Dispositif | Nichoirs pour les oiseaux

Concevoir les nichoirs pour répondre aux besoins des oiseaux

La conception des nichoirs pour oiseaux s'inscrit dans une démarche globale dont les premières étapes consistent en un diagnostic visant notamment à vérifier de manière générale la présence d'habitats existants pour les oiseaux sur le site, à veiller à conserver ces habitats et à vérifier le potentiel pour l'implantation de nouveaux habitats en milieu urbain.

La conception des nichoirs en eux-mêmes consiste en 3 étapes :

  1. choisir leur localisation et leur orientation ;
  2. choisir leur type ;
  3. définir leurs caractéristiques (accès, dimensions,…).

Suite à l'implantation des nichoirs, il est important d'assurer l'accès à la nourriture aux oiseaux et des connexions entre les différents habitats.

Pour plus d'informations sur ces étapes de conception générales, voir le dossier | Offrir des habitats pour la faune

1. Choisir la localisation et l'orientation des nichoirs pour oiseaux

Il est conseillé de placer les nichoirs à l'abri du vent et des intempéries, quels qu'ils soient, et de les orienter de préférence au sud-est, bien que les orientations nord et nord-est soient acceptables également. Les nichoirs doivent en outre se situer dans un endroit calme et hors de portée des prédateurs (éviter la proximité de structures horizontales qui peuvent être utilisées par les chats ou les pies par exemple).

Lors d'un projet de rénovation ou de construction, en plus des conditions ci-dessus, il sera intéressant d'envisager en priorité les emplacements pour lesquels la question des « ponts thermiques » ne se posera pas. Il existe souvent des parois contiguës à des espaces « non chauffés » (espaces adjacents non chauffés, au sens de la PEB) qui permettront d'apposer ou d'intégrer un nichoir sans créer de rupture thermique : un mur ou une toiture en contact avec un grenier ou des combles non chauffés, un mur lié à un accès à un parking souterrain, un mur décoratif en façade,…

2. Choisir le type de nichoirs

Selon le type de bâtiment et d'intervention (bâtiment existant rénové ou non ou construction neuve), et selon la ou les espèces visées, il faudra choisir parmi les types de nichoirs suivants :

  • Nichoir apposé,
  • Nichoir intégré dans la paroi,
  • Nichoir intégré à la corniche ou avancée de toit,
  • Nichoir intégré dans les combles,
  • Nichoir dans les bâtiments secondaires et dans la nature.

Nichoir apposé

image16

Nichoirs à martinets à l'athénée Fernand Bum, à Schaerbeek (Source : Martinew.canalblog.com )

Nichoir intégré dans la paroi

image17    image18

Nichoirs à martinets intégrés dans la paroi, à Nimègue (Pays-Bas), vue d'ensemble et zoom (Source : Martinew.canalblog.com )

Nichoir intégré à la corniche ou avancée de toit

image19

Nichoirs à martinets sous une avancée de toit (Photo : Martine Wauters)

Nichoir intégré dans les combles

image20

(Source : Loire&biodiversité )

Nichoir dans les bâtiments secondaires et dans la nature

image21    image22

Nichoirs sous un pont (Suisse) pour des hirondelles de fenêtres ? et nichoir dans la nature (Sources : Martinew.canalblog.com et Pixabay)

Types de nichoirs

Nichoirs apposés : sur un mur ou sous des avancées de toit
Les nichoirs sont directement apposés sur un mur ou sous une avancée de toit.

image23

Triple nichoir apposé sur un façade pour moineaux domestiques (Source : Schwegler )

Les nichoirs peuvent être placés sur des murs ou sous des corniches. Il s'agit de dispositifs apparents, directement fixés sur la façade d'un bâtiment. Ils sont destinés à aider tous les oiseaux qui nichent dans une cavité. Une espèce peut être favorisée seulement si le milieu naturel est adéquat et la nourriture appropriée. Si les nichoirs sont bien construits, des taux de reproduction de l'espèce au-dessus de la moyenne peuvent être atteints.

image24    image25

Exemple de nichoirs à hirondelles

A gauche apposé sur un mur et fermé en partie supérieure (pour hirondelles des fenêtres), à droite apposé sur un mur dans une grange, un hangar (hirondelles rustiques)

Nichoirs intégrés dans les parois
Utilisation des trous de boulins existants

Les trous de boulins sont des orifices ménagés dans la maçonnerie de murs élevés, anciennement pour fixer les échafaudages suspendus. On les retrouve sous différentes formes : aveugles ou traversant tout le mur, ronds ou carrés, fermés par un couvercle ou complètement ouverts.

