WAT01 - Bassin orage_top

Dispositif | Citernes et bassins d'orage

Citernes et bassins d'orage

© Bruxelles Environnement

Le bassin d'orage (ou de rétention) a un rôle de stockage temporaire de l'eau de pluie, afin d'écrêter le volume d'eau du pic orageux, ce qui a, entre autre, un rôle bénéfique dans la lutte contre les inondations et qui présente en outre d'autres avantages environnementaux, notamment lié au traitement des eaux (décantation d'éventuelles matières en suspension, rétention des hydrocarbures et autres polluants,...) et de soulager le réseau d'égouttage lors de fortes pluies en temporisant les précipitations.

La citerne en béton est sans doute l'idée première que l'on se fait d'un ouvrage de rétention, mais il en existe de différents types tels que : noue, toiture verte, toiture stockante, fossé / tranchée, bassin sec ou en eau, arbre de pluie, jardin de pluie, structure réservoir. Ces différents dispositifs présentent de multiples avantages environnementaux développés dans d'autres sections du Guide Bâtiment Durable. Cette page s'intéresse plus particulièrement aux éléments communs à ces différents dispositifs en mettant le focus sur la citerne d'orage, qui peut être mise en œuvre à l'échelle du résidentiel unifamilial lorsque l'espace vient à manquer.

Le terme bassin d'orage est défini par la réglementation et les plus grands d'entre eux font l'objet de prescriptions réglementaires. Les recommandations formulées ici peuvent aussi s'appliquer aux bassins d'orage, mais cette fiche s'intéresse plus particulièrement aux ouvrages plus petits, non nécessairement couverts par la réglementation.

Il faut par ailleurs bien distinguer les deux types d'ouvrages de rétention d'eau pluviale connus sous le terme de citerne :  la citerne de récupération (destinée à la récolte, à la conservation et à l'utilisation des eaux pluviales qui n'a pas à proprement parlé de fonction dans la lutte contre les inondations) et la citerne d'orage dont il est question dans cette fiche. On rencontre aussi des ouvrages qui combinent une fonction de récupération et de rétention.

Cette fiche ne traite pas des bassins d'orages gérés par les opérateurs publics (« stockage-tampons des eaux résiduaires urbaines »), qui permettent de stocker et tamponner des eaux usées en plus d'eaux pluviales, de manière à réguler lors de pluies intenses les niveaux d'eau dans le réseau public d'assainissement.

Quelle est la fonction d'un bassin d'orage ?

La fonction d'un bassin d'orage est de stocker de manière temporaire la pluie lors d'un évènement pluvieux donné, pour ensuite la restituer lentement à débit régulé vers un exutoire (le sol, les eaux de surface ou le réseau d'égout s'il n'y a pas d'autre choix). L'objectif étant de ne pas surcharger le réseau aval au moment où la crue est la plus forte. Les eaux de pluie stockées par le bassin d'orage proviennent généralement des toitures (via un raccordement aux gouttières).

Quelles sont les différentes formes de bassins d'orage ?

Un bassin d'orage permet de temporiser l'eau pluviale. Cette fonction de volume tampon peut également être remplie par d'autres ouvrages :

Temporisation des eaux pluviales - solution traditionnelle vs solution intégrée

Afin d'assurer un écoulement gravitaire de l'eau depuis son lieu de collecte jusqu'à l'exutoire, il est nécessaire de répartir les différents volumes de façon à ne pas devoir pomper l'eau. On prévoit en outre le régulateur de débit de fuite d'un bassin d'orage plus haut que l'exutoire final (égout, cours d'eau, etc.) pour permettre un écoulement gravitaire et ne pas avoir recours à un dispositif de relevage/pompage.

Où évacuer les eaux des bassins d'orage ?

On tente, si possible, d'évacuer les eaux par :

  • infiltration ;

  • évapotranspiration ;

  • réseau hydrographique naturel (cours d'eau, étangs...), via l'autorisation du gestionnaire du réseau hydrographique ;
  • réseau d'eau pluviale collectif (séparatif) ;
  • en dernier recours, les eaux seront envoyées vers le réseau d'égout.

Quels sont les différents types de bassins d'orage pouvant être mis en œuvre dans le résidentiel unifamilial ?

Lorsque l'espace vient à manquer et qu'un ouvrage végétalisé et/ou un ouvrage ouvert ne peut être mis en œuvre, il reste néanmoins la possibilité d'installer une citerne d'orage.

