'agit de faire un usage parcimonieux du sol, de recoudre certains milieux urbains, sans pour autant empiéter sur les espaces verts. Une densité exprimée excessivement sous forme de verticalité (tour) génère en effet plus d'espaces ouverts, mais l'ensemble est souvent ni confortable ni propice aux activités sociales.

Voir dossier Enrichir le paysage urbain

Aspects économiques

Réduction du coût d'investissement

Le travail des espaces intermédiaires, des abords, de la façade, des vitrines et du potentiel commercial du rez-de-chaussée participe de la valeur du bâtiment en lui conférant une certaine qualité architecturale et en permettant l'appropriation de ces espaces par les usagers. Cela augmente aussi le potentiel commercial de l'immeuble. 

Réaliser un bâtiment dense et compact permet également de faire des économies d'échelle et de matériaux. L'enveloppe du bâtiment peut, en effet, être réduite par rapport à celle qui serait nécessaire si la volumétrie était plus étalée et découpée. De plus, des économies en matière d'équipements du bâtiment sont aussi possibles grâce à la concentration et à la superposition des réseaux d'alimentation et d'évacuation.

Enfin, réaliser un bâtiment dense et compact offre l'opportunité de faire des économies d'échelle et de matériaux. L'enveloppe du bâtiment peut en effet être réduite par rapport à celle qui serait nécessaire si la volumétrie était plus étalée et découpée. De plus, des économies d'échelle en matière d'équipements du bâtiment sont réalisées grâce à la concentration et à la superposition des réseaux d'alimentation et d'évacuation.

Rénovation durable d'un bâtiment historique à Bruxelles

Figure 2 : [042] Savonnerie Heymans, ensemble de logement, 
1000 Bruxelles, MDW architecture, photo : Y. Glavie. [042] Savonnerie Heymans, MDW architecture - photo : Y. Glavie

Mutualisation des coûts

Outre des gains en matière d'énergie, le partage des ressources offre également de substantielles économies aux usagers du bâtiment et favorise, de ce fait, l'accessibilité financière au logement. Dans le cas de projets d'habitats groupés ou d'immeubles bénéficiant d'espaces collectifs, les locaux de services mis en commun (laverie, local recyclage,etc.) permettent de gagner de la place dans les logements, mais également d'induire la réduction de certains coûts pour les usagers : achat et entretien collectifs des équipements, partage du matériel,etc. Dans le cas d'habitats groupés, il est également possible que des vélos, voitures ou autres moyens de transport soient mis en commun.

Par exemple : Mundo-B est une initiative issue d'associations actives dans le développement durable qui ont souhaité éco-rénover un immeuble au centre de Bruxelles afin d'y installer leurs bureaux. Les salles de réunion et de conférence sont partagées. Le centre met également à disposition des associations du matériel tel que des photocopieuses, imprimantes, projecteurs vidéo, etc.

  • Dans le cas d'habitats groupés, il est également possible que des vélos, voitures ou autres moyens de transports soient mis en communs.

Economie des frais de gestion

Dans certains immeubles (habitat groupé par exemple), la gestion des locaux communs est généralement organisée de manière collective. Les habitants et usagers sont amenés à s'impliquer dans les tâches d'entretien, ce qui représente une économie de frais de gestion et un renforcement du sentiment d'appartenance au lieu.

Par ailleurs, la mixité fonctionnelle du projet induit généralement une présence (presque) permanente dans le bâtiment. Le contrôle social, réel et/ou perçu, qui en résulte contribue à la réduction des frais d'entretien, de réparation et de sécurisation. L'activation de l'espace public par les façades (portes et fenêtres en nombre suffisant, vitrines, terrasses etc.) accroît également les chances de contrôle social et réduit ainsi les coûts du maintien de l'ordre et limite le possible sentiment d'insécurité.

