Types de noues

Il existe plusieurs types de noues en fonction des conditions d'infiltrabilité dans le sol. Nous distinguerons donc deux grands types de noues : les noues infiltrantes et les noues de tamponnage. Ils sont décrits succinctement dans le tableau ci-dessous.

En fonction des conditions du milieu, une série d'aménagements peuvent être mis en place afin d'optimiser le fonctionnement de la noue créant ainsi des sous-types de noues qui sont décrits plus en détail dans les différentes pages du dispositif. Par ailleurs, il n'est pas exclu de se trouver dans une situation intermédiaire dans laquelle il peut être intéressant de combiner les deux typologies de noues ce qui nous amène à envisager l'implantation d'une « noue mixte ».  

Noue infiltrante

Noue infiltrante

Ce type de noues est mis en place lorsque le sol répond aux caractéristiques d'infiltrabilité. Dans ce cas, l'eau est amenée dans l'ouvrage pour y être stockée avant d'être infiltrée naturellement dans le sol. Ainsi, l'eau est restituée à son cycle naturel.     

Noue de tamponnage

Noue de tamponnage

Ce type de noues est mis en place lorsque le sol ne répond pas aux caractéristiques d'infiltrabilité. Dans ce cas, l'eau est amenée dans l'ouvrage pour y être stockée avant d'être évacuée, à débit régulé, vers son exutoire.

Source des illustrations : Architecture & Climat

Noue infiltrante

Un sol est considéré comme « infiltrable » si l'ensemble des conditions suivantes sont respectées :

  • sol perméable (capacité d'infiltration > 20 mm/h),
  • revêtement superficiel perméable (plantation ou matériaux poreux, infiltrant,… de capacité d'infiltration > 20 mm/h),
  • terrain en dehors des zones de captage d'eau et de protection (Natura 2000),
  • sol non pollué,
  • nappe profonde (profondeur la plus faible > 1 m sous le fond de l'ouvrage).

Dans ces conditions, la vidange par infiltration sera privilégiée par rapport à la vidange vers un exutoire à débit régulé.

Lorsque la noue est implantée à un endroit où le sol est relativement humide ou lorsque la zone d'implantation de la noue est également réservée à d'autres fonctions (récréatives par exemple), il peut s'avérer nécessaire de prévoir des aménagements appropriés pour éviter que le fond de la noue ne soit humide trop souvent et/ou trop longtemps (flaques incompatibles avec l'éventuel usage des lieux).

Ainsi, la noue infiltrante peut accueillir en son point bas une rigole (ou cunette) en matériau solide (béton drainant, pavés drainants, …) qui permet d'écouler les petits épisodes pluvieux et le début et/ou la fin des épisodes plus rares afin d'éviter les flaques.

03 Noue infiltrante (Source : Architecture & Climat)

04 Noue engazonnée infiltrante renforcée dans son fond (Source : Architecture & Climat)

Pour les mêmes raisons, la noue peut aussi être munie d'un massif d'infiltration (voir Choix des matières premières) sous sa surface au point le plus bas (protégé d'un géotextile mais sans drain d'évacuation). Ce massif augmente la capacité de stockage.

05 Noue infiltrante avec massif empierré d'infiltration linéaire en son point bas pour limiter l'apparition de flaque et/ou augmenter le volume de stockage (Source : Architecture & Climat)

Ce massif n'est pas drainé par une évacuation vers un exutoire mais permet de stocker temporairement une partie des eaux de ruissellement. Toute l'eau stockée dans la noue et son massif sera ensuite infiltrée dans le sol.   

Noue de tamponnage

La mise en place d'une noue de tamponnage peut se présenter dans deux cas de figure :

  • soit pour des raisons d'imperméabilité naturelle du sol (capacité d'infiltration < 1mm/h) ;
  • soit pour des questions environnementales (risque de pollution du sol ou de la nappe, risque de déplacement de la pollution existante, etc.).

Dans le premier cas (sol non perméable), l'évacuation de l'eau stockée peut être réalisée :

  • soit grâce à une évacuation en surface située au point bas de la noue. Dans ce cas, une cunette au fond de la noue conduit les eaux vers le point d'évacuation ;
  • soit grâce à un système de drain(s) réalisé(s) sous la noue.

L'orifice d'évacuation de la noue à évacuation superficielle peut rapidement se boucher. Il est par conséquent très important de veiller à l'entretien de cet orifice. Par contre, la noue de tamponnage se prévaut de ce risque de bouchage grâce à la filtration, par le sol lui-même, des matières en suspension et autres objets.

Noue à évacuation superficielle Noue à évacuation superficielle. Le sol est très peu perméable. Les eaux stockées sont évacuées à débit régulé vers un exutoire via un orifice au pied de la noue. Cet orifice doit être très régulièrement entretenu pour éviter toute obstruction (Source : Architecture & Climat)

08 Noue de tamponnage sur un sol très peu perméable. Les eaux stockées dans la noue s'infiltrent dans le substrat superficiel et sont drainées dans un massif empierré drainant qui évacue les eaux à débit régulé vers un exutoire (Source : Architecture & Climat)

Dans le cas d'un sol perméable mais dont l'infiltration est impossible pour des questions environnementales, l'ouvrage doit être préalablement rendu imperméable par la pose d'un film imperméable (géo-membrane).

09 Noue de tamponnage à fond imperméabilisé par une géo-membrane. Les eaux percolent via le substrat superficiel vers un large massif empierré drainant et sont évacuées à débit régulé vers un exutoire (Source : Architecture & Climat)

Noue mixte

Lorsque la perméabilité du sol est moyenne (capacité d'infiltration comprise entre 1 et 20 mm/h), la noue mixte peut cumuler les possibilités de vidange : cette dernière peut s'effectuer à la fois par infiltration dans le sol et par évacuation à débit régulé. L'infiltration sera possible mais lente et l'évacuation à débit de fuite régulé permettra la vidange complète de l'ouvrage en un temps raisonnable. Ce drainage peut, de plus, évacuer les eaux de la nappe si elle est affleurante et donc conserver toute la capacité à vide de l'ouvrage.

10

Noue mixte, à la fois infiltrante et de tamponnage, sur un sol moyennement perméable (Source : Architecture & Climat)

Mis à jour le 16/09/2016