Définir les besoins

Définir les besoins en ventilation

Concilier confort respiratoire et économies d'énergie

Un dimensionnement large des débits de ventilation est favorable au confort. Mais l'augmentation du débit d'air frais engendre des surconsommations énergétiques directes (ventilateurs) et indirecte (chauffage de l'air neuf).

On veillera donc à ne pas surdimensionner les débits de ventilation en se fixant des objectifs de confort déraisonnables.

Exemple d’une crèche : ventilation système D – Consommation énergie primaire Source : MATRIciel © Bruxelles Environnement

Deux dimensionnements envisagés  760m³/h en pulsion/extraction et 550 m³/h soit une réduction de 28%.

La réduction du débit permet un gain de 8.6 kWhprim/m². Cette économie représente la moitié des consommations électriques d'un ménage moyen ou la production de 13 m² de panneaux solaires photovoltaïques orientés idéalement vers le Sud.

Débits minimaux dans le logement

Dans les logements neufs, la réglementation PEB se réfère à la norme NBND50-001 pour définir les débits minimaux à respecter pour le dimensionnement du système de ventilation hygiénique :

Débit de pulsion suivant la NBN D50-001

Local

Débit nominal

Le débit peut être limité àAlimentation naturelle max. (A, C)
Règle généraleDébit minimal
Living3,6 m³/h/m²75 m³/h150 m³/h2 x nominal
Chambre
Locaux d'étude
Locaux de loisirs
25 m³/h72 m³/h
(Annexe VI)

Débit d'extraction suivant la NBN D50-001

Local

Débit nominal

Le débit peut être limité à
Règle généraleDébit minimal
Cuisine fermée
Salle de bain
Buanderie
3,6 m³/h/m²50 m³/h75 m³/h
Cuisine ouverte75 m³/h
WC-25 m³/h-

Débits minimaux dans le secteur tertiaire

Dans le secteur tertiaire, la réglementation PEB se réfère à la norme NBN EN 13779 pour définir les débits minimaux à respecter pour le dimensionnement du système de ventilation hygiénique.

Les débits de ventilation minimaux des locaux à occupation humaine sont ainsi calculés :

  • Sur base de la surface au sol et d'une occupation minimale définie dans l'annexe VII de l'arrêté de la réglementation PEB
  • D'une catégorie de qualité d'air intérieur qui doit être INT 3 ou moins.

Débits d'air neuf à respecter en fonction de la qualité de l'ambiance à respecter selon la norme européenne EN 13779

Catégorie de qualité d'airDébit d'air neuf
(pour les locaux sans fumeur)
Qualité d'air intérieur excellente INT 1> 54 [m³/h.pers]
Qualité d'air intérieur moyenne INT 236 [m³/h.pers]
Qualité d'air intérieur modérée INT 322 [m³/h.pers]
Qualité d'air intérieur basse INT 4 (*)<22 [m³/h.pers]

Source : Ventilation for buildings - Performance requirements for ventilation and air-conditionning systems, Commission technique CEN/TC 156, 1999

Attention : Bien que la qualité d'air basse (INT 4) soit prévue dans la norme, elle N'EST PAS CONFORME à la Réglementation PEB en vigueur.

Valeurs minimales à appliquer pour la détermination de l'occupation nécessaire au calcul du débit de conception minimal dans les espaces destinés à l'occupation humaine

Locaux

Surface au sol par personne[m²/personne]
Horeca
Restaurant1.5
Chambre à coucher d'hôtel10
Dortoir de centre de vacances5
Salle dé réunion, espace de rencontre, salle polyvalente2
Immeubles de bureaux
Bureau15
Salles de réunions, locaux de réception3.5
Salle de guichets20
Bibliothèque10
Commerce de détail
Supermarché, grand magasin10
Magasin, local de vente7
Centre Commercial2.5
Etablissements d'enseignement
Salle de cours4
Salle polyvalente1
Hall de sport, salle de gymnastique3.5
Vestiaires2
Soins de santé
Salle commune4
Salle de traitement et d'examen7

Source : Extrait de la table 1 de l'annexe VII de l'arrêté Exigences de la réglementation PEB, adopté le 21 décembre 2007 (Moniteur belge du 5 février 2008)

Les locaux accueillant des travailleurs doivent par ailleurs respecter le RGPT (Règlement Général pour la Protection du Travail) qui impose une introduction d'air neuf et une évacuation d'air vicié de 30 m³/h et par travailleur présent dans le local (pour un volume minimum du local de 10 m³ par personne).

