Dossier | Minimiser la contribution acoustique du bâtiment au quartier

Vue d'ensemble des dispositifs

La démarche du présent dossier se traduit de manière pratique en 15 dispositifs. Les dispositifs sont les différentes solutions concrètes pouvant être mises en œuvre pour améliorer la durabilité du projet point de vue acoustique.

Aménagement du territoire
Implantation et aménagement d'une parcelle

Les impacts négatifs d'une affectation générant du bruit à proximité d'une affectation plus sensible peuvent être anticipés par l'organisation des fonctions entre elles, au sein d'une parcelle : implantation du bâtiment, création d'espaces tampons, localisation des accès, etc.

image4.jpeg

Conception, agencement et gabarit du bâtiment
Programmation

Tout comme il est essentiel d'aménager le territoire ou une parcelle pour limiter les conflits en matière de bruit entre fonction voisines, une programmation réfléchie des locaux d'un bâtiment limitera les nuisances acoustiques.

image5.jpeg

Volumétrie et gabarit
  • Le tissu urbain est constitué d'obstacles qui dévient le son, le guide ou également le laissent passer mais avec un niveau sonore atténué.

image6.png

Gestion du bruit dans les nouveaux quartiers (Source : CAUE de la Vendée)

  • Il est donc possible, en modifiant le tissu urbain, d'agir sur la perméabilité des lieux afin de redéfinir l'acoustique extérieure (et le paysage sonore).

image1748160347493401191.png

(Source : Vademecum bruit routier, Bruxelles Environnement)

Obstacles à la propagation

Après avoir agi au niveau de la source, empêcher le bruit de se propager est une deuxième alternative pour limiter les nuisances acoustiques : écrans anti-bruits par exemple, ou encore bâtiment « non sensible » (garage, ateliers,…).

image5376042998271604690.png

(Source : Vademecum bruit HVAC, Bruxelles Environnement)

Profil des façades

La façade doit d'une part s'opposer à la transmission de bruit vers les espaces de vie intérieur (isolation acoustique, voir dossier Assurer le confort acoustique ) mais également ne pas engendrer de nuisances ressenties par le voisinage en accentuant par exemple les phénomènes de réverbération.

image7674710660443177316.png

(Source : Vademecum bruit HVAC, Bruxelles Environnement)

Choix des matériaux

Il sera parfois judicieux de varier les types de matériaux (absorbant ou pas) pour optimiser l'environnement sonore.

> Voir dossier Choix durable des matériaux de parement

image9.jpeg

(Source : BmyKey)

Local technique
Le local technique est de toute évidence une des solutions les plus efficaces pour l'isolation acoustique des installations techniques. L'isolation offerte par l'enveloppe d'un local technique extérieur atteint facilement 20 dB et peut grimper à plus de 40 dB.

image7595859097265435899.png

Accès et mouvement générés par le bâtiment
Aménagement des abords et des voies d'accès
  • Le choix des revêtements de sol pour l'aménagement des abords, ainsi que la conception des accès (tournants, ralentisseurs, barrières, rampes parkings à l'air libre,…) peut être plus ou moins générateur de bruit
  • Même si l'option d'une rampe de parking couverte est plus favorable, les mouvements des portes d'accès peuvent aussi représenter une gêne acoustique importante pour les espaces de vie mitoyens (signal sonore, etc.)
  • L'imposition d'un horaire d'utilisation d'un parking permet également de réduire les nuisances acoustiques aux périodes les plus sensibles.

image11.jpeg

(Source : CRMS)

Isolation sonore interne ou externe

Le bruit de moteur ou de crissement de pneu peut très vite s'amplifier sous l'effet de la réverbération du parking. Un traitement acoustique adéquat permet d'atténuer cette nuisance

image13.jpeg

Installations techniques
Choix du matériel

Lors du choix du matériel technique, on se renseignera sur les technologies les moins bruyantes notamment au travers de fiches techniques.

image14.jpeg

Dimensionnement

L'installation technique doit être correctement pensée et dimensionnée. En général, plus elle tournera à faible vitesse moins elle émettra de bruit.

image7306541803734446221.png

(Source : Gea-Happel)

Position des sources de bruit
  • Au niveau emplacement des équipements bruyants, on essayera autant que possible :
  • d'éloigner et placer les équipements le plus haut possible par rapport aux riverains à protéger et profiter d'obstacles existants comme écrans antibruit;

  • de tourner le côté bruyant des équipements du côté opposé aux riverains, vers les zones les moins sensibles, pour autant qu'il n'y ait pas de parois réfléchissantes proches

  • de profiter des « effets de masque » que le bruit ambiant existant peut apporter (un axe routier, par exemple)

image4622752107195136114.png

Pose de silencieux

Des équipements spéciaux permettent d'atténuer les émissions de bruit à la source. Il s'agit de silencieux à parois absorbantes spécialement conçus pour dissiper l'énergie sonore à la source et dans les conduits de ventilation où l'énergie du bruit est canalisée.

> Voir dossier Concevoir un système de ventilation énergétiquement efficace

image3296759586217256833.png  image132182245295355453.png

Fonctionnement
Contrôle et maintenance

L'usure mécanique de certains composants génère ou augmente le bruit émis par les équipements et aussi ses consommations énergétiques. Il faut donc veiller à une bonne maintenance voire au remplacement des équipements défectueux.

image18.jpeg

Adaptation des horaires

Adapter les horaires d'usage et de fonctionnement pour limiter l'émission de bruit aux moments strictement nécessaires et si possible, en dehors des périodes de repos (soirée, nuit, jours fériés).

image7167726376176644981.png

> Choisir > Arguments de choix

mis à jour le 01/01/2013

N° de Code : G_PHY03 - Thématiques : Environnement physique - Composants du projet liés : Mur extérieur | Chauffage | Refroidissement | Ventilation | Abords