MAN02 - Trafic_top

Dispositif | Limitation des nuisances liées au trafic du chantier

Limitation des nuisances liées au trafic du chantier

© Kevin Bosc / unsplash.com

Les activités sur chantier peuvent produire des nuisances dues au trafic généré. Pour limiter ces nuisances, il y a lieu de prendre des dispositions organisationnelles afin d'optimiser la gestion de ce trafic sur, depuis et vers le chantier. Le flux de véhicules peut être notamment réduit par des mesures de mobilité active ou par l'emploi du transport fluvial.

Comment agir en amont du chantier pour limiter les nuisances liées au trafic ?

Il s'agit en phase de conception : d'identifier les réglementations en vigueur, d'analyser le site et ses abords et, suite à ces éléments, de planifier le chantier. Le coordinateur environnemental peut se charger de ces différentes tâches.

Réglementation en vigueur

En Région de Bruxelles-Capitale, des prescriptions liées aux travaux touchant directement ou indirectement la voirie sont reprises dans :

De plus, il peut y avoir des conditions relatives à la circulation sur la voirie dans l'autorisation de chantier (législation relative au permis d'environnement) et/ou des recommandations dans l'étude d'incidences ou rapport d'incidences du projet.

Plus d'informations sur les législations relatives aux chantiers touchant la voirie peuvent être trouvées sur le site de Bruxelles Mobilité, ainsi qu'en accédant à la brochure «  Chantiers en voirie en Région de Bruxelles-Capitale, Tout ce que vous devez savoir... pdf format  ».

Analyse du site

L'équipe projet réalise tout d'abord une analyse du site sur et autour du chantier pour établir :

  • les différentes zones sensibles à protéger de la circulation générée par le chantier :

    • environnement humain : riverains, lieux publics, écoles, commerces sur base du plan de masse des rues avoisinantes ;
    • faune et flore ;
  • les éventuels chantiers avoisinants et les nuisances de trafic complémentaires occasionnées par ces autres chantiers.

Cette analyse de site permet ensuite de déduire la manière d'optimiser le trafic des véhicules depuis et vers le chantier. En fonction de son importance, cette optimisation découle d'une coordination avec les autorités locales pour limiter l'impact sur la voirie publique. C'est l'administrateur de voirie / autorité responsable qui donne les conditions à respecter s'il s'agit d'un chantier ayant aussi un impact en voirie. L'autorisation communale relative à la législation sur le permis d'environnement peut également imposer des conditions à respecter.

Organisation du trafic sur chantier

L'organisation de la circulation sur le chantier dépend en partie des conditions du permis d'environnement, de l'étude et/ou rapport d'incidences, et dans le cas où le chantier impacte aussi la voierie, des recommandations de l'administrateur de la voirie. Le projet veille à limiter les nuisances dues au trafic, notamment grâce aux dispositions suivantes :

  • limiter les circulations vers et depuis le chantier en mettant en place des moyens alternatifs d'accès au chantier : covoiturage, transport en commun pour les travailleurs (minibus/ camionnette), mobilité active (à vélo, à pied) ;
  • gérer la fréquence de l'évacuation des terres, des livraisons de matériaux et de l'enlèvement des déchets ;
  • prévoir les entrées et sorties du chantier en des endroits peu fréquentés par les riverains et passants ;
  • situer les points de livraison pour gros camions, proches du chantier et en dehors des zones fort fréquentées, pour éviter la congestion de la circulation aux abords du chantier. Si ce n'est pas possible, prévoir de plus petits véhicules pour amener le matériel sur site ;
  • organiser les manœuvres et demi-tours des véhicules de chantier sur le chantier et non aux abords du chantier, surtout dans une rue fort fréquentée ;
  • privilégier le stationnement sur le site plutôt qu'en bordure de chantier (encombrement, risques d'accidents, places manquantes pour les riverains et commerces). Si ce n'est pas possible, privilégier le parcage du personnel de chantier dans les rues avoisinantes ou organiser un parking de délestage dans une zone peu sensible, avec possibilité de navette.

