Démarche

Pour répondre aux enjeux relatifs à l'environnement physique en Région de Bruxelles-Capitale, la démarche s'articule de la manière suivante :

Optimiser l'utilisation des sols

Compte tenu des enjeux précités, une utilisation judicieuse des réserves de terrains bruxellois s'impose. Elle s'allie à une optimisation du rapport entre l'emprise au sol du bâtiment et la superficie plancher nette comprise dans le volume construit, et ce pour tous les types d'opération immobilière. Choisir de s'implanter sur une parcelle polluée ou préalablement construite permet de préserver les terrains vierges. Ceux-ci sont vitaux au métabolisme urbain, et constituent la réserve foncière permettant à la ville de disposer de parcelles vouées à des fonctions variées : agriculture, nature, récréation, maillage bleu... Cette démarche est soutenue par des initiatives régionales prises en ce sens (inventaire des sols pollués, primes)

Maîtriser les impacts physiques sur l'environnement du bâtiment

Il importe d'intégrer le contexte climatique du site concerné dans la réflexion conceptuelle, et de prendre en compte les différents facteurs impactant le microclimat local. Il convient donc de :

  • limiter l'ombre portée du bâtiment
  • minimiser les effets du vent
  • offrir un accès à la lumière naturelle et un angle de vue du ciel adéquat
  • remédier aux îlots de chaleur
  • éviter la pollution lumineuse

Limiter les nuisances sonores du bâtiment affectant le quartier

Cartographie du territoire bruxellois, mettant en évidence le niveau de nuisance sonore dû au traffic routier

Cartographie du territoire bruxellois, mettant en évidence le niveau de nuisance sonore dû au traffic routier Cadastre du bruit routier 1997 (publié en 2001), Indicateur Lden © Bruxelles Environnement

En milieu urbain, les nuisances sonores dans l'espace public sont parfois considérables. Elles sont génératrices de stress et affectent le bien-être et la santé. Un bâtiment durable veillera à limiter les émissions sonores liées à ses installations techniques en contact avec l'environnement, afin de ne pas accroitre le niveau de bruit ambiant. De plus, sa volumétrie, son articulation avec le contexte voisin et les matériaux de revêtement de son enveloppe seront définis afin de limiter les phénomènes de réverbération des bruits de la ville, assurant ainsi des zones calmes dans les espaces ouverts, et des façades calmes pour les bâtiments.

Enrichir le paysage urbain

Elément essentiel du bien-être individuel et social comme de la qualité de vie des populations, le paysage urbain contribue à l'épanouissement des êtres humains ainsi qu'à la consolidation de l'identité des villes. Pourtant, les pratiques en matière d'urbanisme et de transport induites par l'étalement urbain ont souvent conduit à une dégradation et à une banalisation des paysages. Aborder ces enjeux et ouvrir la voie à une nouvelle manière de penser l'aménagement, plus compact, économe en ressources, en espace et en énergie, et induit également une nouvelle manière de « construire » un paysage urbain de qualité.

L'Espoir (Batex 60) L'espoir (Batex 60) - Architecte : D.Carnoy © Yvan Glavie

Mis à jour le 01/01/2013