S'ils sont pleinement ouverts, ils peuvent être colonisés mais peuvent alors être aussi accessibles aux pigeons.

Une possibilité consiste à placer une pièce de bois percée d'un trou d'entrée de dimensions adaptées et ajustées dans l'ouverture. Il faut toutefois prévoir une obturation vers l'intérieur pour assurer l'obscurité de la cavité de nidification et éviter la chute des oisillons ou leur envol vers l'intérieur du bâtiment. L'ouverture peut être également ménagée via l'installation d'une brique découpée de biais.

image28

Découpage de la maçonnerie en biais au niveau du trou de boulin, idéal pour les martinets

(Source : Martinew.canalblog.com )

Nichoirs intégrés dans l'isolation, dans la maçonnerie ou dans une ossature bois

Les nichoirs peuvent être placés sur les murs ou les surfaces verticales d'un bâtiment ou intégrés lors de la construction d'un nouvel immeuble. Cette dernière option assure la durabilité de l'installation, la sécurité des oiseaux et permet de réduire les besoins de maintenance, mais aussi de minimiser l'impact visuel.

Les cavités ainsi créées pourront prendre des formes et des tailles variables, qui seront utilisées par les oiseaux durant leur période de nidification :

  • blocs de dimensions standards à intégrer dans la maçonnerie ;
  • réservation faite dans un mur en béton ou en éléments maçonnés dans laquelle le nichoir est intégré ;
  • cavité créée dans un mur en pierre ou en briques ;
  • dans le cas d'un placement à fleur de façade et plâtré ou crépi, seul le trou d'envol est visible.

Les nichoirs peuvent être intégrés dans tout type de bâtiments (structure lourde ou légère), soit au niveau de l'isolant extérieur, ou directement dans la structure du bâtiment dans des endroits ensoleillés ou exposés aux intempéries.

image29    image30

Nichoirs pour moineaux, intégrés dans l'isolation

Dans le cas des structures bois, il peut s'agir d'abris à intégrer déjà montés ou à inclure dès la conception.

image31    image03

Nichoirs pour martinets, intégré dans un bardage (Source : martinew.canalblog.com )

L'intégration dans l'isolation est à réaliser avec prudence. Une épaisseur minimum d'isolant est à maintenir pour éviter de créer un pont thermique.

Voir à ce sujet le dossier | Diminuer les pertes par transmission

Nichoirs intégrés aux corniches ou aux avancées de toit

On retrouve également des nichoirs intégrés au niveau des corniches ou des avancées de toit.

Dans ce cas, des « logettes » sont aménagées à intervalle régulier dans le débordant inférieur de la corniche.

Ce type de nichoirs convient bien aux martinets qui nichent généralement en colonies. De plus, la position de la zone d'entrée en partie basse de la corniche constitue un point d'observation approprié pour les plus jeunes.

Le nid est par contre réalisé plutôt côté intérieur, afin de bénéficier de l'inertie thermique du mur de façade. Il faut toutefois prévoir une isolation thermique supplémentaire pour les façades orientées au sud et à l'ouest, pour limiter le risque de surchauffe de l'espace.

image32

Nichoirs pour martinets intégrés dans une corniche (source : Martinew.canalblog.com )

Plus d'informations, voir la fiche Corniche à martinets sur le blog Martine(t) News : http://martinew.canalblog.com

image33

Nichoirs intégrés dans les combles

Il s'agit de mettre à disposition des combles perdus.

image34

Exemple de nichoir dans les combles perdus

Nichoirs dans les bâtiments secondaires et dans la nature

Il s'agit d'utiliser les bâtiments annexes d'un ensemble qui ne sont pas directement occupés, à savoir granges, remises, hangars, garages, ou locaux techniques.

image35

Exemple de bâtiment secondaire avec accès pour martinets noirs, effraies des clochers et hirondelles rustiques (Source : The Barn Owl Trust )

Ces nichoirs peuvent être également accrochés dans la nature, de manière appropriée à un arbre ou un autre élément naturel.

image36

Nichoir accroché dans la nature (Source : Nichoir.fr )

Quels nichoirs choisir ?

