MAT07_top

Dossier | Choix durable des châssis

Choix durable des châssis

© Samuel Zeller / Unsplash.com

Afin de limiter l'impact environnemental et sanitaire des menuiseries extérieures, envisager la conservation des châssis existants et l'amélioration de leurs performances thermiques, acoustiques,... Lors de la pose d'un nouveau châssis, utiliser des matériaux renouvelables ou abondants dans la nature, recyclables et recyclés, en prenant en compte leur écobilan et le type d'entretien qu'ils nécessitent.

Le Guide Bâtiment Durable propose une démarche pour procéder à un choix durable des châssis, suivant la nature des travaux :

  • En rénovation : établir un diagnostic et déterminer la solution la plus adéquate à privilégier (amélioration, restauration, intégration de doubles châssis, remplacement...) tout en ayant une réflexion globale sur l'isolation et la ventilation
  • En construction neuve : choisir des châssis adaptés aux besoins et aux sollicitations tout en minimisant leur impact environnemental et sanitaire, et en permettant leur démontage, leur réemploi et le recyclage des matériaux en fin de vie

Enjeux

Les châssis, plusieurs fonctions à assurer...

Un châssis de fenêtre doit assurer plusieurs fonctions :

  • L'étanchéité à l'eau, qui dépend du profil de châssis (nombre de frappes, joints d'étanchéité périphériques, présence de nez de rejets d'eau sur dormants et/ou ouvrants), et du type et qualité de pose sur le seuil et dans l'ébrasement.
  • L'isolation thermique et l'étanchéité à l'air, qui dépendent l'une du type de matériau et des coupures thermiques intégrées au profil, l'autre du type et de la qualité de pose sur le seuil et dans l'ébrasement.
  • L'isolation acoustique, qui dépend principalement de la qualité du vitrage, et du type et qualité de pose sur le seuil et dans l'ébrasement.

Une valeur patrimoniale à conserver

Les châssis appartiennent à l'expression architecturale des bâtiments et jouent un rôle important dans l'aspect, le caractère et la richesse des façades bruxelloises. Ce patrimoine, commun à tous, contribue à la beauté des rues et de la ville. En Région Bruxelloise, ils sont de composition diverse : fixe, simple ou à double ouvrant, à imposte, à guillotine, à petit-bois, cintré, en bow-windows,... Les vitrages ont également des qualités particulières : verre soufflé, glace biseautée, verre coloré, verre imprimé, vitrail...

Le remplacement fréquent des châssis en Région bruxelloise

Bien souvent, en regard des exigences de confort et d'économie d'énergie actuelles, suite à un constat d'inconfort intérieur (rayonnement froid, infiltrations, surchauffe, condensation, inconfort acoustique, visuel,…) ou suite à l'apparente vétusté des menuiseries (usure, gauchissement des profilés, peinture écaillée, corrosion des quincailleries,…) ou du vitrage, le châssis d'origine est remplacé par un châssis neuf.

Ce remplacement systématique des châssis est à imputer à un manque d'information/de sensibilisation à la conservation et l'amélioration des châssis existants, la facilité de cette démarche par rapport aux difficultés de trouver des corps de métiers spécialisés,...

Or, le remplacement total des châssis signifie la perte de menuiseries extérieures ayant une valeur patrimoniale, mais également l'altération du caractère de la façade et, éventuellement de l'équilibre hygrothermique de la construction, avec des conséquences pour la santé des occupants. De plus, les profilés couramment mis en œuvre aujourd'hui n'ont pas les mêmes qualités esthétiques et visuelles que ceux d'autrefois (profilés larges et simplifiés, couleurs sans nuance, détails fragiles, approximation et altération des proportions, simplification ou absence des cintrages, joints grossiers, imitation grossière ou suppression des petit-bois, banalisation des quincailleries,...).

Le remplacement des châssis signifie en outre la génération de déchets (voir dossier – Problématique et enjeux d'une utilisation durable de la matière, et Le cycle de vie de la matière : analyse, sources d'information et outils d'aide au choix).

Afin d'encourager la conservation et l'amélioration de châssis existants, Bruxelles Environnement a réalisé une étude sur l'impact des améliorations thermiques des fenêtres à valeur patrimoniale dans les constructions traditionnelles de la Région de Bruxelles Capitale. Les donnée relatives à la récupération / l'adaptation des châssis développées dans ce dossier sont issues de cette étude.

Choix d'un châssis neuf

Conservation et amélioration des châssis existants d'un bâtiment classé

Conservation et amélioration des châssis existants d'un bâtiment classé

Projet Besme (Batex 54) - Architecte : A-Cube Architecture © Yvan Glavie

Le choix des matériaux du châssis est crucial, car il peut avoir des conséquences importantes sur l'environnement et sur la santé des occupants.

Un châssis mal choisi occasionnera des problèmes esthétiques, sanitaires et une dégradation rapide qui précipitera son remplacement. L'adéquation du matériau au lieu et à l'usage revêt donc une importance primordiale. Dans une démarche d'architecture durable, l'évaluation de la valeur environnementale d'un châssis ne peut se faire qu'une fois ce préalable rencontré.

