Dossier | Construire réversible et circulaire

Eléments de choix durable

Aspects économiques

Les profits de l'économie circulaire

L'intégration des principes d'économie circulaire demande du temps de conception supplémentaire, notamment en ce qui concerne l'étude de l'évolutivité du bâtiment la conception des  détails et la recherche des matériaux. Le délais de conception augmente, mais permet des économies à court terme (chantier) et long terme (utilisation) dont les bénéfices sont valorisables par l'architecte auprès du maître d'ouvrage.

Il en demeure difficile de prouver financièrement les gains qui seront réalisés en bout de ligne en misant sur la durée de vie d'un bâtiment évolutif, ou sur la valorisation de matériaux dans le cadre d'un recyclage ou réemploi. Le maître d'ouvrage initial peut vendre et ne pas exploiter lui-même les bénéfices de ses choix. Toutefois, un acheteur éventuel regarde le potentiel d'aménagement. C'est un principe à l'avantage des conceptions évolutives et qui joue sur la valeur de revente. C'est-à-dire, une vision à long terme.

Dans le cadre de bâtiments commerciaux les promoteurs propriétaires voient des avantages dans le fait qu'ils peuvent plus facilement adapter le bâtiment aux besoins changeants des occupants. Cela permet de limiter le taux de vacance d'une part mais aussi de limiter les coûts d'adaptation tout en offrant des espaces mieux adaptés aux utilisateurs.

En ce qui concerne les marchés et les bâtiments publiques, il semblerait que la conception réversible et les modèles économiques circulaires (économie de la fonctionnalité) permettent de répartir les coûts sur plusieurs années et donc de limiter les investissements directs tout en ayant une garantie de service et /ou maintenance et/ou reprise.

En ce qui concerne le démontage et la réutilisation de matériaux, pour certains projets, ils présentent un avantage financier comparés aux coûts d'enlèvement et de mise en décharge. Dans tous les cas, favoriser le réemploi peut se faire sans dépenser davantage que ce qu'il aurait fallu dépenser pour une démolition destructive classique.

De nouveaux modèles économiques

Economie de la fonctionnalité

Ce modèle privilégie l'usage à la possession et  la vente d'un service à celle d'un bien. Ce type d'économie permet de réduire des externalités négatives environnementales et sociales en maintenant le producteur responsable pour la gestion et la fin de vie.

Exemple pour les produits :

  • Les produits sont fournis comme des services et restent propriété de leur producteur, ou bien sont vendus avec des contrats de longue durée, incluant l'entretien et les réparations ;
  • Le fabricant a tout intérêt à faire durer le produit, ce qui favorise un moindre gaspillage des ressources naturelles ;
  • Les produits en fin de vie sont renvoyés vers leur producteur ou vers une entreprise de valorisation spécialisée.

    Exemples : lampes dans les bureaux, tapis, imprimante etc.

A noter que l'économie de la fonctionnalité, si elle a un intérêt écologique évident, peut se révéler à court terme plus cher pour l'individu (exemple, les taux d'emprunt peuvent être tellement bas qu'il y a un avantage à acheter plutôt que louer).

Economie du partage
  • Elle permet de partager entre consommateurs l'usage ou la consommation de produits, équipements ou services. Exemple : logements partagés, potagers partagés, etc.
  • Elle permet de rationnaliser l'espace et les matériaux et une résilience des espaces partagés (turn over et renouvellement des utilisateurs). 
  • Elle s'organise généralement autour de plateformes nécessaires pour relier l'offre à la demande, l'échange, les possibilités de locations, la mise à disposition de produits etc.
Prolongement de la durée de vie

Les entreprises s'engagent à réparer leurs produits.

Plusieurs avantages peuvent être perçus par l'entreprise productrice :

  • réduction pour l'entreprise de sa consommation et de sa dépendance envers la fluctuation des prix des matières premières ;
  • dans certains cas, revente du produit ce qui augmente ainsi le chiffre d'affaires de l'entreprise ;
  • récupération d'informations précieuses sur la durabilité et la fiabilité des produits, ces informations peuvent être utilisées pour la conception de nouveaux produits.

Pour plus d'information sur les modèles économiques, voir CSTC.

Création de valeurs

  • Réemploi

    L'économie circulaire tend à la réutilisation directe du matériau ou composant, c'est-à-dire que la qualité intrinsèque du produit doit se maintenir d'un cycle à l'autre, soit en réemploi, soit après réintroduction dans la chaine de fabrication. C'est par exemple le cas pour le bois, les briques, les sanitaires, les carrelages, etc. 

  • Upcycling

    Ce procédé a un intérêt économique particulier car il permet d'augmenter la valeur des produits. Exemple : récupération de bois de palette pour en faire un bardage intérieur.

