Étude de cas | Vignette

Matériaux

Stratégie de conception

La maison s'articule autour d'un patio : les chambres et l'atelier forment le volume principal à rue, la pièce de vie est ouverte sur le jardin.

Le principe de composition est assez simple, avec l'objectif d'apporter une grande flexibilité du plan, et une grande adaptabilité de la maison. On retrouve un peu l'esprit très systématique des maisons bruxelloises, en deux travées, et une structure poteau / poutre flexible.

Les matériaux mis en œuvre ont été choisis de manière à limiter l'impact de la construction sur l'environnement et à garantir une qualité d'air optimale en limitant notamment les émissions de COV. Pour cela, les matériaux naturels ont été assemblés mécaniquement plutôt que collés, les peintures sont à l'argile et le bois est traité avec des huiles naturelles.

Compositions des parois

Murs extérieurs

La construction entre mitoyens est réalisée avec un système constructif composé d'une structure primaire de type poteaux/poutres en bois et d'un remplissage en paille.

L'impact environnemental des matériaux est très faible :

  • système utilisant un maximum de bois massif, peu de colles et de produits transformés ;
  • paille et argile issus d'une production locale (Hélécine et Saint Aubin) ;
  • très peu de déchets : les ballots n'étant pas emballés et les colonnes étant préfabriquées en atelier ;
  • bois labélisé FSC et PEFC.

La structure a une épaisseur de 46 cm, c'est-à-dire la largeur d'un ballot de paille. Les ballots sont comprimés puis enduits de part et d'autre avec de la terre. Du coté intérieur, les murs seront parachevés à l'aide d'un enduit à l'argile tandis qu'à l'extérieur, les murs sont protégés d'un pare-pluie et de briques de parement.

Plus d'information dans le Dossier | Choix durable des techniques constructives et éléments de structure et le Dossier | Construire réversible et circulaire

Composition des murs extérieur

Murs extérieurs

Murs extérieurs

Murs extérieurs

Murs extérieurs

Murs extérieurs

Murs extérieurs

© Karbon' Architecture

Murs mitoyens

La commune d'Auderghem impose que le mur mitoyen soit réalisé en brique de terre cuite. Les architectes ont choisi des briques creuses remplies de laine de roche pour que la paroi soit plus performante thermiquement. A l'extérieur, les briques sont cimentées.

Mur Mitoyen

Mur Mitoyen

© Karbon' Architecture

Cloisons et contre-cloisons

Les cloisons et les contre-cloisons intérieures sont réalisées en blocs de béton de chanvre-chaux. Les blocs sont plafonnés avec un enduit compatible composé de plâtre naturel, de chaux et de sable.

L'utilisation de ce type de bloc apporte de l'inertie thermique au bâtiment et une bonne qualité acoustique en plus d'avoir l'avantage d'émettre peu de CO2 pour sa fabrication. En fin de vie, l'ensemble maçonné peut être démoli facilement et offre de nombreuses possibilités de réemploi : amendement des sols, béton de chanvre chaux banché, isolation en vrac...

Cloisons intérieures

Cloisons intérieures

Cloisons intérieures

© Karbon' Architecture

Plus d'information dans le Dossier | Choix durable des murs non-porteurs et cloisons

Planchers intérieurs

Des gîtes de douglas (4/23) servent de structures au plancher. Des voliges y sont clouées en diagonale pour assurer le contreventement. Puisqu'elles servent également de finition dans les chambres, elles sont protégées soigneusement pendant toute la durée du chantier. Les planchers sont isolés acoustiquement dans l'épaisseur du plancher avec une laine de verre au liant végétal. Un faux-plafond désolidarisé du plancher permet de masquer les techniques et d'améliorer la résistance acoustique de l'ensemble.

Plus d'informations dans le Dispositif | Plancher porteur léger et acoustique et le  dispositif | chape flottante légère sèche et acoustique

De haut en bas :

  • Voliges
  • Gîtes de Douglas
  • Isolant acoustique dans l'épaisseur des gîtes
  • Faux plafond désolidarisé

Planchers intérieurs

Planchers intérieurs

Planchers intérieurs

© Karbon' Architecture

Toiture

Les toitures sont plates. Elles accueillent des panneaux solaires et photovoltaïques sur le volume principal, ainsi qu'une toiture végétalisée sur le volume du séjour.

De haut en bas :

  • Etanchéité EPDM ;
  • laine de roche haute densité 14 cm ;
  • pare vapeur ;
  • plancher en voliges diagonales ;
  • gîtage 4/23 Douglas + Cellulose dans l'épaisseur des gîtes ;
  • freine vapeur hygrovariable + Plaque de  fibres-gypse.

Coupe de la jonction mur / toiture

Dalle de sol

La dalle de sol est isolée en partie avant par du béton de chanvre chaux et en partie arrière par du PIR.

De bas en haut :

  • Dalle béton 15cm ;
  • isolant (béton de chanvre chaux ou PIR) ;
  • chape ;
  • finition en carrelage ou plancher.

Finitions

Quelques finitions intérieures seront réalisées avec des matériaux de réemploi : les carrelages du rez-de-chaussée et des salles de bains, ainsi que les dalles de terrasse en pierre bleue. Cela s'est fait en fonction des occasions et des stocks trouvés au moment des finitions,  via des coopératives spécialisées dans le domaine de la récupération ou encore via des revendeurs en matériaux issus de la plateforme OPALIS.

Plus d'informations dans le Dossier | Réemploi-réutilisation des matériaux de construction

Retour d'expérience

  • Un projet bois/paille/terre est comparable à un chantier en ossature bois en terme de temps de conception et de construction ;
  • les principales contraintes aujourd'hui sont encore le manque de connaissances et de pratique de matériaux comme la paille, et donc le manque d'entreprises spécialisées disponibles ;
  • en terme de coûts, ce projet-ci est assez proche d'une construction en ossature bois (différence de l'ordre de 10%). Pour rationaliser les coûts, la conception peut être optimalisée en évitant les dimensions « hors ballots » ;
  • concevoir un bâtiment en paille n'est pas nouveau. En revanche, il faut aujourd'hui prendre son courage à deux mains pour communiquer et rassurer les différents acteurs de la construction sur cette technique.

mis à jour le 02/11/2020