Dispositif | Isolation d'un mur par l'extérieur

Suivi de chantier

Lors du suivi de chantier pour la bonne mise en œuvre du dispositif et afin de tendre le plus possible vers un chantier durable, le concepteur devra être spécialement attentif aux éléments suivants :

Règles générales

Quelle que soit le type d'isolation par l'extérieur, il faut veiller à ce que l'isolant soit bien fixé et placé de manière continue (fermeture des joints, etc.). L'inspection visuelle doit être effectuée avant le début des travaux visant à placer la finition (enduit, bardage,etc.). Si cette inspection n'a pas pu être menée à bien, une thermographie de la façade peut être effectuée, afin de déterminer les éventuels manquements ou discontinuités de l'isolation.

Le support destiné à être isolé doit être propre, sans poussières et non humide. Les conditions de mise en œuvre doivent également être respectées (température pour la pose de la colle, etc.), et ce conformément aux prescriptions du fabricant. En règle générale, la température de mise en œuvre doit être supérieure à 5°C ; une mise en œuvre en période de gel est donc à proscrire.

En ce qui concerne le stockage, les palettes de matériaux ne doivent pas être empilées et doivent restées filmées jusqu'à leur utilisation. De manière générale, il convient de protéger les panneaux et tous les accessoires des éléments climatiques (humidité, gel, exposition directe au soleil, etc.).

Le traitement de l'isolant en contact avec le sol est également primordial : il faut que le matériau choisi soit suffisamment résistant mécaniquement et qu'il soit protégé de l'eau présente dans le sol (drainage, imperméabilisation de type EPDM ou autre membrane, etc.).

Pour les panneaux préfabriqués, des irrégularités de surface de 1 cm sur 2 mètres de long peuvent être tolérées. Les éléments spécifiques au montage de ces panneaux (vis, colle, profilés, etc.) fournis par le fabricant doivent être utilisés. Le joint entre deux panneaux est façonné de manière à ce qu'il puisse être comblé facilement et complètement avec un pistolet à mousse. Les joints entre briques sont effectués de façon classique, avec un mortier.

Il est important de noter que le remplissage des joints est primordial pour assurer une bonne étanchéité à l'eau de la paroi, et protéger ainsi l'isolant. Il permet également de diminuer le risque de condensation et participe à la gestion de l'étanchéité à l'air.

Au niveau du stockage des matériaux, les éléments d'angles doivent toujours être stockés sur une surface plane.

Quelle que soit la solution choisie (enduit à base minérale, organique ou végétale), la pose d'un enduit isolant requiert un vrai savoir-faire, ce qui signifie une main-d'œuvre qualifiée. Lors de l'utilisation sur un mur existant, il est parfois conseillé de réaliser un gobetis d'accrochage sur les murs, afin de réaliser plus facilement l'enduit isolant a posteriori. Cette couche doit avoir le temps de sécher avant la pose de l'enduit proprement dit. Celui-ci se pose en plusieurs couches successives, de 2 à 5 cm, de bas en haut du mur.

La vidéo suivante identifie des points d'attention quant au placement des isolants collés/fixés mécaniquement.

Eviter les ponts thermiques lors du placement d'isolant en panneaux

Source: ConClip

Isolant collé/fixé mécaniquement (avec enduit) : mise en œuvre détaillée

Lors de la pose d'un isolant recouvert d'un enduit mince (isolant collé!, les points suivants doivent être vérifiés, aussi bien en rénovation qu'en nouvelle construction :

  • le support doit être propre, régulier et sec ;
  • un rail de départ en aluminium anodisé doit être placé à minimum 30 cm du sol et fixé dans la maçonnerie. Son rôle est de supporter la première rangée de panneaux. Il existe des profilés à coupure thermique pour limiter l'impact du métal sur la performance thermique du mur.

Des pièces de raccord doivent être placées entre les profilés, afin de permettre leur dilation thermique. Leur nombre est préconisé par le fabricant.

Pose du rail de départ en aluminium (enduit mince sur isolant)

image54

(Source : Solares)

  • La technique de collage utilisée doit être adaptée : il faut respecter les prescriptions du fabricant (plots de colle, encollage périphérique et médian, encollage plein, etc.). Le type de colle à utiliser doit également être respecté : mortier-colle, mousse-colle, etc.

Encollage périphérique et médian ; pose de plots (enduit mince sur isolant)

image55_frimage56

(Sources : CSTC (gauche) & Solares (droite))

En règle générale, quand la colle est sèche, on place également des chevilles en plastique (de manière à limiter le nœud constructif) pour solidariser efficacement le mur et l'isolant.

Chevilles en plastique pour fixer l'isolant dans le mur (enduit mince sur isolant)

image57image58

(Source : CSTC )

  • Attention également à respecter une alternance des joints, afin de limiter le risque de fissurations. Les espaces entres plaques doivent être comblés (mousse PUR ou produit spécifique). Comme pour les profilés en aluminium, des joints de dilatation (profilés spéciaux) doivent être prévus.