Avantages et inconvénients des différents types de nichoirs

Les avantages et inconvénients des nichoirs intégrés dans les parois ou dans les combles sont repris dans le tableau ci-dessous.

Types de nichoirs intégrés Avantages Inconvénients
Nichoirs apposés
Nichoirs apposés
  • Faible coût
  • Mise en œuvre
  • Voyants (rôle éducatif)
  • Durabilité (exposés aux intempéries)
  • Voyants (intégration ‘architecturale' à prévoir)
Nichoirs intégrés
Utilisation de trous de boulins existants
  • Faible coût
  • Mise en œuvre
  • Durabilité de certains cache-boulins
Nichoirs intégrés dans l'isolation extérieure
  • Faible coût
  • Taux d'occupation élevé
  • Discret
  • Peu de risques de vandalisme
  • Durabilité
  • Risques de ponts thermiques
Nichoirs intégrés dans la structure portante
  • Invisibles
  • Faible coût
  • Durabilité
  • Taux d'occupation élevé
  • Contraintes de mise en œuvre
  • Risques de ponts thermiques
  • Intégration dès la conception
Nichoirs intégrés dans une structure bois
  • Faible coût
  • Taux d'occupation élevé
  • Mise en œuvre aisée
  • Discret
  • Peu de risques de vandalisme
  • Risques de ponts thermiques
  • A intégrer durant le montage de l'ossature
  • Panneau d'accès à prévoir pour l'entretien
Nichoirs intégrés aux corniches ou sous les avancées de toit
  • Invisibles
  • Faible coût
  • Durabilité
  • Taux d'occupation élevé
  • Contraintes de mise en œuvre
  • Risques de ponts thermiques si non intégrés dans la corniche
  • Intégration dès la conception
Aménagement des espaces sous toiture et des combles
  • Utilisation d'espaces perdus
  • Mise en œuvre
  • Faible coût
  • Discret
  • Durabilité
  • Séparation du nichoir
  • Applicable en rénovation
  • Ouverture permanente en contradiction avec les contraintes d'isolation
  • Risque momentané de nuisances sonores en l'absence d'isolation phonique (jeunes)
  • Accumulation de déjections dans l'espace
  • Risque de surchauffe de l'abri
Nichoirs dans les bâtiments secondaires
Nichoirs dans les bâtiments secondaires
  • Faible coût
  • Discret donc adapté aux espèces sensibles ;
  • Pas de problème de points thermiques
  • Sujets au vandalisme
  • Risque de surchauffe de l'abri

Avantages et inconvénients des nichoirs intégrés au bâtiment

Quels nichoirs choisir en fonction de la nature des travaux ?
Construction neuve Rénovation
Apposés X X
Intégrés dans les parois (trous de boulins) X
Intégrés dans l'isolation extérieure

X

  • Réservation d'un espace dans l'isolation extérieure, en intercalant idéalement un isolant fin

X

  • Réservations à prévoir dans le béton (NB : lors de la pose de l'enduit de finition, boucher les trous d'accès pour ne pas les condamner par la suite)
Intégrés dans la structure existante

X

  • Placement de plaques de parement avec ouverture
  • Conservation de fissures stables
  • Perçage de trous non traversants de 2 à 15 mm

X

  • Création de cavités dans les murs avec fermetures spécifiques aux espèces souhaitées
  • Insertion de nichoirs de dimensions standardisées pouvant être directement placés dans la maçonnerie
Intégrés dans une structure bois X
Intégrés dans les corniches X X
Intégrés dans les combles X X

3. Définir les caractéristiques des nichoirs

Une fois leur localisation et leur type choisi, il s'agit de définir les caractéristiques des nichoirs :

  • hauteur,
  • accès,
  • dimensions,

Nombre de nichoirs

Les choucas, martinets, hirondelles et moineaux nichent en colonies, il est donc conseillé de prévoir plusieurs nichoirs rapprochés les uns des autres. Toutefois, dans une colonie d'hirondelles de fenêtres, placer des nichoirs artificiels est seulement efficace si le but est de renforcer une colonie sauvage.