  • Downcycling

    Ce procédé de recyclage entraîne une diminution de la valeur intrinsèque d'une matière à travers un cycle qui ne permet plus de refaire le même type de produits ou qui vise la fabrication de produits qui eux ne seront plus recyclables. C'est par exemple le cas du PVC, du papier recyclé ou des produits fabriqués à partir de mélanges de plastiques recyclés dont la qualité matérielle est inférieure au cycle précédent.

  • Recyclage

    Ce procédé permet le maintien de la même qualité que le produit ou matériau initial. Il s'agit de l'opération de valorisation par laquelle les déchets sont retraités en produits, matières ou substances aux fins de leur fonction initiale ou à d'autres fins. Cela inclut le retraitement des matières organiques, mais n'inclut pas la valorisation énergétique, la conversion pour l'utilisation comme combustible ou pour des opérations de remblayage. Ces opérations impliquent une modification structurelle (physique ou chimique) de la matière. Le recyclage peut impliquer différentes actions de prétraitement comme, par exemple, le démantèlement.

Autres avantages économiques de l'économie circulaire

  • Contribue à l'économie locale ;
  • Gestion optimale des ressources : potentiel énorme de réutilisation. Création de stockage de matériaux disponibles, répertoriés et prêts à être réutilisés ;
  • Valeur économique ajoutée du bâtiment (qualité des matériaux) ;
  • Permet la maîtrise des coûts de gestion des déchets : cela évite certains coûts par l'achat ou l'échange de matériaux de seconde main ;
  • Allègement du conteneur tout-venant ;
  • Diminution des coûts d'importation de matériaux et d'exportation des déchets ;
  • Création  d'emplois et opportunités de formation, apparition de nouveaux profils de compétences ;
  • Permet la reconversion de bureau vide  *** Lien vers futur dispo reconversion de bureau en logement » *** en logement. Les immeubles de bureaux vides représentent le plus gros potentiel de reconversion du bâti bruxellois. L'augmentation de la population se traduit en une pression accrue sur les logements. Il y un potentiel de reconversion important ;
  • Favoriser la mixité des usages permet de plus grands rendement d'occupation des espaces.

Aspects environnementaux

Avantages environnementaux de l'économie circulaire

  • Réutilisation des ressources existantes ;
  • Utilisation rationnelle des ressources naturelles, en évitant d'utiliser des ressources rares ;
  • Réduction de la pollution : diminution des émissions de CO2 (générées par l'extraction des ressources, la production des matériaux et produits, le transport, l'incinération) ;
  • Diminution des déchets. On évite également la prolifération de déchets sauvages.

Inconvénients potentiels

Si l'économie circulaire est sans aucun doute une amélioration par rapport au modèle linéaire classique, il ne faut pas oublier qu'un modèle 100% circulaire est impossible. Il y a des apports de nouvelle matière, des extractions, etc. lorsque des matériaux s'usent et se détériorent.

Afin de limiter autant que possible notre impact sur l'environnement au niveau du bâti, il convient donc, en complément de la mise en place nécessaire de l'économie circulaire, de s'interroger sur le bien-fondé des projets mis en œuvre.

Aspects sociaux culturels

Sensibilisation à la prévention des déchets

La prévention de la production des déchets est une notion qui mérite la sensibilisation de toutes les parties prenantes du projet, du maître de l'ouvrage jusqu'à l'ouvrier. Un projet prenant en compte ces considérations dès sa conception permettra, en collaboration avec l'entrepreneur, de limiter au maximum la production de déchet.

Création d'emplois

Au lieu d'importer des matières premières et d'exporter des déchets pour les trier ailleurs, l'économie circulaire permet d'internaliser la production et le retraitement sur son territoire. De nouvelles étapes sont dès lors nécessaires : réalisation d'inventaire pré-démolition, démontage des matériaux et produits en fin de cycle, préparation au réemploi, mise en œuvre de matériaux et des produits de réemploi, conception et fabrication de nouveaux produits à base de matériaux récupérés. Ces étapes permettent la création de nouveaux emplois sur le territoire bruxellois.

Autres avantages sociaux et sociétaux de l'économie circulaire 

  • Permet l'insertion socio-professionnelle via la création d'emploi local ;
  • Nouvelle manière de collaborer via des réseaux de partenaires et la création de nouvelles filières ;
  • Création de lien social via les nouveaux modèles économiques (économie du partage, etc.) ;
  • Partage des connaissances techniques : revalorisation des savoir-faire locaux et valorisation des compétences de tous les acteurs de la construction ;
  • Impact positif sur la santé : diminution de la pollution de l'air dues aux activités productrices (qui sont situées hors Bruxelles) ;
  • Tient compte des changements de mode de vie et des besoins changeants des usagers ;
  • Permet d'apporter une réponse au consumérisme, via un changement de comportement des consommateurs (consommation responsable, allongement des durées d'usage).

Source : Mind map CDR

Concevoir

mis à jour le 11/06/2020

N° de Code : G_MAN08 - Thématiques : Gestion du projet, chantier, bâtiment