Evaluer le confort attendu en été sans climatisation

En cas de système de refroidissement passif (free cooling, slab cooling, rafraîchissement adiabatique de l'air neuf, etc.), il est indispensable de s'assurer que le confort d'été sera assuré compte tenu de l'architecture et de l'ombrage éventuel de l'environnement. L'évaluation permettra, si nécessaire, de définir des mesures complémentaires à mettre en œuvre pour atteindre l'objectif de confort s'il n'est pas atteint.

Différentes méthodes d'évaluations peuvent être utilisées :

Ces deux outils permettront de calculer le pourcentage d'heure par an où il fait trop chaud ou trop froid par rapport à un critère donné.

Si l'outil statique donne de bons résultats dans un bâtiment à faible inertie, il manque par contre de précision pour évaluer l'efficacité d'un refroidissement passif dans un bâtiment très inerte. Dans ce cas, une simulation thermique dynamique donne de meilleurs résultats.

Evaluation du risque de surchauffe Source : MATRIciel © Bruxelles Environnement

Dans de telles simulations, de nombreuses hypothèses constructives et comportementales doivent être prises. Ces hypothèses sont primordiales dans l'obtention d'un résultat réaliste. Elles reprennent :

  • L'implantation, le gros œuvre, les finitions, et les installations techniques du bâtiment. A priori lors de la conception d'un nouveau projet, ces données doivent être évaluées. Elles restent donc des hypothèses, qui seront plus ou moins rencontrées en pratique.
  • L'occupation, la gestion de l'éclairage artificiel, l'équipement, la régulation de l'émission et de la production d'énergie, la gestion de protection solaire mobile et les valeurs climatiques considérées. Ces profils doivent également être supposés lors de la conception d'un projet. Dans la mesure où ils font en grande partie référence au comportement de l'occupant, il restera toujours impossible de décrire le comportement d'un individu. De plus, le fichier météo utilisé se base les conditions climatiques des années précédentes mais elles ne sont ni fixes ni répétitives.

Il faut donc être prudent dans l'utilisation des résultats obtenus par simulation. L'objectif premier est la comparaison de l'intérêt relatif de variantes architecturales, constructives ou techniques, compte tenu des hypothèses faites.

Enfin, des simulations CFD permettent de simuler l'écoulement des fluides et des échanges thermiques. Beaucoup plus précis qu'une simulation dynamique, il est utilisé à un endroit bien déterminé d'un local et pour répondre à une demande ponctuelle, par exemple le flux d'air dans un atrium.