La surchauffe

La surchauffe est exprimée par l'indicateur de surchauffe. Cet indicateur représente les apports de chaleur non utiles, c'est-à-dire non stockables, et est exprimé en [Kh] Kelvin heure.

Dès lors qu'une unité ne stocke plus la chaleur dans sa structure, ou ne l'évacue plus par ses parois ou via la (sur)ventilation, cette chaleur s'accumule dans les locaux et peut provoquer une surchauffe en période estivale.

Le meilleur moyen d'éviter la surchauffe est une conception intelligente de l'unité et de sa surface de déperdition thermique. Le concepteur veillera en particulier à :

  • limiter les apports solaires en prévoyant :

    • des fenêtres de dimensions raisonnables,
    • et/ou en les équipant de protections solaires extérieures,
    • et/ou en prévoyant des dispositifs architecturaux tels que des balcons, des encorbellements...
  • assurer une grande inertie à l'unité,
  • permettre une ventilation additionnelle par l'ouverture des fenêtres.

L'objectif de cette exigence est d'assurer le confort thermique d'été dans une unité énergétiquement performante qui limite de ce fait ses consommations de chauffage en hiver.

La surchauffe de l'unité PER doit être inférieure ou égale à l'exigence de surchauffemax.

Mis à jour le 05/10/2020