Dossier | Assurer le confort acoustique

Se protéger des nuisances acoustiques provenant de l'extérieur du bâtiment

L'implantation, l'agencement des bâtiments en mitoyenneté ou en ordre ouvert, reliés ou non par un mur de clôture, ainsi que l'aménagement d'espaces tampons ou de zones de recul entre la source de bruit et le bâtiment influencent la manière dont le bruit atteint les lieux où on recherche le calme. La volumétrie et le gabarit du bâtiment ont également un impact .

Voir Dossier | Minimiser la contribution acoustique du bâtiment au quartier

L'orientation des logements est étudiée pour les préserver du bruit de la circulation.

Plus spécifiquement au sein du bâtiment, le traitement préventif des bruits commence dès la programmation et l'esquisse des plans. On cherchera à :

  • Éloigner les pièces sensibles des sources de bruit (chambres en intérieur d'ilot et non côté rue) et, inversement, éloigner les sources de bruits des pièces sensibles (équipements techniques si possible dans locaux techniques, eux-mêmes positionnés de façon judicieuse) ;
  • Regrouper toutes les pièces de mêmes destinations (y compris sur plusieurs étages en les superposant). C'est notamment le cas des pièces d'eau où le revêtement de sol augmente les bruits d'impact ;
  • Eviter les points faibles dans les parois séparant deux espaces (percements de canalisation, prise ou interrupteur électrique dos à dos par exemple) ou du moins les éloigner les uns des autres (exemple : éloigner les portes de deux chambres voisines) ;
  • Créer des espaces tampons entre les zones sensibles et les zones bruyantes : création d'un sas d'entrée, création d'une double porte entre un logement et un cabinet médical, aménagement de placards entre deux pièces (les vêtements joueront également le rôle d'absorbant pour renforcer l'efficacité du système).

Isoler les espaces sensibles selon le principe de la "boite dans la boite" (voir paragraphe dispositif). Exemple : studio d'enregistrement.

  • permettre aux habitants d'un bâtiment de disposer d'au moins une pièce où les nuisances acoustiques provenant des modes de transport (routier, ferré, aérien) sont limitées. De ce fait, il sera possible d'ouvrir les fenêtres ou de profiter des balcons/terrasses sans désagréments. Dans le cas de quartier bruyant, l'idéal serait de réussir à créer un écart de 20 dB entre la façade la plus exposée et la moins exposée au bruit ( façade calme).

mis à jour le 18/02/2019