Aspects socio-culturels

Santé et cadre de vie

Se sentir bien chez soi ou sur son lieu de travail contribue à la santé physique et mentale. La qualité du cadre de vie, au sein du bâtiment et de l'environnement dans lequel il se trouve, diminue les « envies d'ailleurs » et favorise les relations, les rencontres et la sociabilité. Si un édifice dispose d'équipements et d'espaces collectifs de détente, s'il est adapté à tout type d'usager ou encore s'il propose une diversité de fonctions et d'activités, les habitants ou les usagers seront plus enclins à s'y plaire et à investir les lieux.

Jardin collectif de l'immeuble de logements Dubrucq, Molenbeek-Saint-Jean

Figure 3 : [018] Dubrucq, Jardin collectif de l’immeuble de logement Dubrucq, 
Molenbeek-Saint-Jean,B architecten – photo : Y. Glavie. [018] Dubrucq, B architecten – photo : Y. Glavie.

Sociabilité et solidarité

La densité, la mixité sociale et fonctionnelle au sein d'un bâtiment favorisent les échanges sociaux, les contacts et les rencontres. Au sein d'un immeuble de bureaux, il est par exemple intéressant d'associer divers domaines de travail : professions libérales, travailleurs sociaux, artistes, etc.

Fonctions et typologies variées, Molenbeek-Saint-Jean

Fonctions et typologies variées, Molenbeek-Saint-Jean [018] Dubrucq, B architecten.

L'aménagement d'espaces collectifs et de locaux communs de services, au-delà de leur nécessaire fonctionnalité, permet le déploiement d'une sociabilité.

Les espaces intermédiaires et de circulation de qualité favorisent également les interactions sociales constitutives d'une vie de quartier ou d'une vie au sein d'un bâtiment. Le phénomène de « triangulation » en interaction sociale consiste en la rencontre de deux ou plusieurs personnes occasionnés par un élément tiers. Par exemple, le fait de pouvoir s'adonner à une activité devant la porte d'entrée. Ceci a toute son importance dans les espaces intermédiaires etde circulation, en particulier, pour les enfants en bas âge, les personnes âgées et les personnes à mobilité réduite. Pour les jeunes enfants, il est important de pouvoir faire des activités dans un lieu immergé dans le monde mais, protégé par la sphère familiale.

Enfin, le logement intergénérationnel, l'habitat kangourou, la colocation, les logements adaptés et adaptables sont propices à l'intégration sociale de personnes isolées ou en difficulté au sein d'un bâtiment et d'un environnement urbain. Le respect des règles de dimensionnement, de signalétique, d'éclairage, etc. en matière d'accessibilité au bâtiment et au sein même de celui-ci favorise également l'intégration sociale du bâtiment dans son environnement.

Gestion collective

La gestion des espaces collectifs peut devenir un moment convivial, de rencontre pour les différents usagers ou habitants du bâtiment. L'éventuelle mise en place d'un comité de gestion favorise la gestion communautaire, permet de renforcer l'esprit collectif du bâtiment et de le promouvoir.

Exemple: dans le projet Mundo B, les différentes associations implantées dans le bâtiment disposent d'une cafétéria, d'un jardin didactique, de salles de réunion communes,… Ces dispositifs incitent à la rencontre et aux collaborations. Les différentes associations fonctionnent en synergie. De plus, l'organisation d'évènements au sein du bâtiment offre une visibilité aux associations qui y sont installées.

Activité de gestion du jardin commun

Figure 5 : [067] Mundo B, Activité de gestion du jardin commun, 
1050 Ixellles, Atelier d'Architecture A+A+A+A
photo : Ceraaasbl. [067] Mundo B, 1050 Ixellles, Atelier d'Architecture A+A+A+A - photo : Ceraa asbl.

Justification des espaces intermédiaires

Les espaces intermédiaires extérieurs ne contreviennent pas aux recommandations de construction compacte. Ceux qui sont intérieurs et protégés, tels les oriels et les bow-windows, doivent être pleinement justifiés par leurs positions urbaines et conçus en rapport avec une volumétrie d'ensemble simple.

Mis à jour le 01/01/2013