WEL01 - Faux plafond_top

Dispositif | Faux plafond et acoustique

Faux plafond et acoustique

© SJ Baren / unsplash.com

Le faux plafond, outre sa fonction esthétique et technique peut jouer un rôle acoustique en isolant des bruits aériens entre 2 pièces séparées par un plancher (plafond isolant) ou en améliorant l'acoustique spatiale de la pièce et en réduisant la durée de réverbération (plafond absorbant). Ce dispositif s'intéresse plus particulièrement aux faux plafonds isolants reposant sur le principe masse-ressort-masse. La couche d'air ou le matériau absorbant dans le creux faisant office de ressort amorti pour dissiper une partie de l'énergie acoustique.

Quelle différence entre faux-plafond absorbant et faux-plafond isolant ?

  • Faux plafond absorbant :

    • but principal : améliorer l'acoustique spatiale de la pièce ;
    • utilisation de matériaux poreux ou perforés (isolation acoustique limitée) ;
    • en plaçant des films spécifiques à l'arrière des matériaux poreux ou perforés ou un matériau souple à densité plus élevée, l'isolation acoustique peut toutefois être quelque peu améliorée.

    Voir aussi le Dispositif | Dispositifs d'absorption acoustique

  • Faux plafond isolant :

    • but principal : améliorer l'isolation aux bruits aériens du plancher porteur ou de la toiture sous lequel / laquelle il est installé ;
    • faux plafond fermé réalisant une absorption très limitée à basses fréquences selon la hauteur du plenum.

A noter, que dans certains cas spécifiques, les deux fonctions (isolation acoustique et absorption acoustique) peuvent être combinées. Toutefois, l'une de ces deux fonctions est généralement privilégiée.

Dans quels cas mettre en œuvre un faux plafond isolant ?

Les faux plafonds isolants peuvent être considérés comme des constructions légères n'imposant pas de charges supplémentaires, et conviennent donc en rénovation, comme en construction neuve.

Un faux plafond isolant n'améliore que l'isolation acoustique de la dalle sous laquelle le plafond est placé. Si d'autres voies (façades, etc.) sont déterminantes pour l'isolation acoustique globale, un faux plafond a un effet à peine perceptible.

Quels sont les rôles des différents composants et fonctions d'un faux plafond isolant ?

Structure et fixation

On peut classer les faux plafonds acoustique selon le mode de fixation : suspendu antivibratile ou autoporteur. Moins les contacts entre le faux plafond et le plancher sus-jacent sont rigides et nombreux, plus l'amélioration de l'isolation acoustique du plafond est importante. Les faux plafonds autoporteurs permettent dès lors une meilleure isolation acoustique.

  • Suspendu antivibratile

    Faux-plafond suspendu : avec plots anti vibratiles

    Suspendu aux profilés avec plots antivibratiles

    Suspendu aux profilés avec plots antivibratiles

    Suspendu aux profilés avec plots antivibratiles

    Suspendu aux profilés avec plots antivibratiles

    Suspendu aux profilés avec plots antivibratiles

    © Homegrade

    Pour un plafond suspendu, les points de suspension créent des contacts par points rigides ou des contacts linéaires susceptibles de propager les vibrations dans le plancher sus-jacent. Pour réduire cet aspect, les points d'attention suivants sont à prendre en compte :

    • un cadre et un lattis en bois sont souvent plus rigides qu'une suspension sur des profilés de plafond métalliques ;
    • un lattis simple a plus de surface de contact (linéaire) qu'un lattage et contre lattage (contact ponctuel) ;
    • les profilés de suspension avec plots antivibratiles veillent à réduire la rigidité des contacts, ce qui permet de réaliser un meilleur résultat.

    Faux-plafond suspendu : avec câbles de suspension

  • Autoporteur

    Le type de structure porteuse n'a que très peu d'influence, mais il importe en revanche, de limiter autant que possible le contact entre cette structure et les constructions adjacentes :

    • bandes souples sur tout le pourtour de la structure porteuse ;
    • joint en mastic souple à appliquer entre le revêtement et la construction adjacente.

    En cas de surtensions plus élevées, il peut s'avérer parfois nécessaire de fixer le faux plafond en plus sur la dalle sus-jacente. Dans ce cas, on utilise des profils de fixation acoustiques spécifiques ayant un dispositif antivibratile (voir section précédente).