Les citernes d'orage peuvent être de différents types :

  • Hors sol (dans un vide technique, sous comble ou autres...)
  • Enterrées :

    • préfabriquées ;
    • construites sur place ;
    • réaffectées.

S'ajoutent à ces différents types, d'autres paramètres tels que :

  • configurations (mise en série de plusieurs citernes) ;
  • matériaux (béton, maçonnée, synthétique) ;
  • formes (cylindriques, parallélépipédiques).

Quelles différences entre citernes d'orage et citernes de récupération ?

Les objectifs et donc les caractéristiques des citernes d'orage et de récupération (notamment les emplacements des exutoires) diffèrent :

Citerne de récupération

Objectif : être le plus souvent possible suffisamment remplie pour permettre l'utilisation de l'eau de pluie.

Emplacement des exutoires  : le trop-plein est situé en partie haute de la cuve.

Citerne de récupération

Citerne d'orage

Objectif : être le plus souvent vide pour pouvoir remplir sa fonction hydraulique lors de l'averse suivante.

Emplacement des exutoires  : Le régulateur de débit est situé en partie basse de la cuve. Un trop plein en partie haute de la cuve est néanmoins toujours prévu pour évacuer les pluies extrêmes que le volume ne serait pas capable de reprendre.

Citerne d’orage

Est-ce possible de coupler une citerne d'orage et une citerne de récupération ?

Comme cela peut être fait avec tout ouvrage de rétention, il est également possible de combiner citerne d'orage et de récupération. Dans le cas de la citerne d'orage, cela peut se faire en suivant plusieurs configurations :

  • citerne d'orage connectée au trop-plein d'une citerne de récupération, en quel cas, la citerne de récupération doit toujours être placée à l'amont de la citerne d'orage ;
  • citerne mixte  qui consiste en une seule citerne, dont la partie supérieure correspond à la citerne d'orage et la partie inférieure à la citerne de récupération, la limite entre partie supérieure et inférieure étant matérialisée par la sortie à débit régulé.

Citerne de récupération (volume 1) combinée à une citerne d'orage (volume 2)

Citerne mixte avec une partie récupération (volume 1) et une partie orage (volume 2)

Dans le cas d'un couplage des citernes, les mesures pour filtrer l'eau en amont et en aval, ainsi que les différents dispositifs de pompage nécessaires à la citerne de récupération, sont à prévoir.

Vue d'ensemble des dispositifs du dossier | Récupérer l'eau de pluie

Quels équipements prévoir dans les citernes d'orage ?

Les éléments suivants sont à prévoir :

  • un trapillon d'accès ainsi qu'un accès facile (échelle, etc.) au dispositif de débit régulé (réglage du débit, maintenance) ;
  • un puisard de pompage, et son raccordement électrique, au point bas afin de faciliter son nettoyage éventuel ;
  • un régulateur de débit au niveau de l'évacuation ;
  • une jauge ou détecteur de niveau, ou tout autre dispositif de mesure de débit sortant (facultatif) ;
  • une chambre de visite spécifique en sortie de citerne afin de contrôler le débit sortant ;
  • un trop plein d'évacuation ;
  • une cuve de décantation en amont de la citerne (conseillée mais facultative) ;
  • une arrivée tranquille pour éviter de remuer les boues résiduelles et obstruer le conduit de sortie à débit régulé ;
  • une bouche de ventilation ;
  • Dans le cas d'un relevage des eaux pour atteindre l'exutoire un pompage est aussi nécessaire, de même qu'un système d'alarme informant l'exploitant d'un éventuel problème.

Selon la taille de l'ouvrage, certains de ces éléments sont rendus obligatoires et d'autres spécifications plus strictes sont aussi à prendre en considération pour les ouvrages les plus volumineux. Pour plus d'informations voir l'arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale du 23 mai 2019.

Quels matériaux privilégier pour les bassins d'orage ?

  • La matière de l'ouvrage doit assurer son étanchéité et préserver la qualité de l'eau avant son rejet ;
  • si les conditions locales orientent le choix vers une citerne en matière synthétique, on veillera à ce qu'elle soit opaque et constituée de matière recyclée ou réellement recyclable ;
  • le métal est à éviter dans la mesure où son contact avec l'eau de pluie génère de la corrosion ;
  • en cas de citerne mixte ou du couplage d'un bassin d'orage à une citerne de récupération, se reporter au dispositif | Citerne de récupération.

