Retour à

Choix des dispositifs et composition du projet durable

En rénovation autant qu'en construction neuve, une réflexion sur le plan d'implantation des bâtiments, des aménagements extérieurs (parkings, voies d'accès, murs de séparation, ...) est à mener. Cette préoccupation vaut également dans la planification de grands ensembles dont les espaces verts peuvent devenir de véritables couloirs écologiques.

Choix des dispositifs

Ville verteVille denseSupportVégétaux utilisésImpact sur le cycle de l'eauImpact sur la qualité de l'airPotentiel de support de biodiversitéGestion et entretienImpact socioculturels
Jardins en pleine terre

⚫⚫

⚫⚫

Sol bien drainéToutes stratesFortTrès fortTrès fortSelon le choix du végétalFort
Zones humides

⚫⚫

⚫⚫

Sol imperméable / en contact avec la nappe phréatiqueDe sols humidesFaible à fort selon le casFortTrès fortFaibles Moyen
Aires minérales perméables

⚫⚫

Sous-sol perméableToutes stratesMoyenFaibleFaibleQuasi nulsFaible
Dispositifs délimitation des parcelles 

⚫⚫

Murs et paroisGrimpants et herbacésFaibleMoyenMoyenFaiblesFaible
Façades vertes

⚫⚫

Murs et parois ou support ajoutéGrimpantsMoyenMoyenMoyenFaiblesFort
Toitures vertes

⚫⚫

Toits plats ou toits inclinés, dallesVariables selon le type de toitureFaible à fort selon le type de toitureFaible à fort selon le type de toitureFaible à fort selon le type de toitureSelon le choix du végétalFort
Cultures surélevées

⚫⚫

Bacs sur toits plats ou surfaces minéralesPotagers ou d'agrémtMoyenMoyenMoyenSelon le choix du végétalFort
Habitats pour la faune et la flore

⚫⚫

⚫⚫

Murs, toits, nichoirsAttirant la fauneFaibleFaibleFortQuasi nulsFort
Espaces collectifs plantés

⚫⚫

Sol bien drainéToutes stratesFortTrès fortFortSelon le choix du végétalTrès fort
Compost

⚫⚫

⚫⚫

////MoyenFaiblesMoyen

Ce qui compte n'est pas la « valeur absolue » de chaque dispositif, mais sa valeur relative par rapport à la situation initiale, par rapport à l'implantation du projet et par rapport aux autres dispositifs.

Points d'attention :

  • Valoriser les espaces de pleine terre : aménager un jardin en pleine terre, une zone humide, une aire minérale perméable.
  • Assurer la continuité des couloirs écologiques: mettre en place des dispositifs de délimitation de parcelle perméables à la faune et la flore. En effet, ceux-ci ne peuvent être un obstacle au passage des petits animaux. Un passage pourra être créé en bas d'un mur mitoyen ou celui-ci pourra être remplacé par une haie, etc.

Il est à noter qu'un dispositif aura un intérêt du point de vue de la biodiversité s'il est connecté à d'autres stepstones (stations) du maillage vert. En effet, si les « refuges » sont fréquents, les espèces animales se déplacent de l'extérieur vers l'intérieur des villes.

  • Favoriser la production de denrées locales : mettre en place un système de cultures surélevées, placer des ruches sur la parcelle, aménager un potager, un verger.

Elaboration du projet

Dessin d'un plan représentant les différents éléments projetés (constructions et végétaux).

La proximité, ainsi que la hauteur des bâtiments sur et autour de la parcelle, peuvent modifier sensiblement l'impact des facteurs climatiques sur les sols, l'air ambiant et la végétation appelée à s'y développer. Le taux d'humidité et la température des sols peuvent différer selon la quantité des précipitations, d'ensoleillement, le gel prolongé, l'action des vents, etc. Concernant les arbres, les risques encourus suite aux orages et aux tempêtes augmenteront du fait de leur proximité aux bâtiments.

La lumière, quant à elle, doit être suffisamment présente, d'une part pour la photosynthèse des végétaux, et d'autre part, pour assurer l'éclairage naturel à l'intérieur des bâtiments.

Le choix des affectations sur la parcelle (potager, jardin d'agrément, terrasse, implantation d'une zone humide ou aire minérale perméable, etc.), des espèces végétales et de leur implantation devra donc tenir compte de ces paramètres locaux.

Pour le bon fonctionnement d'un jardin, d'un espace vert, une complémentarité est à rechercher entre les affectations.

  • Il est intéressant de planter une haie à proximité immédiate d'un potager. Celle-ci sert alors de « réservoir à auxiliaires » (insectes qui participent à la régulation des populations de ravageurs et pollinisent les fleurs et légumes) si elle est gérée avec ourlet herbacé.
  • = limitation de l'usage de pesticides et utilisation des tailles de la haie comme source de broyat, etc.
  • Tout espace verdurisé (y compris façade) devra être accompagné d'un site de compostage de proximité.
  • Toute pièce d'eau de petite taille et toute zone de culture (potager pleine terre ou en bacs) devra être équipé d'une source d'alimentation en eau de pluie : citerne, etc.
Mis à jour le 23/11/2016