MAT09_top

Dossier | Choix durable des murs non-porteurs et cloisons

Choix durable des murs non-porteurs et cloisons

© Ghost Presenter / Pexels.com

Réaliser des murs et cloisons intérieurs à faible impact environnemental et performant d'un point de vue thermique, hygrométrique et acoustique.

Le Guide Bâtiment Durable propose la démarche suivante pour procéder à un choix durable des murs non porteurs et cloisons :

  • Choisir le type de cloisons suivant le niveau de flexibilité des espaces intérieurs recherché  
  • Choisir leurs composants en prenant en compte le confort thermique et hygrothermique, et en tenant compte des impacts environnementaux et sanitaires
  • Permettre le démontage, le réemploi et le recyclage des matériaux en fin de vie

Enjeux

Un bâtiment se conçoit autour de principes comme la modularité, la spatialité, … La construction durable va quant à elle poursuivre cette réflexion en intégrant des notions d‘adaptabilité et de flexibilité. La qualité environnementale d'un bâtiment dépendra par conséquent du choix de structure portante (voir Dossier | Choix durable des techniques constructives et des matériaux et éléments de structure), mais aussi des dispositifs de cloisonnement non-porteurs. Il importe que les systèmes mis en œuvre soient adaptables, flexibles, … et n'entraînent qu'un faible impact environnemental.

De la fonction des espaces dépendra les systèmes mis en œuvre. Les réponses ou réflexions apportées dépendront des exigences ou recommandations en matière de protection incendie, de confort acoustique, thermique, voir social, tout en intégrant des éléments liés au techniques spéciales tels que les prises de courant, les conduites de chauffage, d'électricité, etc.

Les motivations quant au choix du type de cloison seront influencées par le choix de structure portante et au rôle énergétique que pourront jouer les cloisons intérieures. Tout comme pour le choix de certains revêtements intérieurs nécessitant un support adapté.

Démarche

Les cloisons intérieures d'un bâtiment, qu'elles soient lourdes ou légères, doivent répondre à une série d'exigences qu'elles soient acoustiques, de résistance au feu, … et veilleront de la sorte au confort des occupants. On optera pour une conception de parois qui permet de répondre à ces exigences tout en limitant l'impact environnemental au maximum.

Aussi sera-t-il utile d'articuler le choix du dispositif en considérant les éléments suivant :

Offrir une réponse adaptée (ou adaptable) 

De la programmation ou destination des espaces, dépendra le type de dispositif de cloison mis en œuvre. Certaines occupations ne nécessitent pas de telles précautions, et le choix portera sur un cloisonnement invitant à plus de stabilité. En opposition, si c'est la flexibilité que l'on projette, certains dispositifs adaptés, tel que les systèmes de cloisons amovibles, permettent aisément et temporairement, une modulation des aménagements des espaces, et des occupations, à moindre frais d'adaptation.

Contribuer au confort intérieur 

Selon la nature de la structure ou de l'enveloppe du bâtiment, la question de l'inertie, contribuant au confort thermique (cf. dossiers Assurer le confort thermique et Choisir le meilleur mode de production et de stockage pour le chauffage et l'eau chaude sanitaire), se portera essentiellement sur la nature des composants structurant les espaces intérieurs (dalles et cloisons). En fonction de la composition du dispositif de cloisonnement mis en œuvre, les attentes seront ou non atteintes.

Il en sera de même pour ce qui est du confort hygrothermique. De leur composition dépendra leur contribution ou non à cette question d'absorption et de régulation de l'humidité.

Tenir compte de l'impact environnemental 

Il est essentiel de ne pas limiter l'impact environnemental d'une paroi au matériau principal mis en œuvre mais d'aborder la question globalement, en l'élargissant aux autres matériaux composant la paroi, et en intégrant la question de la finalité du déchet généré en cas de travaux d'adaptation.

Cette question touche également les matériaux de finition, que l'on parle d'un panneautage ou d'un plafonnage, ceux-ci on un impact sur la qualité de l'air intérieur et par conséquent sur la santé. (Cf. dossier - Choix durable des revêtements de murs intérieurs et plafonds.)

Garantir une qualité d'air intérieur 

Certains matériaux constituant les parois non-porteuses ont par leurs composants (colles ou d'autres produits nocifs) un impact non négligeable sur la qualité d'air intérieur et par conséquent sur la santé. Il importe de limiter la propagation de ces polluants et de prendre en compte cet aspect dans les choix de conception et des matériaux mis en œuvre.

➩ Concevoir ➩ Etapes de conception

mis à jour le 01/01/2013

N° de Code : G_MAT09 - Thématiques : Matière - Thématiques secondaires : Acoustique | Déchets | Entretien/Maintenance | Economie circulaire | Inertie thermique | Labellisation/Certification | Pollution intérieure Réemploi - Composants du projet liés : Mur intérieur | Ossature bois