Dispositif | Nichoirs pour les oiseaux

Démarrer

Jeunes martinets noirs dans leur nichoir

image01

© Ornithomedia.com

Tout bâtiment peut potentiellement accueillir des oiseaux en Région de Bruxelles-Capitale, qu'il fasse l'objet de travaux importants (rénovation ou construction neuve) ou non (simple installation de nichoirs en façade, par exemple).

Outre le renforcement du réseau écologique en milieu urbain, offrir des habitats pour les oiseaux permet de sensibiliser le grand public ; voir un nichoir apposé sur un mur rappelle à tout un chacun la présence des oiseaux en milieu dense et permet, par exemple, aux enfants d'entrer en contact avec une espèce rendue plus facilement observable.

La conception des nichoirs pour oiseaux s'inscrit dans une démarche globale exposée dans le dossier Offrir des habitats pour la faune.

Quels sont les types de nichoirs possibles pour les oiseaux au niveau du bâtiment ?

Les nichoirs pour oiseaux au niveau d'un bâtiment peuvent être de type apposé ou intégré .

Nichoir apposé

image02

© Union des Villes et Communes de Wallonie

Nichoir intégré

image03

© martinew.canalblog.com

Les nichoirs intégrés pour les oiseaux à l'échelle du bâtiment consistent en des cavités situées dans leur enveloppe, qui peuvent se traduire par l'aménagement des trous de boulins d'une façade ancienne, par des espaces sous corniche, par l'intégration de nichoirs dans la structure ou par l'usage de briques-nichoirs.

Quelles sont les espèces d'oiseaux potentiellement concernées ?

Les nichoirs ne présentent pas les mêmes caractéristiques selon le groupe d'oiseaux visé. En effet, on peut regrouper les oiseaux selon la classification suivante :

oiseaux « semi-cavicoles » : regroupe les espèces d'oiseaux faisant leur nid dans des anfractuosités, naturelles ou construites, ouvertes vers l'extérieur. A Bruxelles, ces oiseaux sont principalement représentés par le rougequeue noir, les bergeronnettes grise et des ruisseaux.

Rougequeue noir (Phoenicurus ochruros)

image04

oiseaux « cavicoles », ou encore « cavernicoles » : regroupe les oiseaux qui recherchent des cavités plus profondes et fermées pour y déposer leurs œufs. Parmi ces oiseaux, on retrouve notamment le moineau domestique, le martinet noir, l'hirondelle rustique, l'hirondelle de fenêtre, la mésange charbonnière et la mésange bleue. Les moineaux et les martinets utilisent également les nichoirs apposés.

Martinet noir (Apus apus)

image05

Groupe d'oiseaux Caractéristiques Abri recherché
Oiseaux « semi-cavicoles »

Rougequeue noir

(Phoenicurus ochruros)

image04

  • Le rougequeue noir mâle a le plumage grisâtre foncé ou noirâtre. Le croupion, le bas-ventre et la queue sont rouge orangé à brique, très net en vol ou quand la queue est déployée. On peut parfois voir une zone de plumes blanchâtres sur l' aile .
  • La femelle est plus terne, avec un plumage uniforme gris-brun cendré. La poitrine grisâtre est légèrement striée de foncé.
  • Originaire des zones de montagne où la roche et les éboulis lui procurent des endroits de nidification favorables, le rougequeue noir a étendu son aire de nidification en adoptant des milieux qui lui rappellent ceux d'origine, tels que les villes et les villages.

Rougequeue à front blanc

(Phoenicurus phoenicurus)

image06

  • Le magnifique plumage du mâle, avec le dos gris ardoise, le rouge orangé de la poitrine, son masque noir rehaussé d'un bandeau blanc, sa queue rousse en font un des plus beaux passereaux .
  • Pour cet oiseau fréquentant aussi bien la campagne que les villages et les banlieues des villes, la présence d'arbres feuillus est indispensable.
  • En ville il cherchera deux milieux pour son habitat : des lisières de parcs, bois ou forêts ou des intérieurs d'îlots verts et bien pourvus en arbres.

Bergeronnette grise

(Motacilla alba)

image07

  • La bergeronnette grise est un oiseau anthropophile (habitué à vivre dans le voisinage immédiat de l'homme) remarquable par sa silhouette (longue queue et ailes courtes) et ses couleurs.
  • Sa longue queue est agitée de mouvements verticaux fréquents.
  • Son plumage est entièrement en noir et blanc et en nuances de gris
  • La bergeronnette grise occupe une large gamme d'habitats ouverts, qu'ils soient secs ou mieux, humides. En effet, sans être vraiment liée à l'eau, elle se trouve souvent à proximité de celle-ci.
  • Elle apprécie les pelouses urbaines, les terrains vagues industriels, la voirie, les décharges, etc.
  • Une autre condition de sa présence en période de reproduction est qu'elle ait à sa disposition des sites pour sa nidification semi-cavernicole (anfractuosités diverses)

Bergeronnette des ruisseaux

(Motacilla cinerea)

image08

  • Elle a un dos gris, et une longue queue avec des rectrices blanchâtres.
  • Le mâle possède un dessous jaune vif, de la poitrine jusqu'aux couvertures sous-caudales.
  • Sa bavette noire est peu apparente et disparaît après la période de reproduction. La femelle et les jeunes n'ont pas cette tache noire à la gorge.
  • La bergeronnette des ruisseaux est très dépendante de l'eau, surtout une eau courante, souvent à proximité des habitations et des ponts. Elle niche tant en milieu boisé qu'en milieu ouvert.
Oiseaux « cavicoles » ou « cavernicoles »

Martinet noir

(Apus pallidus)

image05

  • Le Martinet noir est aisément reconnaissable à son plumage sombre et à ses longues ailes effilées tenues en arrière dans un profil en fer à cheval. Même dans son vol bas et rapide, ses ailes sont toujours tendues, jamais fléchies. En vol, il a presque l'air d'un arc à flèches, avec ses ailes courbées en faucilles.
  • Cet aérodynamisme lui permet de passer toute sa vie en vol, à l'exception de la période de nidification. A ce moment, il est bien obligé de se poser pour pondre et couver ses œufs puis réchauffer et nourrir ses jeunes.

