Elements de choix durable

Aspects environnementaux

Matériaux sains et impact environnemental ?

Les matériaux sains ou moins polluants pour l'ambiance que les matériaux traditionnels sont généralement également moins nocifs pour l'environnement.

Ils privilégieront souvent des matières renouvelables. Par contre, leur fabrication ou leur acheminement pourrait s'avérer plus énergivore qu'un autre matériau traditionnel.

Un matériau sain ne sera donc pas nécessairement écologique… et vice-versa.

On sera donc attentifs à la signification exacte de chaque label.

A titre d'exemples, on choisira : une peinture en phase aqueuse plutôt que solvantée (bien que la phase aqueuse ne soit pas une garantie absolue d'innocuité).

Voir dossiers :

Labels

Les labels environnementaux (déclarations environnementales de type I tel que définis par la norme ISO 14024) sont basés sur des critères établis par des tiers, le plus couramment des instituts de recherche, reconnus à cet effet.

Plus d'info...

Aspects économiques

Investissement

Le choix de matériaux sains peut représenter un certain surcoût à l'investissement. Néanmoins, ce n'est pas le cas pour tous les matériaux. Comme le montre le tableau ci-dessous:

Indicatif de prix pour produit traditionnel

Indicatif de prix pour produit écologique

Plaque de plâtre

5 à 8 €/m²

6 à 10 €/m²

Isolant (à pouvoir isolant égal)

15 à 20 €/m²

25 à 30 €/m²

Peinture intérieure murale

entre 5 et 15 €/litre en fonction des marques

entre 7 et 20€/litre

D'autre part, une ambiance saine peut aussi être atteinte en favorisant les finitions brutes. L'économie de matériaux de finition contribuera alors à une économie d'investissement.

Concurrence

Avec l'augmentation des allergies depuis quelques dizaines d'années, et la sensibilité croissante des consommateurs aux produits sains (nourriture, jouets, …), il y a fort à parier que la demande de logements sains augmente dans les années à venir !

Aspects socio-culturels

Impact sur la santé des occupants

Les polluants générés par les matériaux de structure ou de finition des bâtiments et leur mise en œuvre, ou encore par les équipements de production de chaleur, peuvent entrainer un simple inconfort, voire une altération de la santé pouvant aller jusqu'à l'intoxication grave voire mortelle.

Les risques liés à l'utilisation de chaque matériau sont repris dans les dispositifs ci-dessous.

Voici néanmoins quelques exemples de l'impact des choix constructifs sur la santé :

  • Les composés organiques volatils (COV), présents dans les colles, peintures, vernis, etc. peuvent irriter les yeux et les poumons entraînant des difficultés respiratoires, réduire la résistance aux infections, atteindre le foie ou la moelle osseuse… et certains sont cancérigènes.
  • Les C.O.V se volatilisent dans l'atmosphère à température ambiante lors de leur mise en œuvre et de leur séchage. Les émissions sont élevées immédiatement après leur fabrication, elles diminuent ensuite fortement avec le temps.
  • Le formaldéhyde est cancérigène.
  • Les produits de traitement chimique du bois sont généralement à base de sels de cuivre, de chrome, de fluor et d'arsenic, d'esters organiques ou d'hydrocarbures. A part le sel de bore, toutes ces substances peuvent attaquer le système nerveux.
  • Les retardateurs de flamme bromés (RFB) produisent lors de leur combustion des dioxines et furanes extrêmement toxiques.
  • Une humidité trop importante peut entraîner le développement d'allergie ou d'autres problèmes de santé.
  • Les moisissures peuvent entrainer les principaux symptômes suivants : les rhinites, bronchites, asthme, irritation des yeux, dermatite, fièvres, maux de tête, vomissements, diarrhées, déficiences des systèmes immunitaires, …
  • Le monoxyde de carbone CO entraîne maux de tête, vertiges, nausée, etc… et peut être mortel en cas d'intoxication aigue (1200ppm).
  • Les oxydes SO2 et NOx sont irritants pour les voies respiratoires, particulièrement pour les personnes sensibles (enfants et personnes asthmatiques).

