Eléments du choix durable

Synthèse des éléments du choix durable

Le tableau ci-dessous synthétise les différents arguments du choix durable au regard des dispositifs. Pour chacun de ceux-ci, un symbole indique la pertinence relative de chacun des arguments. Dans la mesure où les éléments du choix durable alimentent la réflexion quant à la durabilité du projet, il s'agit bien d'une simple indication, qui de plus doit être interprétée dans chaque situation particulière.

Dispositifs
Façade verte apposée ou séparéeMur végétal
Aspects environnementaux
Durabilité du système

✓✓

✗✗

Régulation thermique du bâtiment

Amélioration de la qualité de l'air

✓✓

Enrichissement de la biodiversité

✓✓

Continuité du réseau écologique

✓✓

Apports pour le compost

Impact sur le cycle de l'eau

✗✗

Aspects économiques
Coût d'investissement

⚫⚫

Coût de l'entretien

⚫⚫

Aspects socioculturels
Santé et psychosensoriel

✓✓

Plus-value esthétique

✓✓

Gestion collective

✓✓

Type d'impactPositifNégatifNeutre
Niveau d'impact

✓ faible

✗ faible

⚫ faible

✓✓ important

✗✗ important

⚫⚫ important

Aspects environnementaux

Régulation thermique du bâtiment

Les façades vertes contribuent à renforcer l'isolation thermique des bâtiments contre la chaleur. En effet, grâce à l'enveloppe végétale humide et aux feuilles qui réfléchissent la chaleur et créent de l'ombrage, la présence des végétaux peut considérablement réduire :

  • L'impact direct des rayons solaires sur les matériaux de la façade
  • Les écarts de température sur les parois mêmes (jusqu'à 50%)

L'ombre apportée par les végétaux renforce l'isolation des bâtiments contre les fortes chaleurs estivales, ce qui réduit les coûts d'installation et d'énergie des systèmes de climatisation. Une réduction de 5,50°C de la température extérieure d'une construction réduit de 50 à 70% la facture énergétique de climatisation.

En hiver, les végétaux à feuillage caduc laissent les murs capter le rayonnement solaire, tandis que ceux à feuillage persistant, lorsqu'ils sont apposés à la façade, permettent de réduire les pertes caloriques en formant un écran aux courants d'air froids.

Cependant, il est important de veiller à la ventilation du mur de façade. A cet égard, l'apposition directe du mur végétal sur la façade risque d'avoir des conséquences négatives sur la migration de la vapeur d'eau au sein du mur.

Il faut préciser que le placement de végétaux grimpants en façade ne peut suppléer au placement d'un isolant, il s'agit plus d'un complément utile à l'isolation thermique. En effet, plus la façade est isolée, moins la végétalisation a d'impact sur le confort thermique.

Enfin, les végétaux apposés sur la façade réduisent l'effet d'îlot thermique.

Amélioration de la qualité de l'air

Les végétaux apposés permettent de réduire l'effet de génération de poussière : à l'instar des arbres, les végétaux grimpants et retombants ont une grande capacité de piéger les poussières et de concentrer certains polluants (métaux lourds tels que plomb, cadmium...) apportés dans leurs tissus, notamment dans ceux qui sont ensuite éliminés. La quantité de poussières captées est proportionnelle à l'étendue de la masse foliaire par rapport aux façades.

Enrichissement de la biodiversité

Les façades vertes représentent un support au développement de la biodiversité. Les végétaux grimpants hébergent en effet une variété d'invertébrés, source de nourriture pour les oiseaux tels que les passereaux d'été (notamment) et les chauves-souris. Certains végétaux sont eux-mêmes sources de nourriture pour les insectes, ils sont appréciés soit pour leur feuillage par certaines larves, soit pour leur nectar (le lierre, à floraison tardive, est particulièrement apprécié dans ce cas), ou encore pour leurs fruits affectionnés par les oiseaux et les insectes (exemple, la vigne).

Les façades végétales fournissent également des abris, des espaces de repos et de nidification pour les oiseaux (notamment chanteurs, tels que les merles, mésanges, moineaux, troglodytes, etc.) et les petits insectivores, ainsi que des bons gîtes d'hibernation pour des insectes comme les chrysopes (Chrysopidae sp.), les papillons (le citron, gonopteryx rhamni) ou les phalènes. Les végétaux à feuillage persistant fournissent également un bon abri aux oiseaux de petite taille, très vulnérables au froid. En outre, plus une plante grimpante est épaisse et enchevêtrée, plus elle offre refuge à une grande variété d'animaux.

En rénovation, une attention particulière doit être portée aux espèces animales présentes sur le bâtiment et ne tolérant pas une végétalisation de façade en hauteur (martinet) ou pour lesquelles elle peut constituer une gêne (limitation d'accès aux cavités pour les chauves-souris ou les moineaux notamment).

Continuité du réseau écologique

En milieu urbain, où les espaces verts au sol peuvent être relativement réduits au niveau de la parcelle et en fonction des quartiers, les façades vertes représentent une possibilité supplémentaire de continuité et de lien entre les espaces verts, les allées arborées, etc. Ces façades vertes participent ainsi au réseau écologique ou maillage vert bruxellois, offrant de la sorte un support au développement de la flore et de la faune en ville.