Il nous quitte dès la mi-août pour partir vers l'Afrique jusqu'en mai de l'année suivante.

  • Toute cavité située en hauteur, notamment dans ou au niveau de la corniche, lui sera bonne à condition qu'elle ne soit pas trop petite et que l'espace devant la cavité soit suffisamment ouvert.
  • Il existe divers modèles qui lui sont destinés.
  • D'autres espèces peuvent également les utiliser.

Moineau domestique

(Passer domesticus)

image09

  • Connu de tous, le moineau domestique est si commun que le passant ne daigne plus le regarder, bien que cette petite boule de plumes sautillante, robuste et trapue, mérite toute notre attention.
  • Les femelles et les jeunes oiseaux sont pâles, colorés de brun et de gris, tandis que les mâles sont plus vifs, avec des marques noires, blanches et brunes.
  • Granivore, il se nourrit majoritairement de céréales et d'autres graines, mais se montre opportuniste, consommant divers invertébrés, les insectes en premier lieu, qui servent par ailleurs d'alimentation de base aux oisillons.
  • Le moineau domestique vit dans toutes sortes de zones modifiées par les humains, telles que les fermes, les zones résidentielles et urbaines. Il évite les forêts, les déserts et les zones herbeuses.

Hirondelle rustique

(Hirundo rustica)

image10

  • L'hirondelle rustique se reconnaît facilement à sa longue queue fourchue (sauf chez les jeunes), son plumage sombre, sa gorge et son front rouge-brun et son ventre blanc.
  • Oiseaux migrateurs, les hirondelles rustiques séjournent dans notre pays d'avril à octobre et passent l'hiver en Afrique.
  • Le mâle et la femelle construisent ensemble un nid en forme de boule à partir de boue, et le renforcent avec des végétaux.
  • Les hirondelles rustiques nichent principalement dans et aux abords des fermes, généralement à l'intérieur d'un bâtiment pourvu d'une ouverture permanente.

Hirondelle de fenêtre

(Delichon urbicum)

image11

  • L'hirondelle de fenêtre se distingue de l'hirondelle de cheminée par le croupion blanc pur. La queue moins fourchue n'est pas pourvue de filets.
  • Tête, dos, ailes et queue noir-bleu, dessous essentiellement blanc. Pattes et pieds courts emplumés de blanc.
  • Les hirondelles de fenêtre s'installent autant dans les villages et les villes, que dans les espaces ouverts.
  • Elles construisent leurs nids à partir de boue, sous les toits en surplomb, sous les ponts…
  • Chaque année en avril, après avoir passé l'hiver en Afrique, elles reviennent à l'endroit où elles sont nées pour y nicher à leur tour.

Mésange charbonnière

(Parus major)

image12

  • La mésange charbonnière est une grande mésange, la plus grande de celles auxquelles nous sommes confrontés dans l'ouest du continent.
  • Le dessus du corps, manteau et dos, est verdâtre avec une zone plus claire sur la nuque.
  • La Mésange charbonnière est un oiseau forestier, mais on la retrouve à peu près dans toutes sortes de milieux arborés, naturels ou artificiels, parcs et jardins y compris en ville, vergers, bocage, ripisylve, etc.
  • Un simple nichoir accroché à un arbre dans le jardin suffit

Mésange bleue

(Cyanistes caeruleus)

image13

  • La mésange bleue est une petite mésange qui tire son nom de la couleur bleue de sa calotte, de ses ailes et de sa queue.
  • Comme la mésange charbonnière, la mésange bleue est un oiseau forestier, mais on la retrouve à peu près dans toutes sortes de milieux arborés, naturels ou artificiels, parcs et jardins y compris en ville, vergers, bocage, ripisylve, etc.
  • Un simple nichoir accroché à un arbre dans le jardin suffit
Rapaces diurnes et nocturnes

Faucon pèlerin

(Falco pelegrinus)

image14

  • Le faucon pèlerin est une espèce de rapaces robuste, de taille moyenne
  • L'adulte mâle a les parties supérieures gris-bleu foncé, avec une zone plus pâle sur le bas du dos jusqu'aux couvertures caudales. La queue est longue, avec des barres grises et blanches.
  • Il est réputé pour être l'oiseau le plus rapide du monde en piqué.
  • Le Faucon pèlerin est un oiseau rupestre. Il utilise les falaises aussi bien comme point d'observation élevé pour la chasse que pour nicher.
  • Quand les populations rupestres sont à saturation, le pèlerin investit carrières et constructions humaines élevées, jusque dans les grandes agglomérations ou dans les arbres, pour se reproduire. Il niche même parfois au sol, en particulier dans la toundra arctique.

Effraie des clochers

(Tyto alba)

image15

  • L'effraie des clochers est une chouette de taille moyenne, munie de longues ailes et avec une tête bien distincte. L'effraie des clochers a les parties supérieures brun clair, tachetées de noir et de blanc.
  • La femelle est plus grande que le mâle.
  • L'effraie des clochers vit dans des zones découvertes, cultivées, avec des arbres clairsemés, des arbustes et des haies, de vieilles bâtisses, granges, étables, ruines et clochers.

De nombreux contenus et illustrations de ce chapitre sont issus du site Internet : http://www.oiseaux.net/

mis à jour le 14/02/2019