    Faux-plafond suspendu : désolidarisation

Plaquage

  • Plus le faux plafond est lourd, plus l'isolation aux bruits aériens est améliorée :

    • l'ajout de masse, consiste à prévoir plusieurs plaques ou des plaques plus lourdes ;
    • une plaque peut aussi être alourdie en y ajoutant une plaque d'acier ou de plomb.
  • Plus le matériau est flexible, plus l'isolation aux bruits aériens est améliorée :

    • les plaques de plâtre ont la propriété d'être très flexibles, ce qui leur donne une fréquence critique située en-dehors de la gamme de fréquences importante pour l'acoustique du bâtiment ;
    • le bois (OSB, Multiplex, etc.), plus rigide, a une fréquence critique dans les fréquences d'intérêt pour les bâtiments et donc affaiblit l'isolation acoustique globale.

Remplissage

Remplir les creux entre le plafond et le faux-plafond à l'aide d'absorbant (laine minérale, etc.) permet d'obtenir une isolation acoustique plus poussée :

absorption des résonances des creux aux fréquences plus élevées, ce qui réduit la perte d'isolation acoustique à ces fréquences ;

réduction de l'effet d'éventuelles fuites sonores dues aux spots encastrables, clous de fixation, etc.

Le type d'absorbant ne joue qu'un rôle minime, tout comme le fait que le creux soit totalement rempli ou non.

Voir aussi le Dispositif | Dispositifs d'absorption acoustique

Étanchéité à l'air

L'étanchéité à l'air a un impact très important sur l'acoustique. Les interstices, raccordements et percements du faux plafond sont à mastiquer soigneusement et de façon étanche (mais souple).

Plus d'informations dans le Dossier | Améliorer l'étanchéité à l'air

Hauteur du plenum

Plus le plenum est haut par rapport au faux plafond, plus la fréquence critique du système masse-ressort-masse est faible, ce qui améliore l'isolation acoustique. Pour cette raison, lorsque l'objectif recherché est l'absorption de basses fréquences, par exemple dans une salle où tourne des serveurs informatiques mais qui doit bénéficier d'une bonne acoustique car elle est occupée par des travailleurs, on privilégie un plenum haut.

Quelle valeur acoustique viser pour un faux-plafond ?

L'amélioration de l'isolation aux bruits aériens d'un faux plafond peut être indiquée par ΔRw. Néanmoins cette valeur doit être interprétée avec prudence pour les raisons suivantes :

  • l'amélioration est toujours liée à une conception de plancher sus-jacente. Le même faux plafond ne fournit pas nécessairement la même amélioration de l'isolation acoustique en fonction d'une conception de plancher plus lourde ou légère ;
  • ces valeurs sont issues de tests en laboratoire. Un faux plafond placé sur site a toujours une performance moindre, de par des raccordements et détails moins soignés, présence de spots encastrables, canalisations, renforcements, dimensions différentes, etc. ;
  • en outre, l'isolation acoustique d'un faux plafond dépend de multiples paramètres :

    • méthode de fixation ;
    • structure de suspension ;
    • revêtement ;
    • remplissage ;
    • étanchéité à l'air ;
    • hauteur du plenum ;
    • etc.

Quels points d'attention pour la mise en œuvre d'un faux plafond isolant ?

La qualité acoustique globale dépend de ses éléments les plus faibles ; c'est pourquoi il convient d'éviter tous les éléments affaiblissants dans la paroi.

Autrement dit :

  • La construction de plancher ou de toiture sus-jacente ne peut contenir aucun élément affaiblissant (fuites, ouvertures, plâtrage de surfaces poreuses, etc.) ;
  • les spots encastrables dans les faux plafonds isolants sont parfois autorisés, mais on en limite le nombre. Dans les cas où une isolation acoustique renforcée est souhaitée, il peut être utile de prévoir des boîtiers acoustiques ;
  • si aucun remplissage des creux n'est prévu, les ouvertures (spots encastrables, clous de suspension, etc.) affaiblissent davantage le bruit que dans le cas contraire. Mieux vaut donc choisir une conception avec remplissage des creux ;
  • pour les revêtements simples, il existe un risque que les joints ne soient colmatés que superficiellement, ce qui permet l'apparition de petites fuites acoustiques à leur niveau. Les doubles revêtements posés en chevauchement assurent toujours un meilleur colmatage des joints ; 
  • on évite de percer (conduites, éléments de construction, etc.) le faux plafond et, si c'est indispensable, on prévoit une finition aussi étanche à l'air que possible ;
  • toujours veiller à prolonger la conception choisie au niveau des raccordements et prévoir un colmatage souple pour éviter la transmission des vibrations.

Pour aller plus loin

Dans le Guide

Autres documents / Sites Web/ etc.

mis à jour le 07/09/2020

N° de Code : G_WEL01 - Thématiques : Bien-être, confort et santé - Thématiques secondaires : Acoustique - Composants du projet liés : Plafonds