Joints alternés en angle et profil de dilatation (enduit mince sur isolant)

image59image60_fr

(Source : CSTC & STO )

  • Si deux parties de murs contigües sont composées de matériaux différents (béton et brique, par exemple), les joints des panneaux isolants ne doivent pas coïncider avec la séparation des deux murs.
  • Au niveau des angles des fenêtres, l'isolant utilisé doit être en une seule pièce, afin de limiter la possible apparition de fissures. Une armature, posée perpendiculairement à la diagonale, y est généralement placée afin de renforcer la résistance mécanique.

Découpe d'isolant au niveau d'une fenêtre (enduit mince sur isolant)

image61

(Source : CSTC )

  • Points faibles du bâtiment, les angles doivent être renforcés par des cornières (en PVC, en aluminium etc.), au minimum quelques heures après la pose de l'isolant. Les zones plus sujettes aux chocs sont renforcées par de la fibre de verre (rez-de-chaussée par exemple).

Profilés d'angle métalliques (enduit mince sur isolant)

image62

(Source : CSTC )

  • Avant la pose de l'enduit de finition, on place deux couches de sous-enduit armé dans lesquelles est placé un treillis en fibre de verre ou métallique (résistant à la corrosion).
  • L'enduit de finition doit être appliqué dans les délais prescrits par le fabricant, et sous des conditions climatiques appropriées (température extérieure supérieure à 5°C). Un enduit minéral ne s'applique pas par temps très chaud et/ou venteux ; un enduit synthétique doit absolument être appliqué par temps sec.

Phasage des travaux

Lors de la rénovation d'un bâtiment et son isolation par l'extérieur, il est important de réfléchir aux travaux que l'on souhaite effectuer, de façon à les coordonner judicieusement. Economiquement parlant, il n'est pas toujours possible d'isoler le bâtiment en une fois (façades, toiture, remplacement des fenêtres, etc.). Dans ce cas, on travaillera par phases.

Si l'isolation du toit fait partie du programme de rénovation, il est préférable d'effectuer ces travaux avant ceux de la façade, en prévoyant directement un débord de toiture suffisant, qui protégera l'isolant.

Si un drainage doit être installé autour de la maison pour palier à des problèmes d'eau stagnante, il est intéressant de coordonner son installation avec l'isolation de la façade, car il faudra de toute façon excaver pour placer l'isolant dans le sol, au niveau des murs souterrains.

Dans la mesure du possible, il est préférable de remplacer les fenêtres en même temps que l'on isole la façade. De cette façon, les retours d'isolant au niveau des châssis ainsi que l'étanchéité à l'air pourront être effectuées correctement et sans trop de difficultés.

En effet, si les fenêtres ne sont pas remplacées simultanément, les battées devront être taillées afin de permettre la pose d'un retour d'isolant et éviter le nœud constructif dû à la jonction châssis/mur. Ce travail est délicat, car il faut veiller à ne pas abîmer les encadrements ni les châssis en place.

Meulage des battées d'une fenêtre non remplacée (rénovation)

image63

(Source : Gebrik )

Un phasage façade par façade est possible, mais pose la question du traitement des angles en attente. Pour un immeuble mitoyen sur 2 côtés, cela ne pose bien évidemment pas de problème.

Protéger la structure (le cas échéant)

Mise en œuvre du pare-pluie au niveau des menuiseries extérieures (isolant dans structure)

Mise en œuvre du pare-pluie au niveau des menuiseries extérieures (isolant dans structure)

NIT 243 © CSTC

Dans le cas d'un isolant placé dans une structure, du bois sera le plus souvent utilisé comme ossature. Il est important de connaître les caractéristiques du bois qui sera mis en place. Un bois choisi correctement et pouvant sécher rapidement ne nécessite pas de traitement particulier.

Toutes les essences de bois n'ont pas les mêmes propriétés, et certaines doivent être traitées contre les insectes et les champignons afin de ne pas être abîmées.

Comme précisé à la partie consacrée à l'Isolant dans structure avec bardage, plusieurs types de structures sont possibles, chacun possédant ses spécificités, et certaines ne nécessitent pas de traitement particulier, moyennant une bonne ventilation.

Il faut donc veiller à ce que les prescriptions du fabricant soient bien suivies. Un pare-pluie sera mis en œuvre pour protéger l'isolant, avec un recouvrement de 5 cm minimum pour les joints horizontaux et de 10 cm minimum pour les joints verticaux. Sa continuité doit également être assurée jusqu'aux châssis ; si possible, on posera le pare-pluie sous la menuiserie. Les lattes et contre-lattes sont fixées au niveau de la structure principale, en utilisant les fixations préconisées par le fabricant (nombre, espacement, type, etc.). Celles-ci seront de préférence en acier inoxydable, pour éviter la corrosion des attaches.

mis à jour le 06/01/2016

N° de Code : G_ENE03 - Thématiques : Energie - Composants du projet liés : Menuiserie extérieure | Mur extérieur | Mur intérieur | Ossature bois | Plafonds | Plancher | Toiture