L'objectif de ce dossier consiste à définir les solutions qu'il est possible de mettre en place afin de conserver un châssis existant (qualités patrimoniales et esthétiques) et d'améliorer ses performances thermiques, hygrométriques, acoustiques, lumineuses,... Lorsque ce n'est pas possible, ou en cas de construction neuve, un châssis neuf sera choisi en fonction de son impact environnemental.

Démarche

Afin d'effectuer un choix judicieux au niveau des menuiseries extérieures, il convient d'orienter la réflexion dès la conception jusqu'à la mise en œuvre autour des principes suivants :

En rénovation (conserver, réparer, améliorer)

En rénovation, dans de nombreux cas, il est possible de conserver le châssis existant et de l'améliorer afin de réaliser des économies d'énergie et d'améliorer le confort au droit de celui-ci. Cette démarche est très pertinente au niveau du cycle de la matière (voir dossier – Le cycle de vie de la matière : analyse, sources d'information et outils d'aide au choix).

Etablir un diagnostic

Face à un châssis existant, un diagnostic préalable au remplacement des châssis doit être réalisé (voir paragraphe d'introduction à la méthodologie), car, souvent, des châssis en bon état ou facilement améliorables sont remplacés.

Ce diagnostic évalue les caractéristiques patrimoniales du châssis : état du châssis, d'origine ou non ? Valeur patrimoniale? Améliorations possibles,... Il évalue ensuite les performances énergétiques et de confort du châssis : est-il source d'inconfort ? Quelles sont les priorités d'intervention ?...

Suivre l'arbre décisionnel

Dans de nombreux cas, la restauration et l'amélioration des fenêtres sont les solutions les plus adéquates et les plus durables. L'arbre de décision (voir Etapes de conception) est un moyen pratique pour choisir entre la conservation, la remise en état, l'amélioration ou le remplacement d'un châssis.

S'inscrire dans une démarche globale sur l'isolation et la ventilation...

La pose de fenêtres très isolantes dans un bâtiment ancien ne peut être décidée sans une réflexion globale sur l'isolation et la ventilation de la pièce/du bâtiment. En effet, sans ces mesures complémentaires, le changement de châssis peut provoquer des problèmes de gestion de l'humidité dans le bâtiment et de soucis au niveau de la qualité de l'air.

Dans le cas d'une habitation dont les murs n'ont pas bénéficié d'une isolation thermique et en absence de ventilation, les gouttes de condensation glissant sur un simple vitrage indiquent que c'est le moment de ventiler l'habitation. Avec un vitrage amélioré thermiquement, et pour les températures extérieures de notre climat belge, il n'y a plus de condensation, ni sur le double vitrage, ni sur les murs intérieurs. Ce n'est que lorsque les conditions d'humidité relative deviennent exagérées qu'une condensation pourrait entraîner une formation de moisissures sur les murs : ce cas d'humidité excessive peut être évité par un système de ventilation efficace.

Avant de remplacer une fenêtre ou un vitrage par un nouvel élément plus performant thermiquement, il conviendra donc d'être attentif aux priorités d'action en termes d'amélioration de la performance thermique de l'enveloppe, autant pour des raisons de rentabilité financière que de santé.

  • Priorités à nuancer en fonction de la surface relative des ouvertures de façade par rapport aux surfaces opaques :

Si la surface des ouvertures constitue une part importante de la surface de déperdition du bâtiment, la performance thermique des fenêtres peut constituer une priorité.

Dans le cas de la maison bruxelloise, les ouvertures représentent souvent une faible part de la surface de déperdition. Il importe donc, en termes de performance énergétique, d'analyser la part de la surface de l'enveloppe qui incombe aux menuiseries extérieures.

En construction neuve ou dans le cas du remplacement du châssis

Lors de la pose d'un châssis neuf, il est possible de combiner, par différents choix, notamment du matériau, une réponse de qualité aux différentes fonctions attendues du châssis (visuel, thermique, respiration et acoustique) avec la prise en compte de critères durables. Pour ce faire, il faut :

Choisir un matériau de châssis adapté au besoin / aux sollicitations

Il s'agit d'identifier les contraintes propres à la situation envisagée et d'établir ce à quoi doivent répondre les alternatives envisageables : résistance aux intempéries, fréquence et type d'entretien, performance acoustique, performance thermique, confort visuel, durée de vie, etc.

> Voir Conception.

Choisir un châssis à faible impact environnemental

Lors du choix d'un matériau du châssis, il faut penser durabilité : savoir sur quelles bases on peut juger de la valeur environnementale et sanitaire de chaque type de produit.

Prendre en compte les propriétés environnementales dont l'impact énergétique de production, le transport et le recyclage du matériau,… (voir dossier - Le cycle de vie de la matière : analyse, sources d'information et outils d'aide au choix)

> Voir Conception.

Limiter les émissions de polluants nocifs pour la santé

Certains châssis peuvent nécessiter le recours à des produits de préservation insecticides et fongicides nocifs pour la santé. L'impact sanitaire et environnemental de ces produits est à limiter autant que possible. Le choix du matériau devra être fait en ce sens.

> Voir Conception.

Permettre le démontage, le réemploi et le recyclage des matériaux en fin de vie

Dans le bilan global du châssis, il faudra également prendre en compte la durée de vie de celui-ci et le potentiel démontage, réemploi et recyclage des matériaux en fin de vie.

> Voir Fin de vie.

mis à jour le 01/01/2013