Étude de cas | Baron Roger Vandernoot

Construction en éléments préfabriqués (paille et bois)

Démarche

En observant cette petite parcelle libre en fond de rue, il est difficile d'imaginer que l'on puisse y construire une habitation. Le terrain est exigu et présente un dénivelé important (6m de plus à l'arrière de la parcelle); ces contraintes ont motivé l'architecture du projet. La volonté est de proposer une alternative au standard passif en mettant simplement en place les principes bioclimatiques : la façade côté rue et orientée plein sud est largement ouverte pour capter un maximum de soleil, la façade arrière est semi-enterrée ; ce qui diminue les déperditions côté nord et permet le stockage de la chaleur par inertie dans un mur composé de béton-chanvre. Il n'y a pas de système de ventilation mécanique avec récupération de chaleur prévu, la ventilation se fera naturellement. Le facteur solaire des vitrages (g=0,64) est élevé pour favoriser les gains solaires en hiver. En été, les pare-soleils limiteront ce phénomène et par effet de cheminée, l'air chaud s'évacuera par la grande ouverture en toiture côté nord. Le seul dispositif " technologique " prévu par le concepteur est une couverture en panneau solaire thermique sur le versant avant pour couvrir 70% des besoins en ECS. Les besoins en chauffage sont couverts par un poêle de masse.

Isolation en ballots de paille et chanvre

Dans un souci écologique et de confort, une des particularités du projet est le choix de matériaux naturels pour isoler le bâtiment : des ballots de paille dans les murs extérieurs hors sol et dans la toiture ainsi que du béton de chanvre dans les murs enterrés.

Les qualités de ces 2 matériaux sont nombreuses :

- peu d'énergie grise dépensée à la production, le matériau n'est pas transformé avant sa mise en oeuvre ;

- régulateur naturel du taux d'hygrométrie ;

- biodégradable ;

- peu coûteux.

Composition des parois

Les murs extérieurs ont une épaisseur totale de 52 cm. Ils sont composés de ballots de paille qui « emballent » une ossature bois portante (300X38 mm), les murs de paille sont directement recouverts d'un enduit naturel d'argile côté intérieur et d'un enduit à la chaux côté extérieur.

En partie enterrée, des blocs de bétons sont recouverts côté intérieur d'un béton de chanvre projeté et d'une finition en enduit d'argile.

Au rez-de-chaussée, les murs contre terre permettent de réguler la température ambiante de la maison grâce aux propriétés thermiques du sol. La masse volumique élevée de la paille oblige le concepteur à trouver une alternative pour la composition des murs situés au-dessus de grandes baies. Ceux-ci sont réalisés en ossature bois (180X38 mm) isolées par de la laine de bois.

La composition de la toiture est identique à celle des murs extérieurs avec, en lieu et place de l'enduit à la chaux, un panneau de fibre de bois recouvert d'une membrane d'étanchéité traditionnelle.

L'ensemble des éléments de façade et de toiture arrive sur le chantier comme éléments préfabriqués. Les erreurs sur chantier et les déchets de chute sont donc limités au maximum, et le montage est relativement rapide.

Placement des éléments préfabriqués

Placement des éléments préfabriqués

(Source: Pailletech)

Matériaux utilisés à l'intérieur et à l'extérieur du bâtiment

Batex_125_etude de cas

© Yvan Glavie

Batex_125_etude de cas

© Yvan Glavie

Batex_125_etude de cas

© Yvan Glavie

Aller plus loin

Liens à consulter pour plus d'informations quant aux problématiques des techniques constructives et du choix des matériaux du bâtiment :

> Dossier | Choix durable des techniques constructives et des matériaux et éléments de structure

> Dossier | Choix durable des matériaux d'isolation thermique

> Dossier | Choix durable des revêtements de murs intérieurs et plafonds

> Dossier | Choix durable des matériaux de parement

> Baron Roger Vandernoot > Données du projet

mis à jour le 15/06/2017