Fonctions accueillant des occupants vulnérables

Les personnes suivantes représentent des groupes particulièrement vulnérables :

  • Bébés, enfants. Ils présentent un plus grand métabolisme que les adultes avec une assimilation plus rapide des produits ingérés, leur système immunitaire n'est pas encore totalement développé, et ils sont plus susceptibles d'être en contact avec des substances polluées de par leur comportement.
  • Malades, personnes âgées, femmes enceintes. Ces personnes sont plus sensibles qu'un adulte en bonne santé. D'autre part, la quantité de substances accumulées augmente naturellement avec l'âge.
  • Patients atteints d'une hypersensibilité chimique environnementale. L'hypersensibilité chimique environnementale se traduit par des difficultés respiratoires, irritation des muqueuses, fatigue, problèmes de peau, maux de tête...

Projet Crèche rue Saint-François (Batex 71) Projet Crèche rue Saint-François (Batex 71) - Architecte O2 © Yvan Glavie

On, veillera donc particulièrement à réaliser un environnement sain dans les hôpitaux, crèches, écoles et maisons de repos.

Exemple : de la crèche communale de la rue Saint-François' à Saint-Josse-ten-Node, bâtiment exemplaire

Le projet rassemble autour d'une cour intérieure une crèche de 30 lits et 3 logements pour personnes à mobilité réduite, répondant aux critères passifs.

Une attention particulière a été portée au choix des matériaux et des finition afin d'asurer une grande qualité de l'air intérieure.

Coin à langer

image16.jpeg Crèche rue Saint-François (Batex 71) © archiurbain

Séjour

image17.jpeg Crèche rue Saint-François (Batex 71) © archiurbain

Amiante

L'amiante, qui peut se retrouver sous forme d'isolant thermique des conduites de chauffage, dans la couverture des bâtiments, est interdite aujourd'hui dans les nouveaux matériaux. On en trouve néanmoins encore souvent dans les bâtiments existants. En rénovation, on veillera donc à soigneusement éliminer toute trace d'amiante. On aura recours à une entreprise agréée pour son évacuation (liste disponible auprès du Service Public Fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale).

Voir dossier Gestion des déchets de chantier

Impact sur la santé des ouvriers

Le choix de matériaux sains a non seulement un intérêt pour les futurs occupants du bâtiment mais peut aussi, très souvent, éviter un inconfort ou des risques sanitaires pour les personnes mettant en œuvre ces matériaux.

La pose de revêtements collés

Le choix de la colle nécessaire pour réaliser la pose est souvent imposé par les fabricants ou tout simplement par la compatibilité avec le futur revêtement. Selon le choix de la colle, il y aura plus ou moins d'émanations de COV (composés organiques volatiles) susceptibles de provoquer une irritation des voies respiratoires. Il importe de respecter lors de la mise en œuvre les recommandations de sécurité énoncées par le fabricant et de s'assurer d'une bonne ventilation des locaux.

La mise en œuvre des enduits

La plupart des enduits sont vendus en vrac sous forme de poudre très fine. Lors de la préparation du mélange, de fines particules se dégagent dans l'air ambiant, elles peuvent provoquer des irritations au niveau des voies respiratoires et des yeux ainsi que des réactions allergiques au niveau de la peau. On veillera à suivre les recommandations des fabricants et de se protéger les yeux, les voies respiratoires et les mains respectivement par des lunettes closes, un masque et des gants.

Les protections de surface

Certains revêtements nécessitent une protection complémentaire de surface. La plupart du temps il s'agit de peintures, de cire ou de vernis. La composition de ces produits influence directement la qualité de l'air. Une attention particulière devra être portée au choix des produits mis en œuvre en fonction de leur destination. On s'assurera que les locaux sont parfaitement ventilés pendant et après l'application.

si l'utilisation de panneaux de PIR ou PUR sur chantier n'est pas dommageable, il n'en n'est pas de même pour les mousses expansives de calfeutrement qui dégagent de l'isocyanate, composé toxique.

Plantes d'intérieur

Les plantes intérieures sont sources de pollutions, notamment les sécréteurs de latex (le Ficus benjamina, le poinsettia ou le philodendron par exemple), qui se transforme en poussière allergisante. Les cactées, caféier, papyrus et staphillum peuvent aussi produire des allergènes.

Mis à jour le 01/01/2013