Étude de cas | Vanpé

Refroidissement passif

Ventilation basée sur l'effet cheminée

Trajet de ventilation schématique pour la ventilation nocturne

image65

©A2M

Fonctionnement idéal à droite et fonctionnement parasitaire à gauche

Fonctionnements

©A2M

Intégration d'ouvertures d'amenée pour la ventilation nocturne dans une façade existante

schéma_ouverture

ouverture

© A2M & Matriciel

L'évacuation de l'air est réalisée naturellement en toiture (effet cheminée). L'air part des bureaux vers les couloirs, puis des couloirs vers les cages d'escalier.

Dans ce cas, une simulation dynamique du mouvement de l'air dans le bâtiment a confirmé que le confort pouvait être assuré même si certaines zones ne recevaient pas d'air frais mais de l'air provenant d'une autre zone. On parle alors de mouvements d'air parasites puisque l'air provenant d'un bureau voisin n'est pas aussi frais que l'air extérieur. Ce type d'étude est surtout nécessaire lorsque l'on utilise un tirage naturel basé sur l'effet cheminée, en particulier dans des zones de vents turbulents.

Les anciennes grilles de ventilation des balustrades de la façade classée sont utilisées comme des ouvertures de ventilation nocturne. Elles sont pourvues à cet effet de menuiseries ouvrantes motorisées. Ces ouvertures existantes assurent un pourcentage d'ouverture compris entre 2 et 3 % de la surface au sol des locaux. Certaines fenêtres oscillo-battantes (aux étages) sont également simplement motorisées. Les ouvertures de façade sont partiellement protégées par leur position en retrait ou par leur ouverture tombante. La protection contre la pluie est gérée par une station météo.

Aller plus loin

Plus d'informations quant à la problématique du refroidissement passif peuvent être trouvées au lien suivant:

> Dossier | Appliquer une stratégie de refroidissement passif

> Vanpé > Données du projet

mis à jour le 15/06/2017