On veille de plus, à prendre des dispositions, visant à réduire :

  • l'impact négatif sur la biodiversité :

    • prévoir les voies de circulation du chantier, les manœuvres et le stockage des matériaux en dehors du réseau racinaire des arbres/haies ;
  • les nuisances visuelles :

    • entretenir les voies de circulation sur chantier : empierrement de toutes les voies de circulation et ré-empierrement lorsque nécessaire, nettoyage des roues des camions avant leur sortie du chantier, nettoyage hebdomadaire de tout le chantier...;
Organisation du trafic sur la voirie

L'organisation de la circulation sur la voie publique se fait en accord avec les conditions du permis d'environnement, de l'étude et/ou rapport d'incidences, ainsi que des avis :

  • de la commission de coordination des chantiers de Bruxelles Mobilité, pour les voiries régionales et communales ;
  • des administrateurs de voirie communales pour les autres voiries ;
  • des zones de Police ;

Une réflexion peut être effectuée sur :

  • le transport fluvial comme alternative au transport routier : Bruxelles dispose en effet d'un Canal et de plateformes de transbordement. Plus d'information sur ce sujet peuvent être trouvées dans la section correspondante ;
  • les horaires de chargement/déchargement : éviter les heures de pointe dans le cas où les lieux de chargement /déchargement empiètent sur l'espace public, tout en respectant les horaires stipulés dans le RRU ;
  • les différents itinéraires de circulation : transit, intra-urbaine, locale, accès aux commerces, voies inaccessibles à la circulation, déviations, trajets préférentiels en fonction de la taille des véhicules (camions et semi-remorques devant accéder au chantier),
Plan d'installation du chantier

Les éléments issus de la réflexion en amont (réglementation, analyse du site et organisation du trafic), sont repris dans le plan d'installation/ circulation du chantier :

  • zones de stationnement ;
  • zones de stockage des matériaux ;
  • engins de levage (grues...) ;
  • zones de livraison ;
  • cabanes de chantier ;
  • entrées-sorties (travailleurs, matériaux, visiteurs,...) ;
  • voies de circulation des véhicules de chantier sur et aux abords du chantier ;
  • voies de circulation des piétons/PMR sur et aux abords du chantier ;
  • signalétique sur et aux abords du chantier (dans plusieurs langues si nécessaire).

De plus, s'il y a une emprise en voirie, le plan d'installation / circulation doit être complété par un plan de signalisation soumis à l'avis de la Zone de Police concernée.

Comment organiser la mobilité active sur et aux abords du chantier ?

Pour les chantiers ayant une emprise en voirie, la mobilité active sur et aux abords du chantier est entièrement encadrée par la réglementation relative au chantier en voirie.

Sur le chantier

La mobilité active des piétons, PMR, cyclistes, sur chantier est facilitée par les éléments suivants :

  • cheminements et accès adaptés :

    • accès les plus courts/directs ;
    • planéité, stabilité de la surface ;
    • matériaux antidérapants ;
    • absence d'obstacle et propreté ;
    • éclairage ;
    • Signalétique lisible et visible ;
    • dispositifs pour PMR : largeur, rampe et signalétique ;
  • facilités prévues :

Aux abords du chantier

Les éléments à mettre en place aux abords du chantier, sont spécifiés dans les textes réglementaires ainsi que par la Commission de coordination des chantiers pour les voiries régionales ou communales, ou par les administrateurs de voiries communales pour les autres voiries. Ci-après sont exposés quelques-unes des mesures pour les usagers actifs (piétons, PMR, cyclistes) :

  • prévoir une signalisation routière validée par les services de Police compétents ;
  • prévoir des couloirs de contournement, qui répondent aux prescriptions suivantes :

    • mise en place avant le démarrage du chantier concerné ;
    • libres de tout obstacle sur toute leur largeur et sur une hauteur minimale, le chantier ne pouvant pas interrompre le trottoir sans mesures de remplacement ;
  • protection de la circulation automobile par des clôtures placées sur toute leur longueur et par un obstacle physique, dûment signalé, placé à leur entrée et à leur sortie ;
  • plus spécifiquement pour les piétons et PMR : prévoir une largeur minimum, un plan incliné ou une rampe dont la pente est limitée ;
  • plus spécifiquement pour les cyclistes :