Le faucon crécerelle niche tout seul mais peut nicher au milieu des colonies de choucas et martinets.

Principes de conception

Les principes de conception diffèrent suivant le type de nichoirs :

  • nichoirs apposés à la façade d'un bâtiment : une attention particulière doit être portée aux ancrages.
  • insertions de nichoirs dans une structure ou une isolation extérieure : prévoir une réservation de dimensions supérieures afin de pouvoir intercaler un isolant et assurer la continuité de l'isolation.
  • insertion de nichoirs dans une structure bois , il est conseillé d'éviter d'avoir des interstices entre les planches constituant l'abri (courants d'air) et d'entourer la cavité d'isolant.

Dimensionnement des nichoirs

Le dimensionnement consiste à fixer la hauteur de pose et le volume intérieur des nichoirs, ainsi que le diamètre de leur trou d'envol.

La taille des orifices de cavités doit être adaptée aux espèces visées, pour éviter notamment l'installation d'espèces indésirables.

Principes selon l'espèce Hauteur de pose

Volume intérieur

(largeur x profondeur x hauteur)

Diamètre trou d'envol
Martinets 5 – 8m ou plus 40x20x15 cm 30x65 mm
Mésanges

Noire :

2 – 4 m

Bleue :

2 – 5 m

Charbonnière :

2 – 6 m

Noire :

10 x 10 x 17 cm

Bleue :

13 x 13 x 23 cm

Charbonnière :

14 x 14 x23 cm

Noire :

25 – 27 mm

Bleue :

25 – 28 mm

Charbonnière :

32 mm

Choucas, chouettes effraie 6 – 8 m 100 x 40 x 50 cm 20 x 20 cm
Faucon pèlerin 20 m minimum
Moineaux 3 – 8 m 14 x 14 x 23 cm 32 – 40 mm
Hirondelles de cheminée et de fenêtre 3 m minimum 40 x 40x 60 cm 70 x 50 mm
Rougequeue à front blanc 1.5 – 4 m 14 x 14 x 23 cm 32 x 46 mm
Rougequeue noir (abri semi-ouvert) 2 – 6 m 14 x 14 x 23 cm 140 x 100 mm
Etourneau – Sittelle torchepot 4 – 12 m 18 x 18 x 28 cm 46 – 50 mm

Valeurs indicatives pour le dimensionnement des nichoirs

Matériaux

Il est conseillé de placer des nichoirs faits à base de produits composites naturels ou en béton de bois, permettant d'intégrer éventuellement le nichoir dans la structure et le rendant résistant aux intempéries. Le béton, la maçonnerie ou encore les panneaux marins peuvent être utilisés également.

Pour l'insertion de nichoirs dans une ossature bois, utiliser un bois brut non raboté sous forme de planches d'épaisseur minimum 20 mm.

Principes particuliers pour deux espèces : les martinets et les chouettes effraies

Principes selon le type de nichoirs Martinets Chouettes effraie
Nichoirs inclus dans l'isolation extérieure, la structure (maçonnerie/bois) ou intégrés aux corniches/sous les avancées de toit
  • Placer au plus haut et sans obstacle à proximité et plusieurs mètres devant le trou d'envol, en particulier vers le bas.
  • Multiplier les nichoirs et les placer avec un espacement limité mais suffisant pour éviter les conflits entre oiseaux.
  • Nichoirs avec obstacle pour étourneaux (pour éviter les dépôts visibles d'excréments) : équipés d'un dispositif particulier interdisant l'accès aux étourneaux
Aménagement des espaces sous toiture et des combles
  • Cette espèce s'installe spontanément en haut des murs porteurs et sur les corniches, il faut donc leur réserver un accès à ces espaces.
  • Pour leur interdire l'accès aux combles, prévoir un treillis de protection ou installer un nichoir complet en bois avec mise en place éventuelle d'une cuvette de nid. La cuvette permet en effet d'accélérer l'installation de couples nicheurs.
  • Placer derrière une ouverture en façade ou en pignon avec l'aménagement d'un accès direct
  • Dimensions jusqu'à 100x40x50cm, à min 2m du sol et dans un lieu peu fréquenté et obscur.
  • Utiliser des nichoirs à chicane pour éviter l'installation des pigeons et la prédation par les petits carnivores
Nichoirs dans les bâtiments secondaires
  • Nichoirs en bois ou en béton à concevoir ou intégrer si possible dès la conception
  • Caisses en bois placées côté intérieur avec accès extérieur.