Comment prévoir l'entretien des citernes d'orage ?

Il faut s'assurer du bon fonctionnement des composants mécaniques et électrotechniques éventuels, assurer la maintenance et nettoyage de l'éventuelle pompe, vérifier l'étanchéité des raccords et vérifier la présence de boue et de leur hauteur.

Les recommandations pour l'entretien complet des citernes, décrites dans le dispositif | Citerne de récupération sont aussi valables pour les citernes d'orage. On ajoute à ces recommandations, les éléments suivants :

  • curer régulièrement les orifices d'arrivée et d'évacuation à débit régulé et trop-pleins d'évacuation ;
  • nettoyer régulièrement les éléments en amont de la citerne (filtres, toiture, etc.), pour limiter la fréquence de nettoyage de la citerne d'orage.

Comment éviter les risques d'odeurs avec les citernes d'orage ?

Voir le paragraphe traitant de ce sujet dans le dispositif | Citerne de récupération, aussi valable pour les citernes d'orage.

Comment relier des citernes d'orage entre elles dans une configuration en série ?

Voir le paragraphe traitant de ce sujet dans le dispositif | Citerne de récupération, aussi valable pour les citernes d'orage.

Quels sont les points d'attention pour les citernes préfabriquées ?

Les citernes préfabriquées sont généralement de forme cylindrique ou ovale et conviennent très bien à l'usage, mais doivent parfois être adaptées par rapport aux points suivants :

  • élimination de la rugosité intérieure avec du mortier ;
  • aménagement d'un point bas ou d'un puisard ;
  • agrandissement de l'ouverture d'accès ;
  • remplacement du couvercle en béton par un couvercle en aluminium armé ou en tôle d'acier renforcée pour faciliter sa maintenance.

De plus, elles ne bénéficient généralement pas d'une partie décantation . Cette fonction est à rajoutée, par le biais d'une citerne indépendante. Enfin, les bassins d'orage enterrés doivent aussi respecter certains points mentionnés dans la réglementation.

Comment dimensionner un bassin d'orage ?

  • Réglementaire : Pour les projets soumis à Permis d'Environnement, voir le calculateur sur le site de Bruxelles Environnement. De plus certaines communes imposent un volume de bassin d'orage dans leur Règlement Communal d'Urbanisme.
  • Volontaire : L'outil OGEP permet également un dimensionnement en fonction d'un choix volontaire avec des objectifs environnementaux.

Est-ce qu'une citerne d'orage est soumise à des contrôles ?

Selon son volume, une citerne d'orage peut entrer dans le champ d'application de la réglementation applicable aux bassins d'orage, vis-à-vis des contrôles suivants : 

  • Avant son exploitation  : l'exploitant est tenu de soumettre le bassin d'orage à un contrôle par l'opérateur de l'eau en charge du réseau d'égouttage ou du gestionnaire du réseau hydrographique en fonction de l'exutoire du bassin d'orage. Celui-ci s'assure que l'ouvrage est conforme aux prescriptions/conditions d'exploitation prévue dans la réglementation et transmet un rapport de visite à l'autorité compétente (qui a reçu la déclaration).
  • En cours d'exploitation  : le bassin d'orage fait l'objet d'un contrôle périodique par l'opérateur de l'eau en charge du réseau d'égouttage ou le gestionnaire du réseau hydrographique dans le but de vérifier le bon fonctionnement du bassin d'orage et de ses équipements (régulateur de débit, système d'alerte, pompe de relevage,...).

Plus d'information sur les contrôles des bassins d'orage sur Bruxelles Environnement

Aller plus loin

Dans le guide

Les dispositifs pouvant servir de bassin d'orage :

Dispositif | Bassins secs ou en eau

Dispositif | Arbres de pluie

Les dispositifs en lien avec les bassins / citernes d'orage :

Autres publications de Bruxelles Environnement

Réglementation

  • Arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale du 23 mai 2019 réglementant la mise en place, l'exploitation et le contrôle des bassins d'orage
  • Règlement Régional d'urbanisme (Titre I)
  • Règlement Communal d'Urbanisme de certaines communes bruxelloises, pouvant spécifier certaines impositions quant aux bassins d'orage (spécifique à chaque commune bruxelloise)

Bibliographie

Outils

mis à jour le 16/10/2019

N° de Code : G_WAT01 - Thématiques : Eau - Thématiques secondaires : Entretien/Maintenance | Pollution | Inondation | Urbanisme