    • prévoir une largeur minimum ;
    • signaler le couloir comme piste cyclable ;
    • créer un tracé qui tient compte de la longueur d'un vélo et du fait que celui-ci ne peut pas tourner à angle droit ;
  • prévoir des passerelles piétonnes si nécessaire ;
  • prévoir des barrières continues et munies d'une lisse horizontale inférieure ;
  • éviter les obstacles sur les voies de circulation : pieds, plots en béton dépassants, etc. ;

Panneaux de déviation cycliste

Panneaux de déviation cycliste

© Bruxelles Mobilité

Passerelle de déviation piétons en voierie

Passerelle de déviation piétons en voierie

© Bruxelles Mobilité

Panneau de chantier

Panneau de chantier

© Bruxelles Mobilité

Barrières et signalisations pour déviation voiture en voierie

Barrières et signalisations pour déviation voiture en voierie

© Bruxelles Mobilité

Eléments communs (sur et aux abords du chantier)

Il s'agit de mettre en œuvre les mesures suivantes, sur et aux abords du chantier :

  • éclairage adapté (placé en hauteur, indirect et non éblouissant) en veillant à réduire la pollution lumineuse de ces dernières ;
  • signalisation (panneaux et feux) à accrocher aux clôtures fixes (à l'exception des signaux lumineux), ou à placer sur des poteaux ancrés dans un dispositif amovible. Ces dernières ne doivent pas constituer un obstacle pour les usagers actifs et doivent être bien visibles. Dans le cas de signalisations liées au code de la route, ces dernières sont installées conformément au plan de signalisation, validé par la Zone de Police.
  • Barrières / clôtures / palissades :

    • l'emprise du chantier doit être clôturée sur voirie au moyen de barrières jaunes et bleues et s'il y a une emprise en voirie, des couloirs de contournement au moyen de ces mêmes barrières doivent être installées ;
    • non opaques à tous les endroits nécessitant une bonne visibilité : carrefour, passage pour piétons, piste cyclable, à moins de 5 mètres du prolongement du bord le plus rapproché de la chaussée transversale, à l'entrée carrossable d'une propriété riveraine, etc. ;
    • visibles aux usagers actifs par l'apposition de dispositifs d'éclairage ou de dispositifs auto-réfléchissants à chaque angle ;
    • solides et bien fixées.

Existe-t-il une possibilité de transport de matériaux et déchets de construction par le Canal ?

Le Port de Bruxelles développe un réseau de plateformes de transbordement le long du canal. Cela permet d'assurer la livraison de matériaux de construction au plus près des chantiers de construction et d'ainsi réduire les coûts du post-acheminement, qui reste généralement routier. En réduisant cette distance, on peut faire appel à des véhicules plus petits, plus écologiques et mieux adaptés à la ville. Autre avantage, ces véhicules peuvent être chargés directement depuis le bateau, qui est équipé d'une grue.

La Région Bruxelloise met à disposition un facilitateur logistique pouvant répondre aux questions des entrepreneurs et équipes de conception sur ce sujet.

Déchargement de marchandises sur une plateforme
de transbordementdu canal de Bruxelles
 

Déchargement de marchandises sur une plateforme de transbordement du canal de Bruxelles

© Port de Bruxelles

Emplacement des plateformes
de transbordement sur
le canal de Bruxelles

Emplacement des plateformes de transbordement sur le canal de Bruxelles

© Port de Bruxelles

Aller plus loin

Dans le Guide

Pour plus d'informations en lien avec le sujet :

Autres publications de Bruxelles Environnement

Sites Internet

Bibliographie

  • BRE, BREEAM International New Construction 2013 – Technical Manual – Issue Man 02 Responsible construction practises (checklist A1)
  • CERTIVEA, Certification HQE, Guide pratique du référentiel pour la Qualité Environnementale des Bâtiments – Bâtiments tertiaires – Cible 3.2 Limitation des nuisances et des pollutions sur le chantier – 3.2.3. Limiter les nuisances dues au trafic
  • F.Meunier, Signalisation des chantiers, SPW DGO mobilité et voies hydrauliques

Réglementation

mis à jour le 02/12/2020

N° de Code : G_MAN02 - Thématiques : Gestion du projet, chantier, bâtiment | Mobilité - Thématiques secondaires : Chantier - Composants du projet liés : Abords