ENE01_top

Dossier | Optimiser l'éclairage artificiel

Optimiser l'éclairage artificiel

© Free-Photos / Pixabay.com

Optimiser l'éclairage artificiel est essentiel pour assurer le bon confort visuel des occupants, tout en favorisant la lumière naturelle et en minimisant la demande en énergie. La consommation électrique liée à l'éclairage artificiel peut en effet représenter jusqu'à 15% des consommations énergétiques d'un logement ou d'un bâtiment tertiaire. Conçu dans une démarche de complémentarité avec la lumière naturelle, l'éclairage artificiel est donc à adapter et à réguler en fonction des locaux et des besoins.

Optimiser l'éclairage artificiel implique ainsi de :

  • Définir les besoins en éclairage adaptés à l'usage des locaux;
  • Favoriser et valoriser en premier lieu la lumière naturelle (voir le dossier Assurer le confort visuel au moyen de la lumière naturelle);
  • Choisir une installation adaptée pour diminuer la puissance installée utile ;
  • Prévoir une régulation permettant l'adaptation de l'éclairage aux besoins réels.

Enjeux

La consommation électrique de l'éclairage artificiel représente 10 à 15 % des consommations énergétiques d'une habitation et 15 % pour un bâtiment tertiaire. Ces valeurs relatives augmentent avec les constructions basses énergies ou passives (voir Graphique 1), où seule la consommation de l'éclairage est plus élevée que la consommation pour le chaud et le froid réunis. Une utilisation rationnelle de l'énergie est donc nécessaire.

Consommation énergétique spécifique des bureaux en Région Bruxelles-Capitale

Démarche

Optimiser la conception de l'éclairage artificiel comme complément à la lumière naturelle permet de minimiser la consommation électrique:

Cet objectif peut être atteint à travers les mesures suivantes :

  • Valoriser le niveau d'apport solaire (voir Assurer le confort visuel au moyen de la lumière naturelle) .

  • Diminuer la puissance installée tout en garantissant un éclairement suffisant. Le choix se portera ainsi sur le matériel (lampe, luminaire, ballast) ayant la meilleure efficacité énergétique.

    • Puissance installée: si la lumière naturelle ne suffit pas pour apporter le niveau d'éclairement suffisant, on veillera à limiter la puissance électrique de l'ensemble des luminaires installés de manière à diminuer la consommation directe d'électricité et les charges internes du local (voir Limiter les charges thermiques ).
    • Choix du matériel: certaines sources lumineuses et certains luminaires sont plus efficaces que d'autres et n'apportent pas tous le même niveau de confort ou le même aspect esthétique. Il convient donc, quelle que soit la fonction du bâtiment, de choisir du matériel d'éclairage artificiel efficace, adapté à chaque type de local, afin d'assurer le confort des occupants tout en minimisant les consommations futures.
  • Définir un niveau d'éclairement adapté à la fonction souhaitée et adapter la fourniture d'éclairage aux besoins réels en fonction de l'occupation et de l'apport en éclairage naturel. Des économies appréciables peuvent être réalisées en adaptant le temps d'allumage et le flux lumineux à l'occupation réelle des locaux et aux besoins effectifs en éclairement. Le système d'éclairage devrait donc permettre :

    • L'extinction de l'éclairage artificiel si l'éclairage naturel est suffisant ;
    • La diminution du flux lumineux lorsque l'éclairage naturel peut satisfaire partiellement le besoin d'éclairement (principalement pour les bureaux) ;
    • L'extinction de l'éclairage d'un local lorsqu'il est inoccupé.
  • Veiller à la bonne mise en œuvre et au bon réglage des équipements lors du chantier.
  • Veiller à entretenir régulièrement les équipements de manière à garantir leur efficacité dans le temps.

Notions et indicateurs

mis à jour le 01/01/2013

N° de Code : G_ENE01 - Thématiques : Energie - Composants du projet liés : Eclairage | Electricité | Régulation