WEL06 - Luminaires_top

Dispositif | Luminaires et champs électromagnétiques

Luminaires et champs électromagnétiques

© Denis Petrov / Shutterstock.com

Les luminaires peuvent être une source de champs électriques ou magnétiques. Plusieurs précautions sont donc à prendre au moment de leur choix et de leur positionnement : exclusion de certains appareils, distance entre luminaires et, dans une moindre mesure, mise à la terre.

Comment ça marche?

Les luminaires d'éclairage ont connu ces vingt dernières années une évolution assez significative. Les choix de technologies d'éclairage sont variés, suivant les goûts esthétiques, le rendu lumineux et suivant les impératifs d'économies d'énergie. Pour autant, toutes les lampes ne sont pas neutres du point de vue des nuisances électromagnétiques.

Ce dispositif doit idéalement s'appliquer en toute circonstance. Il met en œuvre les stratégies d'exclusion et d'éloignement ainsi que, dans une moindre mesure, de mise à la terre.

Les notions de base restent les mêmes que pour toute installation électrique : le champ magnétique est proportionnel au courant, tandis que le champ électrique dépend du niveau de tension. Mais ce ne sont pas là les seules sources de pollutions électromagnétiques.

Champ électrique et champ magnétique

01_FR

(Source : INRS)

D'une part, les transformateurs et les ballasts génèrent des champs magnétiques importants et, d'autre part, les ballasts provoquent des champs électromagnétiques à haute fréquence, dont la source est le circuit oscillant qui leur sert à maintenir l'arc de décharge lumineux. Il convient donc d'inclure cette réflexion sur le type de nuisance lors du choix des luminaires.

Quel luminaire choisir?

On ne reprendra ici que les ampoules les plus courantes, utilisées par un public non spécialisé, et dans le secteur du logement.

Le choix d'un luminaire répond d'abord à des critères esthétiques, de consommation, de qualité d'éclairage. Voir le dossier Optimiser l'éclairage artificiel.

Types de luminaires courants

Types d'éclairageAvantagesInconvénients
Ampoules à incandescence
Ampoules courantes, à filament métallique. Considérées comme énergivores, elles sont condamnées à disparaître du marché

02

Source : Philips

  • Pas de pollution à haute fréquence. Faible champ magnétique, du fait d'un ampérage limité

Ampoules halogènes
  • Ampoules à filament porté à incandescence, dont le volume est rempli d'un gaz halogène sous pression

  • Il existe deux familles, suivant leur tension d'alimentation : 230 V ou 12 V

03

Source : Heliophane

Ampoules halogènes 12 V

  • Limitation du champ électrique du fait d'une tension d'alimentation plus faible. Ceci ne vaut pas en amont du transfo (primaire et circuit alimentation) où la tension de distribution (230V) est présente

Ampoules halogènes 230 V

  • Limite le champ magnétique car ne nécessite pas de transfo

Ampoules halogènes 12 V

  • Consommation d'énergie souvent importante

  • Champ magnétique important :

    • Transfo

    • Courant plus élevé (car tension plus faible)

  • A éviter dans les plafonniers si la chambre à coucher est au niveau supérieur 

  • Eviter les ampoules clipsées sur des fils apparents

Ampoules halogènes 230 V

Tubes TL (Tube Luminescent)
  • Connus sous le nom abusif de « néons » du nom du gaz utilisé à l'origine (lumière rouge). Lampe à arc électrique dans un gaz

  • Nécessitent un ballast magnétique pour l'amorçage

04

Source : CoosElec

  • Faible consommation, bonne durée de vie
  • Contient des vapeurs de mercure

  • Les ballasts ferromagnétiques génèrent un champ magnétique important, ce qui n'est pas le cas des ballasts électroniques, mais ceux-ci génèrent un champ électromagnétique à haute fréquence (20 à 60 kHz)

  • Maintenir à distance d'au moins un mètre 

Ampoules « fluocompactes » (fuorescentes compactes)
Fonctionnent sur le même principe que les tubes TL mais sont plus compactes, dans le but de pouvoir être substituées ampoules à incandescence avec soquets standard (E14 et E27).

05

Source : Tiweo

  • Faible consommation, bonne durée de vie (attention, différentes qualités sur le marché).
  • Champ électrique important à proximité
  • Maintenir à distance d'au moins un mètre !

LED
  • LED : light-emitting diode (diode électroluminescente)

  • Diode qui émet de la lumière lorsqu'elle est traversée par des électrons. Généralement, plusieurs diodes sont regroupées dans une ampoule.

06

Source : Ecolodis Solaire

  • Excellente résistance mécanique.

  • Faible consommation. Longue durée de vie.

  • Sensible à la chaleur

Quels sont les points d'attention?

  • Toujours utiliser des interrupteurs / télérupteurs bipolaires. Lorsque ce n'est pas le cas, dans les installations électriques phase+neutre, veiller au minimum à câbler les interrupteurs de façon à couper la phase.
  • L'utilisation de transformateurs (halogènes 12 V) ou de ballast (TL ou ampoules fluocompactes) est source de champs magnétiques ou de champs électromagnétiques : il faut conserver une distance d'au moins 80 cm à 1 m. Ces luminaires sont donc à proscrire comme éclairage de proximité : lampe de bureau, lampe de chevet, etc.
  • Pour les spots halogènes encastrés (15 à 50 W) dans les plafonds, on privilégiera les spots alimentés sous 230 V. Si ce n'est pas le cas, et que l'on travaille en 12 V, on veillera à positionner le transformateur loin des structures métalliques et loin des personnes (minimum 1 mètre).
  • Les ampoules halogènes 12 V sont à éviter dans les plafonniers s'il y a une chambre à coucher au niveau supérieur !
  • Les spots 12 V branchés sur deux câbles parallèles sont eux fortement déconseillés car ils génèrent des champs magnétiques importants, d'autant que les câbles en opposition de phase sont éloignés de quelques centimètres, ce qui empêche la neutralisation naturelle d'une partie des flux magnétiques. En outre, ces câbles sont souvent proches de la tête, puisque fixés en montage en apparent (quelques dizaines de cm sous les plafonds en général).
  • Pour les ampoules à incandescence, la pollution se limite aux champs générés par les conducteurs d'alimentation, l'ampoule elle-même ne générant pas de nuisances à une fréquence plus élevée que 50 Hz.
  • Les lustres et autres luminaires métalliques rayonnent des champs électriques, d'autant plus intenses que la structure métallique est volumineuse : il est indispensable de connecter à la terre les carcasses métalliques. De ce fait, ce qui constituait un inconvénient devient un atout, puisque cette mise à la terre permet un meilleur drainage des champs.
  • Pour les lampadaires sur pieds et de chevet, une mise à la terre sera également opérée si la structure est métallique. Il est recommandé pour ce faire de changer le cordon afin de prévoir un conducteur et une fiche de terre, ceci n'étant généralement pas prévu. En outre, on remplacera si nécessaire l'interrupteur par un interrupteur bipolaire.
  • On évitera les lampes spots de chevet au-dessus du lit sans veiller à neutraliser complètement la tension (IAC ou bipolaire).

> dossier | Limiter la pollution électromagnétique

mis à jour le 20/10/2016

N° de Code : G_WEL06 - Thématiques : Bien-être, confort et santé - Thématiques secondaires : Pollution intérieure - Composants du projet liés : Eclairage | Electricité