Impacts santé/environnement

Comme tous les travaux inhérents aux bâtiments, l'isolation par l'intérieur aura un impact sur l'empreinte écologique de la construction rénovée, mais également sur la qualité d'air intérieur du bâtiment, puisqu'elle est directement en contact avec l'ambiance intérieure.

Risques pendant le chantier

Les travaux étant effectués à l'intérieur, quelques règles de bon sens sont à respecter, autant de la part des ouvriers que des occupants du bâtiment.

Les premiers seront donc tenus de respecter les règles de sécurité propres aux chantiers, à savoir porter un équipement adéquat (masque, le cas échéant), les protections nécessaires et utiliser des outils adaptés.

Les occupants devront quitter les locaux le temps des travaux, afin de ne pas respirer les poussières et autres fibres volantes produites par certains isolants.

Un nettoyage et une ventilation correcte et régulière de la zone soumise à travaux est également obligatoire afin d'assurer un espace de travail le plus sain possible.

Moisissures et polluants

Le principal risque pour la santé est la présence de moisissures dues à l'humidité. Celles-ci peuvent potentiellement produire des spores, sources d'allergies, d'asthme et de problèmes respiratoires.

Ces moisissures peuvent être présentes avant les travaux ou apparaître suite aux modifications de l'isolation de la paroi. Lorsque de la moisissure ou des infiltrations d'eau sont présentes avant isolation, il est important d'en trouver la cause et de l'éliminer ou la réparer. Dans le cas contraire, les dégâts occasionnés seraient accentués par la pose de l'isolation intérieure.

Même lorsque la paroi traitée est saine avant travaux, la pose d'une isolation intérieure est synonyme de modifications du comportement hygrométrique et mécanique du mur, ainsi que de l'étanchéité à l'air de celui-ci.

Il est donc important de surveiller l'apparition d'éventuels problèmes, tels que la condensation superficielle, et d'agir le cas échéant, avant le développement de pathologies plus dommageables comme des tâches, des moisissures ou des dégradations au niveau des matériaux. Une ventilation suffisante doit également être prévue, afin d'assurer une bonne qualité d'air et un climat intérieur sain. Cette remarque est d'autant plus pertinente lorsque les travaux d'isolation sont couplés à un remplacement des fenêtres.

Le choix d'un matériau durable, évoqué dans le paragraphe portant sur l' Environnement, est également applicable au choix du revêtement de mur intérieur. En effet, certains matériaux peuvent avoir un impact négatif sur la santé des occupants, en émettant des polluants tels que les COV (composés organiques volatiles) ou formaldéhydes. Il est donc important d'en avoir conscience et de faire les bons choix. La compatibilité des différents matériaux mis en œuvre pour réaliser l'isolation (structure éventuelle, isolant, finition) est également un point qu'il est important de vérifier.

Les dossiers Choix durable des revêtements de murs intérieurs et plafonds , Eviter les polluants intérieurs et Assurer le confort respiratoire au sein du bâtiment durable explicitent en détails les différentes problématiques liées à ce sujet.

Choix du matériau isolant

De nombreux matériaux, plus ou moins écologiques, peuvent être utilisés, chacun ayant ses caractéristiques (spécificités de mise en œuvre, conductivité thermique, perméabilité à la vapeur d'eau,...). Cependant, le choix d'un isolant se limite bien souvent à ses seules performances thermiques.

Dans une démarche de construction durable, le choix de l'isolant ne peut pas se faire selon cet unique critère. En plus de ses propriétés thermiques, le matériau choisi doit en effet :

  • Prendre en compte les propriétés de la paroi existante, et posséder des caractéristiques qui lui permettront de s'accorder avec celle-ci (perméabilité à la vapeur d'eau,...)
  • Être adapté à l'usage qu'on lui destine (résistance mécanique le cas échéant,...)
  • Avoir l'impact le plus faible possible sur l'environnement (en termes de fabrication, possibilité de recyclage, réutilisation,...).

La manière de fixer l'isolant (collage, fixations mécaniques) doit également faire l'objet d'une réflexion au stade de la conception du projet, car celle-ci aura un impact sur l'analyse du cycle de vie de l'élément.

Les dossiers Le cycle de vie de la matière et Choix durable des matériaux d'isolation thermique traitent l'ensemble de ces sujets et permet d'orienter l'utilisateur dans un choix durable de son isolant.

Gestion des déchets

La gestion durable d'un projet commence dès la conception. Lors de l'isolation par l'intérieur d'un bâtiment existant, une des questions essentielles à se poser est de savoir si les finitions intérieures peuvent être conservées, réutilisées, ou doivent être remplacées.

Les matériaux à remplacer et par conséquent à évacuer ainsi que tous les autres déchets de chantier (emballages d'isolant, éléments remplacés,...) devront donc être triés et amenés vers des filières de valorisation ou d'élimination adéquates.

Le dossier Gestion des déchets de chantier permet d'obtenir toutes les informations pratiques afin de mettre en œuvre une gestion durable des déchets de chantier.