Étude de cas | Royale Sainte-Marie

Simulation des risques de condensation

Stratégie

Les parois de la façade du bâtiment ont été étudiées pour évaluer les risques de condensation d'une isolation par l'intérieure (intérêt urbanistique de la façade extérieur). Les simulations ont été réalisées à l'aide du logiciel WUFI sur une période de 3 ans.

Simulations

Situation avant chantier

Le mur existant, avant démarrage du chantier, était uniquement composé d'une couche de maçonnerie en briques et d'un enduit de plâtre sur la face intérieure.

La simulation révèle l'absence de problème sur la situation existante (la valeur maximale de teneur en eau est d'environ 0,7% pour le plâtre et de 0.1% pour la maçonnerie). Le taux d'humidité maximal dans la paroi était quant à lui, légèrement inférieur à 1 kg/m² et la valeur moyenne était stable au fil des années et s'établissait aux alentours de 0.65 kg/m². Le risque de condensation était donc nul.

Teneur en eau de la paroi avant chantier

Condensation_1

©Vincent Kaisin

Scénarios testés

Pour évaluer l'impact des travaux envisagés, 3 scénarios ont été simulés, avec la mise en place d'une isolation par l'intérieure en fibre de bois :

  • Placement d'une isolation de 10 cm d'épaisseur : le taux d'humidité d'équilibre est d'environ 1.4 kg/m². La valeur maximale atteinte est de 1.7 kg/m².

  • Placement d'une isolation de 16 cm d'épaisseur : le taux d'humidité d'équilibre est d'environ 1.8 kg/m². La valeur maximale atteinte est de 2.3 kg/m².

  • Ajout de poutres à âme fine: la paroi a un fort taux d'humidité qui décline fortement les premières années. Néanmoins, le taux d'équilibre reste beaucoup plus élevé que les simulations précédentes (11 kg/m²).

Teneur en eau de la paroi après isolation de 16cm

Condensation_3

©Vincent Kaisin

Teneur en eau de la paroi après ajout de poutres à âme fine

Condensation_4

©Vincent Kaisin

Teneur en eau de la paroi as-built

Condensation_2

©Vincent Kaisin

Solution retenue pour les travaux

La solution retenue est la mise en oeuvre d'une couche de 10 cm d'isolant à base de fibre de bois et une seconde couche d'enduit. Bien que la teneur en eau soit légèrement plus élevée que dans la situation initiale, ce scénario est celui permettant d'obtenir les taux d'humidité les plus faibles dans la paroi, garantissant qu'il n'y aura pas de condensation dans la paroi. De plus, cette teneur reste stable et toujours en léger déclin au fil des années.

Conclusions

Les simulations en teneur d'eau dans la paroi, permettent d'évaluer le risque de condensation. Pour le projet Sainte-Marie, il a été montré que la teneur en eau d'équilibre augmentait avec la complexification de la paroi. Une connaissance sur le sujet et une vérification avec des logiciels adaptés est donc fortement recommandé pour prévenir les risques de condensation qui pourraient survenir après travaux et ruiner l'avantage d'avoir mis en place une isolation.

Aller plus loin

Lien à consulter pour plus d'informations quant à la problématique de la diffusion de vapeur d'eau et de l'isolation par l'intérieur :

> Dossier | Assurer le confort respiratoire

> Dispositif | Isolation d'un mur par l'intérieur

➩ Simulation des pertes thermiques

mis à jour le 15/06/2017