Ainsi, pour un bureau de 30 m², on prévoira un débit de ventilation pour 2 personnes soit,

Exemple de calcul de dimensionnement de débit d'air pour un bureau de 30m²

Catégorie de qualité d'airDébit d'air neuf minimal selonDébit d'air minimal de dimensionnement
la norme NBN EN 13779le RGPT
INT 1 - Qualité d'air intérieur excellente > 108 [m³/h]60 [m³/h]> 108 [m³/h.pers]
INT 2 - Qualité d'air intérieur moyenne 72 [m³/h]60 [m³/h]72 [m³/h.pers]
INT 3 - Qualité d'air intérieur modérée 44 [m³/h]60 [m³/h]60 [m³/h.pers]

Source : MATRIciel

Enfin, les débits de ventilation des espaces sanitaires seront au minimum, conformément à la réglementation PEB, de 25 m³/h par WC (y compris urinoirs) et de 50 m³/h par douche.

Définir l'objectif en termes de contrôle du niveau d'humidité relative

Si un confort optimal entraîne des consignes d'humidification et de déshumidification pour maintenir le niveau d'humidité relative de l'air entre 40% et 65 %, atteindre ce niveau de confort est particulièrement coûteux en énergie.

Exemple : Besoins énergétiques de chauffe et d'humidification de la salle d'opération

Salle d'opération de 50m² (150 m³) avec un débit de ventilation de 4.500 m³/h (30 renouvellements/h).

3 modes de gestion de l'humidité sont comparés :

  • Une consigne fixe à 50% HR
  • Une humidité relative flottante entre 45 et 65 %
  • Une humidité relative flottante entre 40 et 70 %

Exemple - Besoins énergétiques de chauffe et d'humidification de la salle d'opération [kWh/an]

Consigne d'humidité
Fixe : 50%Flottante (45-65 %)Flottante (40-70 %)
Chauffage de l'air [kWh/an]27 55125 59922 841
Chauffage du local [kWh/an]03 9306 708
Humidification [kWh/an]15 10610 6426 958
Total [kWh/an] 42 65740 17136 507
Economie relative sur l'humidification 30%54 %
Economie relative sur les besoins totaux6 %14 %

Source : Energie+

Exemple d’une salle d’opération : besoins de chauffe et d'humidification Source : Energie+ © Bruxelles Environnement

Exemple - Besoins énergétiques de refroidissement et de déshumidification de la salle d'opération [kWh/an]

Consigne d'humidité
Fixe : 50%Flottante (45-65 %)Flottante (40-70 %)
Refroidissement et déshumidification [kWh/an]13 9594 1063 400
Post-chauffe [kWh/an]8 463621217
Humidification [kWh/an]3349113
Total [kWh/an] 22 7564 8183 630
Economie relative 79 %84 %

Source : Energie+

Exemple d’une salle d’opération : besoins de refroidissement et de déshumidification Source : Energie+ © Bruxelles Environnement

Or, un individu peut difficilement ressentir s'il fait 40 % ou 60 % d'humidité relative dans son bureau, et les sensations d'inconfort n'apparaissent réellement que sous 30% HR ou au-dessus de 70%HR.

On évaluera donc consciencieusement la nécessité d'humidifier et/ou de déshumidifier en veillant à l'éviter si ce n'est absolument indispensable (exemple : cas spécifiques d'un musée, d'un établissement de santé, etc.).

Si un contrôle de l'humidité est mis en place, on veillera à définir une plage de consigne la plus large possible (par exemple 30% - 70% plutôt que 40% - 65%)

Mis à jour le 26/02/2019