Apports pour le compost

Si le bâtiment dispose d'un jardin ou qu'il y a un compost collectif à proximité, les déchets verts liés à la façade verte sont utiles pour le compost, de quoi enrichir et protéger les plantations.

Protection des façades

Les végétaux présents sur les façades vertes

  • protègent les matériaux de revêtement contre l'effet corrosif des polluants ;
  • empêchent les rayons solaires (notamment les ultraviolets) ainsi que les fortes pluies et la grêle d'atteindre le revêtement des façades.

Toutefois, des précautions sont à prendre dans le cas de vieilles façades, car certaines plantes peuvent participer à leur dégradation.

Les murs végétaux

Les murs végétaux présentent certaines qualités environnementales (contact avec la nature, qualités acoustiques, etc.), mais l'intérêt durable de ce dispositif est cependant à nuancer.

  • Du fait que la végétation n'est pas plantée en pleine terre, le mur végétal doit disposer d'un substrat particulier, d'un système d'irrigation et de nutrition et le système doit faire l'objet d'un entretien régulier. Ceci représente une grande quantité de matière à mettre en œuvre : station d'irrigation, système de bacs, etc.
  • De plus, pour le fonctionnement de la pompe, le système requiert un besoin en énergie.
  • A l'intérieur du bâtiment, un espace est à prévoir pour la pompe, les filtres, etc.
  • Le système demande un entretien régulier.
  • Cette solution est relativement coûteuse. En effet, au coût de la mise en œuvre, s'ajoute le coût en énergie et le coût de l'entretien.
  • Intérêt discutable au niveau de la biodiversité.

Pour gaspiller le moins d'eau possible et éviter que celle-ci soit rejetée à l'égout chargée d'engrais et d'éléments chimiques, il faut que le système d'irrigation travaille en circuit fermé. L'eau de pluie est récoltée. Les oligoéléments et les éléments nutritifs nécessaires à la croissance des plantes y sont intégrés. Après irrigation, l'eau filtrée est réutilisée.

En conclusion, lorsque c'est possible, les plantations en pleine terre sont à privilégier ou le cas échéant en bacs posés au sol, car ces solutions demandent moins de moyens et d'énergie. Lorsque ce n'est pas possible, les murs végétaux peuvent être une solution intéressante.

Aspects économiques

Coût d'investissement

Le budget d'une façade verte dépend de nombreux facteurs (accessibilité, superficie, demandes spécifiques d'aménagement, systèmes de support des végétaux, espèces végétales...).

Le développement d'une plante grimpante permet de cacher un mur disgracieux. Il s'agit donc d'une solution peu onéreuse et qui demande peu de travail spécifique sur la façade, d'autant plus si l'espèce est bien choisie en fonction de sa croissance.

A l'inverse, le mur végétal est une solution très coûteuse. Au prix de la réalisation, il faut ajouter celui de l'entretien du système, mais aussi le coût des consommations (eau, engrais).

Coûts d'entretien

Pour les systèmes à végétation apposée ou avec paroi végétale séparée, la plupart du temps, la taille de la plante grimpante peut se faire par le propriétaire, le locataire ou la personne qui gère le bâtiment. A partir d'une certaine hauteur, il faut faire appel à une entreprise spécialisée, disposant éventuellement d'un élévateur. Le choix des plantes doit donc se faire en tenant compte du développement futur de celles-ci au regard des capacités d'entretien dont on dispose.

Par contre l'implantation de végétaux grimpants sur ou devant une façade implique que l'on prenne au préalable des mesures de protection de son revêtement. Il est conseillé qu'une façade ancienne soit au préalable ravalée, et ne reçoive aucune couche de peinture ou d'enduit supplémentaire, car leur entretien s'avère difficile après l'implantation des végétaux.

Pour un mur végétal, l'entretien doit être pris en charge par une entreprise spécialisée. Le coût d'entretien peut donc être important.

Primes et aides financières

Certaines communes offrent une prime à la réalisation des façades vertes. D'autres encouragent l'implantation de grimpantes en façade en offrant des plantes, parfois en les installant elles-mêmes. Pour plus de renseignement, le maître d'ouvrage ou l'architecte peuvent se renseigner directement auprès de l'administration communale concernée.

L'appel à projets Inspirons le quartier permet aussi à des groupes de citoyens de postuler à un subside pour des projets de végétalisation dans leur quartier.

Aspects socio-culturels

Santé et bien-être

De nombreuses études ont démontré l'intérêt de la nature en ville, et notamment les façades vertes, sur le bien-être des habitants. Par l'orientation verticale et la vue frontale sur la nature qu'elles offrent, les façades vertes ont même un effet bien plus positif que les toitures vertes sur les habitants.

De plus, la pose d'une façade verte est une solution intéressante lorsque la façade existante présente peu d'intérêt esthétique. Par contre, si elle comporte un intérêt patrimonial ou historique, cette solution est à éviter.

Gestion

Via l'entretien de la façade verte, même sans jardin, il est possible de pratiquer le jardinage. Dans un ensemble de logement, par exemple, la gestion et l'entretien de la façade verte peuvent représenter l'opportunité d'un projet commun, d'une activité conviviale.

Mis à jour le 15/09/2021