Intro | Concevoir un bâtiment favorable au développement des relations humaines

Contexte

[039] Cygnes Digue, 1050 Bruxelles, Ledroit Pierret Polet.  Ce projet est exemplaire, d’une part, pour la mise en œuvre d’une maison de quartier ouverte aux habitants et, d’autre part, pour l’implantation des logements autour d’un jardin en cœur d’îlot. Des logements de grande et de petite taille ont été conçus afin de favoriser la mixité entre familles et personnes isolées.

[039] Cygnes Digue , 1050 Bruxelles, Ledroit Pierret Polet. Ce projet est un exemple d'une part de maison de quartier ouverte aux habitants du quartier, et d'une autre part d'implantation où les unités de logement se trouvent autour d'un jardin en intérieur d'îlot. Ces unités se composent de grands et petits logements destinés à accueillir des familles ou des personnes seules.

Pour vivre, l'Homme dépend du cadre naturel qui lui préexiste. Or, les ressources qu'offre celui-ci sont limitées. A l'échelle mondiale se posent donc les questions de la gestion et du partage de ces ressources. Cette mutualisation passe par des questions environnementales, économiques, sociales et culturelles. Comment vivre ensemble ? Comment favoriser les relations humaines ?

Le développement durable englobe une dimension culturelle et sociale. Ceci implique une remise en question de nos modes de vie, du vivre ensemble. Une planification et une architecture durables tenant compte de ces questions sont à mettre en œuvre.

En Région de Bruxelles-Capitale 

La Région de Bruxelles-Capitale a des caractéristiques démographiques, morphologiques, économiques et socioculturelles très différentes d'autres régions et villes belges et européennes. Ces caractéristiques impliquent des conséquences sur l'environnement humain.

Une faible densité.

La densité moyenne de la Région de Bruxelles Capitale n'est pas élevée (67 habitants à l'hectare), en comparaison avec la ville de Paris qui en compte environ 202 (BRAL, 2008). Les bâtiments bruxellois ne comportent en moyenne que quatre à cinq étages. Dans d'autres capitales internationales, les quartiers sont constitués de blocs d'habitation de 8 à 10 étages. Or, la Région de Bruxelles-Capitale connaît depuis 1997 une croissance démographique forte. Selon les perspectives du Bureau Fédéral du Plan, la population de la Région (au 1er janvier 2015 de  1.175.173 personnes) s'élèverait à 1.554.850 personnes en 2060. 

Disparités et diversités.

La Région de Bruxelles-Capitale est appréciable pour la diversité de ses ambiances urbaines, son caractère cosmopolite. Cependant, de grandes disparités existent entre les quartiers, tant du point de vue de leurs équipements que de leurs caractéristiques socio-économiques et socio-culturelles. Il existe en effet peu d'homogénéité et de relations spécifiques entre les différents milieux urbains qui composent la Région de Bruxelles-Capitale.

La densité moyenne de la Région de Bruxelles Capitale cache d'énormes disparités géographiques : on passe de 19 habitants à l'hectare à Watermael-Boitsfort (ville verte) à 230 à Saint-Josse (ville dense) !

Communes bruxelloises

Hab/Ha

Communes bruxelloises

Hab/Ha

Anderlecht

59

Koekelberg

169

Auderghem

34

Molenbeek-Saint-Jean

150

Berchem-Sainte-Agathe

75

Saint-Gilles

186

Bruxelles

48

Saint-Josse-ten-Noode

230

Etterbeek

140

Schaerbeek

149

Evere

71

Uccle

34

Forest

80

Watermael-Boitsfort

19

Ganshoren

92

Woluwe-Saint-Lambert

70

Ixelles

126

Woluwe-Saint-Pierre

44

Jette

93

Région bruxelloise

67

Densité de la population par commune bruxelloise au 01/01/2011 - Source : Direction générale Statistique

Comme le montre la carte ci-dessous, les personnes aux revenus les plus bas habitent dans les quartiers situés autour et à l'ouest du canal, tandis que celles disposant de revenus plus élevés s'installent dans les parties résidentielles du sud-est de la Région.

revenu médian des déclarations 2013

Revenu moyen par déclaration en 2013 (€) - Source : Le Monitoring des quartiers de la Région de Bruxelles-Capitale

Evolution des structures sociales.

Comme ailleurs, on constate des changements au sein des structures sociales à Bruxelles. En effet, tant la structure de l'âge que le type de ménage et la nationalité correspondent à un schéma de plus en plus morcelé : personnes isolées, avec ou sans enfants, familles nombreuses ou plus petites, personnes vivant en colocation,... Particulièrement, les chiffres laissent entrevoir un phénomène de rétrécissement des familles. En effet, la taille des ménages est passée de 2,07 en 1991 à 2,02 en 2001. En outre, les perspectives d'évolution de la population vers 2060 annoncent l'augmentation du coefficient de dépendance des personnes âgées : de 26 âgés pour 100 personnes d'âge actif en 2010 à 42 en 2060.

Personnes à mobilité réduite.

Enfin, en Belgique, plus de 30 % de la population est considérée comme appartenant à la catégorie des personnes à mobilité réduite (PMR). Cette catégorie ne concerne pas seulement des personnes qui présentent un handicap moteur permanent, mais aussi des personnes malvoyantes, malentendantes et muettes, et des personnes présentant un handicap mental. En outre, la mobilité peut être réduite de manière temporaire dans le cas des personnes accidentées, âgées, de petite taille comme les enfants, des femmes enceintes, des personnes lourdement chargées ou poussant un enfant.

En réponse aux points listés ci-avant, chaque projet doit contribuer positivement à la planification de la ville durable et avoir un impact positif pour faire face aux disparités géographiques, économiques et socioculturelles qui caractérisent Bruxelles.

> Enjeux

mis à jour le 01/01/2013

N° de Code : G_HUM00 - Thématiques : Environnement humain - Composants du projet liés : Abords