Applicabilité des types de nichoirs selon la nature des travaux

Dans les constructions secondaires, les nichoirs destinés à des espèces semi-cavicoles se situent de préférence en hauteur, contre un mur ou une poutre, à proximité du plafond.

image34

Exemple de nichoir pour chouette-effraie avec dispositif anti-prédateurs

Il existe des nichoirs adaptés pour observer les martinets, comprenant un trou pour l'observation, et traversant le mur auquel ils sont intégrés de part en part, mais ce type de nichoirs est vivement déconseillé d'un point de vue thermique et en raison des risques de perturbations humaines !

Il existe également des abris mixtes pour martinets (ou étourneaux) et chauves-souris, composés de deux chambres d'incubation séparées et d'un interstice étroit sur la partie arrière pour accueillir les chauves-souris.

image37

Nichoirs mixtes pour martinets (ou étourneaux) et chauves-souris

Points d'attention

Eviter les déjections

Pour éviter les dépôts de déjections, utiliser des planchettes anti-salissures à placer sous le nichoir, à un minimum un mètre plus bas et inaccessible pour les prédateurs (chats). Si cette planchette est trop proche du nichoir, l'oiseau risque de ne pas pouvoir l'utiliser, c'est le cas notamment pour les hirondelles de fenêtre.

image38

Exemple de planchette anti-salissure (Source : Schwegler nichoirs )

Quid des nichoirs dans la nature ?

Concernant les nichoirs à placer dans la nature, différents principes sont à mettre en œuvre, notamment pour les perchoirs à rapaces. En effet, le nichoir, construit avec des lattes de bois ou des barres métalliques, doit avoir une hauteur de 2 m ou plus. Les dimensions du perchoir en tant que tel doivent faire environ 3 à 5 cm en largeur sur 20 cm de long. La partie supérieure doit être antidérapante tandis que l'appui dans le sol doit être imperméabilisé pour éviter tout risque de putréfaction.

Pour les nichoirs à placer dans la nature, il est conseillé de procéder à l'installation en hiver, dans un endroit dégagé, à une hauteur comprise entre 2,5 et 5 m, d'incliner le nichoir et de l'orienter sud-est. Afin d'éviter les bagarres, il est préférable de séparer les nichoirs du même type d'environ 60 m (plus pour les grandes espèces). Les matériaux recommandés sont le sapin, le peuplier ou le chêne non raboté. Le fond doit être percé pour évacuer l'humidité. Pour éviter les chats, il est possible d'utiliser une ceinture pourvue de tiges obliques à placer autour du tronc ou de planter un buisson épineux au pied de l'arbre.

Détails techniques

Le détail ci-dessous montre plusieurs types d'abris et nichoirs préfabriqués, intégrés dans la maçonnerie de parement d'un mur de façade. Les deux exemples supérieurs sont quasiment invisibles, grâce à l'interposition d'une couche de parement plus fine par devant.

image39    image40

Détail de nichoirs préfabriqués intégrés dans la maçonnerie (Source : Bat Conservation Trust)

image41    image42

Détail d'un nichoir intégré pour les oiseaux et chauves-souris au niveau de la corniche : nichoir plat avec plusieurs compartiments (Source : Bat Conservation Trust)

***Ajouter lien vers "chauve-souris" vers dispo NAT04-chauve souris ***

mis à jour le 14/11/2017